×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Energies renouvelables
    Le Souverain recadre la gouvernance

    Par L'Economiste | Edition N°:4675 Le 28/12/2015 | Partager
    Masen, seule aux commandes de la stratégie
    Mais la coordination avec l’ONEE renforcée

    Parc éolien El Haouma: développé par Nareva dans la région de Ksar Sghir d’une capacité de 50 MW. Le portefeuille d’investissements réalisés ou en cours de réalisation de la filiale de la SNI dans l’éolien s’élève à  31 milliards de DH (Ph. L’Economiste)
     

    Le Roi a présidé, samedi 27 décembre à Casablanca, une séance de travail consacrée à la gouvernance du programme de développement des énergies renouvelables. La réunion intervient après celle tenue le 13 octobre dernier à Tanger. Tous les acteurs concernés étaient présents. Le Souverain a donné ses instructions pour que le pilotage des énergies renouvelables, notamment solaires, éoliennes et hydroélectriques, soit désormais assuré par la seule agence Masen. La désignation de cette structure aux commandes de la gouvernance de la stratégie a pour objectif d’optimiser les ressources et de rendre plus efficace la démarche suivie jusqu’à présent. Le renforcement du processus de convergence permettra de mieux concrétiser les ambitions nationales en matière d’énergies renouvelables conformément aux objectifs que s’est fixés le Maroc. Le Royaume compte porter la part des sources renouvelables dans le mix énergétique à 42% dans cinq ans et à 52% à l’horizon 2030.
    Outre le recadrage du pilotage de la stratégie, le Souverain appelle l’ONEE et Masen à travailler en symbiose pour confirmer le leadership mondial du Maroc en matière de transition énergétique. Les deux structures devront par conséquent coopérer à travers des liens organiques plus forts et une coordination de la vision stratégique. Masen et l’ONEE devront donc assurer le suivi de l’état d’avancement des différents projets pour  que les objectifs annoncés soient tenus dans les délais qui leur sont impartis. Le Maroc a déjà lancé deux programmes d’énergies renouvelables de 4.000 MW à parts égales pour le solaire et l’éolien pour un montant d’investissement global de près de 100 milliards de DH. Pour leur part, les projets hydroélectriques devraient totaliser un portefeuille d’investissement de 35 milliards de DH. Les trois composantes de la stratégie des sources renouvelables constitueront chacune 14% du mix énergétique.  La séance de travail présidée par le Souverain intervient quelques jours à peine après l’attribution du programme éolien de  850 MW au consortium conduit par Nareva pour 11 milliards de DH. Soit le plus gros projet en matière d’énergies renouvelables jamais décroché jusqu’à ce jour.
    Masen vient d’annoncer également la liste des 20 entreprises et groupements de sociétés retenus suite au processus de pré-qualification au marché de développement de la composante photovoltaïque du programme solaire Noor PVI, d’une capacité agréée d’environ 170 MW via trois centrales à Ouarzazate, Laâyoune et Boujdour.
    En septembre dernier, un peu moins d’une quarantaine de soumissionnaires de plus de 20 pays avaient déposé leurs dossiers dans le cadre d’un schéma de production indépendante (IPP). Le scénario consiste à concevoir, financer, construire, exploiter et maintenir des centrales solaires.
    Parmi les soumissionnaires retenus, figurent plusieurs majors internationaux de l’énergie solaire. L’on note également la présence de structures locales telles que la SGTM qui s’est associée à l’espagnol Acciona Energia dans un consortium conduit par le saoudien Swicorp.
    H .E.
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc