×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Addoha/Augmentation de capital
    Les institutionnels ont répondu massivement

    Par L'Economiste | Edition N°:3349 Le 27/08/2010 | Partager

    . Le taux de participation avoisine les 98% . 7.000 investisseurs ont répondu présent. 40% des souscriptions ont été opérées à titre irréductibleAnas Sefrioui, PDG d’Addoha, a de quoi se réjouir. La majorité de ses actionnaires ont répondu présent à l’augmentation de capital dont les souscriptions ont été bouclées avec succès le 25 juillet. Le taux de participation avoisine les 98%. Selon le management du groupe, ce sont ainsi 4 catégories d’investisseurs qui ont massivement participé à cette augmentation: les particuliers, les caisses de retraite, les gérants de fonds, et les investisseurs étrangers. «Ainsi, 7.000 actionnaires ont répondu présent à l’opération», se réjouit Sefrioui. La répartition par catégorie d’investisseurs fait ressortir une domination des institutionnels de droit marocain à hauteur de 60%. Ils sont suivis des investisseurs personnes physiques (31%) et des étrangers (9%). Ayant la possibilité de souscrire à titre irréductible ou le cas échéant réductible, les actionnaires ayant participé à l’opération ont massivement souscrit à titre réductible (60%). Les 40% ont exercé leur droit de souscription à titre irréductible. Selon le management, cette proportion de souscriptions à titre réductible renforce la confiance que portent les actionnaires au groupe. «En effet, ce type de souscription implique que l’actionnaire en question demande la proportion des actionnaires qui n’ont pas participé à l’augmentation de capital», explique Mehdi Belghiti, DGA en charge des Finances du groupe. Comme nous l’annoncions dans ces colonnes, l’opération est principalement destinée à financer les projets futurs du groupe que ce soit dans le logement social que dans le haut standing. «Il ne s’agit en aucun cas d’une levée de fonds pour financer notre endettement», confie à L’Economiste Anas Sefrioui. Ainsi, les 2/3 de l’augmentation de capital (2 milliards de DH) servira à renforcer le positionnement d’Addoha dans le secteur du logement social, particulièrement à Casablanca. A cet effet, le groupe est en pleine acquisition de 250 hectares de foncier qui y seront affectés en majorité. Toutefois, une partie de ce foncier sera destinée aux villes où le promoteur immobilier n’est pas encore présent (El Jadida, Béni Mellal et Oujda). Le foncier acquis par le biais de cette augmentation de capital devra étoffer une assiette foncière de 5.754 hectares.Justement, Addoha s’est lancé dans la réalisation d’un programme de 150.000 logements sur la période 2010-2015. A ce titre, 110.000 unités sont déjà en cours de réalisation, sans compter les 46.000 non encore entamés, mais dont le foncier est déjà acquis. D’ailleurs, d’ici la fin de l’année, le challenge pour Addoha est de livrer 21.458 unités sur le segment du logement social et 75.000 unités, toutes catégories confondues, sur la période 2010-2012.Côté haut standing, le management d’Addoha ne cache pas sa satisfaction. En à peine 15 mois d’existence, la marque Prestigia a vendu 4.000 unités, et avant la fin 2010 se sont plus de 5.000 unités qui vont être livrées. C’est, en partie, la raison pour laquelle le groupe accordera un tiers du montant de l’augmentation de capital (1 milliard de DH). «Il faut accélérer le rythme de livraison dans ce segment par la multiplication des sociétés de construction pour chaque projet», affirme Sefrioui. Côté perspectives, Addoha prévoit, sur la base d’hypothèses conservatrices, un taux de progression moyen annuel de son chiffre d’affaires de 24% sur les trois prochaines années. D’ailleurs, le chiffre d’affaires déjà sécurisé par le groupe en début d’année s’établit, selon le management, à 14,2 milliards de DH. A cela s’ajoute 6,6 milliards de DH correspondant aux compromis de ventes portant sur la commercialisation de 14.722 unités à fin juin 2010. «A ce rythme, nous pourrons atteindre 30.000 ventes annuelles et faire même plus», se réjouit Hassan Ben Bachir, conseiller du président.Même tendance haussière prévue pour les autres agrégats financiers d’Addoha. A ce propos, l’endettement devrait revenir, selon les prévisions du management, de 8 milliards de DH en 2009 à 3,5 milliards en 2012. «L’endettement ne représenterait que 25% de nos capitaux propres», ambitionne le top management. Par conséquent, le résultat net prévisionnel sera porté à 2,7 milliards de DH en 2012, pour un taux de marge moyen de 23,1% sur la même période. En attendant, le cours en Bourse de la valeur a subi un léger décrochage au cours de la séance qui a suivi la fin de l’opération d’augmentation de capital. Le temps pour le marché d’absorber l’opération, le titre de la valeur a renoué avec la zone positive pour se stabiliser au tour de 108 DH ce qui représente une plus-value de l’ordre de 14% par rapport au cours de l’augmentation (95 DH). M. A. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc