Politique

Laenser vise le Conseil régional à Fès

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:4598 Le 01/09/2015 | Partager
Le patron «haraki» veut rendre à la ville son lustre d’antan
Aménagement, investissement, artisanat et agriculture… au menu

Mohand Laenser a prôné un discours sage et serein pour vendre son programme électoral aux 430.000 électeurs de Fès. Contrairement à son SG du MP, Aziz Lebbar, tête de liste du parti à l’arrondissement d’Agdal, qui a préféré tirer à boulets rouges sur son rival Hamid Chabat.

De toute évidence, Mohand Laenser vise la présidence du Conseil régional de Fès-Meknès. Ce n’est pas fortuit d’ailleurs que le SG du Mouvement Populaire (MP), tête de liste à Boulemane, a choisi Fès, le chef-lieu de la nouvelle région, pour lancer sa campagne électorale pour le scrutin du 4 septembre. Le rendez-vous a été pris avec les militants «harakis», dimanche dernier, à la place Florence. 
Il est 18h20 ce 30 août lorsque Laenser monte sur scène. Il est accompagné notamment de Lahcen Haddad, ministre (MP) du Tourisme, Aziz Lebbar, tête de liste MP à l’arrondissement d’Agdal, Saïd Lebbar, tête de liste MP à l’arrondissement de Saïss, et Aziz El Filali, tête de liste MP à l’arrondissement Fès-médina. Solidarité «inter-partisane», Abdellah Abdellaoui, tête de liste PJD à l’arrondissement d’Agdal, était également de la partie. Côté affluence, les organisateurs avancent la présence de plus d’un millier de militants. Devant ces derniers, Laenser a affirmé que le MP adhère parfaitement à cette «nouvelle révolution» telle que qualifiée par le Roi lors de son discours à l’occasion de la commémoration du 62e anniversaire de la révolution du Roi et du peuple. «Une révolution à l’esprit de laquelle le parti du MP s’inscrit avec volontarisme et abnégation». 
Laenser, doyen des chefs de partis en exercice (73 ans), a présenté sa vision «pour la mise à niveau de la ville de Fès dans le cadre d’une approche de développement intégré et réaliste, tenant en compte des potentialités existantes devant être mobilisées à l’avenir tout en observant les règles de bonne gouvernance et de transparence». 
Selon le SG du MP, qui avait déjà présidé aux destinées de la région de Fès-Boulemane, «la région de Fès-Meknès englobe désormais 9 provinces et dispose d’une grande diversité culturelle, économique, touristique, environnementale et politique». D’où la nécessité de réfléchir globalement sur ses problématiques pour dégager des solutions en faveur des zones rurales avoisinantes afin de juguler le phénomène de l’exode non productif», affirme-t-il.  
Particulièrement pour  l’attractivité de Fès, la solution proposée par le patron du MP se base sur «la révision de l’aménagement de la ville pour pouvoir construire des zones industrielles à l’extérieur du périmètre urbain». L’objectif étant de mettre en place de nouveaux pôles de production et des unités de soins de santé mobiles ou fixes dans les zones périurbaines et rurales dans les campagnes et les petites villes avoisinantes, explique-t-il. 
Son programme comprend également l’intégration de «nouveaux modes de transport ainsi que le développement de moyens modernes de sécurité». Cela, sans oublier la nécessité de créer des centres de préservation de la mémoire collective de la ville et de sa culture et son patrimoine, la valorisation des potentialités, les politiques publiques, l’attractivité et l’amélioration de la compétitivité territoriale. Pour ce dernier volet, outre l’investissement et les projets d’infrastructures, le SG du MP table sur la modernisation du secteur de l’artisanat, ou encore l’encouragement des projets agricoles (stopper l’hémorragie de l’exode rural), des activités génératrices de revenus et d’emploi… «Bref, tout passera par la bonne gouvernance locale», conclut Laenser.  
Youness SAAD ALAMI
 
  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc