×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Aéronautique: Boeing confirme sa suprématie

    Par L'Economiste | Edition N°:2172 Le 15/12/2005 | Partager

    . Grosse commande de la compagnie australienne QantasL’américain Boeing a infligé, mercredi 14 décembre, un nouveau revers en Asie à son concurrent européen Airbus en plaçant 115 exemplaires de son long-courrier Dreamliner auprès de la compagnie aérienne australienne Qantas, pour un montant évalué à 18 milliards de dollars. Le conseil d’administration de Qantas, qui a préféré le dernier-né de Boeing, le 787 «Dreamliner», à l’A350s d’Airbus, a annoncé l’achat ferme de 65 unités pour livraison à partir de août 2008. Elle a également posé une option d’achat sur 50 autres exemplaires dans le cadre de l’expansion et la modernisation de sa flotte. Le directeur général de la compagnie australienne, Geoff Dixon, a refusé de dévoiler le montant des achats fermes, mais, au prix catalogue, cela représente 9,8 milliards de dollars. Purement indicatifs, les prix catalogue sont systématiquement revus en baisse à la suite de rabais confidentiels accordés aux clients. «Naturellement, si l’on prend en compte les 115 appareils, cela s’élève à environ 23 ou 24 milliards de dollards australiens» (soit 17 à 18 md USD), a déclaré Dixon. Les appareils seront destinés à Qantas et à sa filiale à bas prix, Jetstar, qui doit desservir des lignes internationales à partir de 2007. La décision de Qantas sonne comme un revers pour l’avionneur européen Airbus, qui avait vendu 12 exemplaires de son A380s à Qantas pour livraison fin 2006. L’achat de ces appareils sera financé avec la trésorerie disponible, a précisé la présidente de Qantas, Margaret Jackson. «Ces nouveaux appareils sont cruciaux pour notre expansion face à la concurrence grandissante qui se profile». Dans le match qui l’oppose à Airbus, Boeing avait déjà marqué un point en signant, en janvier dernier, un accord avec six compagnies chinoises, portant sur 60 Dreamliner, d’une valeur de 7,2 milliards de dollars.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc