Economie

L’attrait des énergies renouvelables

Par L'Economiste | Edition N°:4703 Le 08/02/2016 | Partager
En 2015, les transactions ont pratiquement doublé
55,3 milliards de dollars pour 524 opérations
La dynamique devrait se consolider cette année

Les transactions dans le secteur des énergies renouvelables vont bon train. La poursuite des restructurations, un bon stock de ventes en cours en Europe et la multiplication des opérations des entreprises chinoises à l’étranger … sont autant de facteurs susceptibles de contribuer à un important flux en 2016. Un constat relevé par les experts de PwC dans leur étude annuelle «Power and Renewables Deals». Cette dynamique devrait s’observer dans les marchés de croissance, notamment la Chine et l’Inde, mais aussi sur des marchés plus matures comme l’Europe.
«Nous nous attendons à une année active pour les fusions-acquisitions en Europe. Plusieurs opérations importantes sont déjà en cours et il y a de bonnes chances que d’autres suivent»,  explique Éric Douheret, associé responsable Transactions pour le secteur énergie.  «En France, un important programme de cessions d’actifs de l'ordre de 6 milliards d'euros sur 2016 est annoncé chez EDF, tandis qu’en Allemagne, le fournisseur RWE prévoit de procéder à une grande restructuration en 2016», précise-t-il.
L’étude détaille également plusieurs autres facteurs favorables aux fusions-acquisitions dans le secteur mondial de l’énergie et des énergies renouvelables. Des alliances stratégiques entre fournisseurs d’énergie et partenaires extérieurs, notamment entre des fonds souverains et des entreprises d’autres secteurs, deviennent la voie royale pour le développement de la croissance internationale et l’innovation technologique. Aussi les avancées en matière de technologie et de stockage de l’énergie favorisent-elles les opérations de plus petite envergure ainsi que les partenariats hors fusions-acquisitions.
Dans son bilan 2015, l’étude de PwC précise que les transactions réalisées dans les énergies renouvelables ont pratiquement doublé en valeur pour atteindre un montant total de 55,3 milliards de dollars pour 524 opérations (contre 28,3 milliards pour 483 opérations en 2014). Cette forte augmentation des opérations de fusions-acquisitions dans les énergies renouvelables représente en valeur +95% et en volume +8% des transactinos dans ce secteur. Dans le même temps, l’ensemble des opérations dans le secteur de l’énergie a diminué de 16% en valeur, passant de 236,2 milliards de dollars en 2014 à 199 milliards en 2015, et de 5% en volume. Pour Pascale Jean, associée responsable du secteur Énergie: «L’échéance de la COP21 a accéléré la prise de conscience des acteurs majeurs du secteur de l’énergie. Ces acteurs ont dans leur grande majorité mis en place des stratégies de décarbonisation, impliquant la recomposition de leurs portefeuilles de production».

Le marché marocain séduit

Le Maroc parie gros sur ce créneau d’autant plus que le Souverain avait annoncé, lors de la COP21, que le Royaume prenait l’engagement d’atteindre 52% d’énergies renouvelables d’ici 2030. Le pays, qui prépare la COP22, ambitionne de devenir, à cet horizon, l’un des principaux fournisseurs d’énergies renouvelables, notamment solaire et éolienne, non seulement au Maghreb, mais en Afrique et dans le pourtour méditerranéen.  Le Maroc qui gagne en compétitivité reste le 25e marché le plus attractif dans le monde en 2014, selon Ernst&Young  (cf. notre édition N° 4585 du 10/08/2015).

Fatim-Zahra TOHRY
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc