×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Affaire Madoff
    Le liquidateur réclame un milliard de dollars

    Par L'Economiste | Edition N°:3421 Le 10/12/2010 | Partager

    . Sept banques concernées dont Natixis . L’affaire a éclaté il y a tout juste deux ansLa banque française Natixis a contesté, jeudi 9 décembre, les griefs invoqués contre elle par le liquidateur de l’affaire Madoff. Ce dernier cherche à récupérer les fonds perdus par les victimes de cette gigantesque escroquerie. Mercredi dernier, ce liquidateur a annoncé qu’il réclamait plus d’un milliard de dollars au total à sept banques, dont la française Natixis. Celle-ci «entend prendre les mesures nécessaires pour se défendre et assurer la sauvegarde de ses droits». Pour le liquidateur, les banques incriminées «ont reçu des transferts de fonds de BLMIS (le fonds d’investissement de Madoff) par l’intermédiaire de nombreux fonds rabatteurs de Madoff à une période où elles avaient ou auraient dû avoir connaissance de la fraude de Madoff». Le liquidateur réclame notamment 400 millions de dollars à Natixis, pour avoir continué à faire des affaires avec Madoff malgré les premières dénonciations faisant état d’escroquerie. «Bien qu’elles aient été dûment prévenues de fraude, Natixis et ses filiales ont contribué de façon substantielle à la fraude de Ponzi de Madoff, notamment en Europe», affirme Mark Kornfeld, un membre de l’équipe de liquidateurs. Natixis a déclaré, jeudi 9 décembre, avoir «toujours agi de bonne foi, et n’a ni bénéficié, ni participé, ni eu connaissance de la fraude commise par Bernard Madoff». Natixis a rappelé avoir provisionné 463 millions d’euros au 31 décembre 2009, ce qui représente «100% de son exposition aux encours Madoff, nette d’assurances». L’affaire Madoff a éclaté il y a tout juste deux ans, en décembre 2008. L’année suivante, Bernard Madoff, 72 ans, a été condamné à 150 ans de prison pour cette escroquerie, estimée entre 23 et plus de 65 milliards de dollars, selon que l’on compte avec ou sans les intérêts.Pour rappel, le liquidateur Irving Picard a précisé avoir déposé plainte auprès du tribunal des faillites de New York contre les banques américaines Citibank et Merrill Lynch, la française Natixis, l’ex-banque belge Fortis (dont une partie des activités a été rachetée par BNP Paribas), la néerlandaise ABN-Amro, l’espagnole BBVA (Banco Bilbao Vizcaya Argentaria) et la japonaise Nomura.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc