Politique

Au RNI, Belkhayat y croit

Par Mehdi LAHDIDI | Edition N°:4599 Le 02/09/2015 | Partager
Il joue sur son expérience et sa capacité de négociation...
... Et cerise sur le gâteau, des rêves de JO pour Casablanca!

Présentant son programme électoral, Moncef Belkhayat vend aux électeurs ses compétences managériales et sa capacité à négocier

Oubliée la maladresse avec Nabila Mounib et le buzz qui en a découlé pour son début de campagne... Moncef Belkhayat semble vouloir mettre l’accent sur l’essentiel de sa candidature aux élections régionales: son programme. Précis et chiffré, ce dernier ressemble plus à une stratégie globale qu’à un programme électoral. Certes, une impression de déjà-vu se fera sentir pour ceux qui ont déjà consulté les recommandations du think tank «Casa Impulse» qui s’était attelé sur la région au lendemain du discours royal de 2013 quand le Souverain avait fustigé la gestion de la métropole. L’ex-ministre RNIste reconnaît qu’il s’en est «inspiré». «C’est vrai que je prends le train en marche. Mais la réalisation de ces plans demande un certain savoir-faire. Par mon expertise managériale et mes compétences pour trouver les ressources, je pense être le mieux placé pour mener à bien ces projets», insiste-t-il.
 Le programme/recommandation détaille le budget pour chacune de ces étapes. Par exemple, réaménager la côte de Bouznika à Oualidia avec des plages animées, organisées et sécurisées coûtera 200 millions de DH. Construire de nouveaux stades dans la région et surtout réussir le transfert du stade Mohammed V vers Médiouna nécessiteront 300 millions de DH. La digitalisation des services administratifs, 200 millions de DH.
Le programme cible également des champs qui semblent plutôt relever des fonctions régaliennes de l’Etat: la sécurité, santé ou éducation. En effet, Belkhayat promet des centres de santé de proximité et pour le volet sécurité, un programme d’action et de sensibilisation pour garantir aux femmes leur tranquillité de déplacement et de circulation.
La totalité des mesures prônées par le candidat du RNI nécessiteront un  budget total de 38 milliards de DH pour toute la durée jusqu’à 2028. C’est-à-dire 3,4 milliards de DH par an, soit bien plus que les 3 milliards du budget actuel. «Ça sera de mon ressort de négocier avec Rabat. Nous attendons la prochaine loi de finances pour voir comment se dérouleront les choses, puisque dans le texte de loi sur la régionalisation, la question du budget reste floue», avoue-t-il.  «La cerise sur le gâteau» sera les Jeux Olympiques de 2028, un autre de ses buzz sur Internet (Belkhayat reste, indépendamment de la campagne électorale, l’une des politiques les plus actifs sur le web). Si le sujet a suscité la controverse, Belkhayat relativise. «Il s’agit d’une ambition que Casablanca pourra atteindre si uniquement tous les projets et objectifs proposés sont accomplis», précise-t-il. Quant au dossier de candidature, les champions marocains au Comité international olympique (Nawal El Moutawakkil, Hicham El Guerrouj, Nezha Bidouane) pourront lui donner un coup de pouce. «Au ministère, j’ai achevé tous les dossiers que j’ai menés. Je pourrai faire la même chose avec les Jeux Olympiques», promet-il. C’est justement ce qui distingue la campagne de Belkhayat que beaucoup jugent à contre-courant. Il prône un vote pour des profils managériels plutôt que des personnalités politiques...
Mehdi LAHDIDI
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc