×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    Ces stimulants qui cartonnent

    Par L'Economiste | Edition N°:3901 Le 02/11/2012 | Partager
    Ils font partie des 5 premiers médicaments utilisés au Maroc
    Plus de 3,7 millions de comprimés écoulés en 2011
    Le marché croît de 15% par an!

    La chute des prix a largement contribué à la hausse des ventes de stimulants Outre le Viagra, produit en partie dans cette usine d’El Jadida (en haut), il existe aujourd’hui quelque 8 médicaments, dont 6 génériques qui accaparent 80% du marché, et dont les prix démarrent à 35 DH le comprimé!

    Il est loin le temps où l’on devait chuchoter à son pharmacien que l’on avait besoin d’une pilule pour augmenter sa libido. Aujourd’hui l’achat de stimulants sexuels se banalise, et pour cause! En consommer n’est plus synonyme «d’impuissance» ou de dysfonctionnements érectiles en termes plus doctes. De plus en plus de jeunes de moins de 30 ans recourent à ce genre de stimulants. Des jeunes qui ont le souci de «performance». «Ces dernières années les comportements ont changé. Les hommes pensent plus à satisfaire leurs partenaires», relève Amal Chabach, sexologue, thérapeute du couple et de la famille. Et on en consomme sans modération si l’on en croit les statistiques du marché! «Ces stimulants se placent aujourd’hui parmi les 5 médicaments les plus utilisés au Maroc. Les consommateurs sont souvent des jeunes qui ne souffrent d’aucun trouble», précise Mohamed Belghazi, pharmacien à Casablanca, ancien président du Conseil de l’Ordre des pharmaciens fabricants. En 2011, les Marocains ont dépensé plus de 210 millions de DH pour acheter quelque 3,7 millions de comprimés! Chaque année le marché croît de 15% en moyenne, «C’est énorme comme progression», s’écrie un fabricant.
    Il existe environ 9 marques sur le marché, dont 6 génériques qui cartonnent actuellement. «Ils accaparent 80% du marché», souligne-t-on du côté du laboratoire Pfizer, dont la molécule, Sildénafil (autrement dit le Viagra) dominait le marché il y a quelques années. Toutefois, le produit fait toujours partie des best-sellers du laboratoire. Les prix ont également nettement baissé, ce qui a contribué à doper les ventes. La «pilule bleue» qui coûtait auparavant 120 DH l’unité n’en coûte plus que près de 92 DH. Les génériques pour leur part sont vendus entre 35 et 50 DH (50 mg). «Le plus gros des ventes est lié à de l’automédication», indique un industriel. Eh oui, même si l’on s’est décomplexé par rapport à l’acte d’achat, il est toujours aussi difficile de se confier à un spécialiste (voir article ci-contre). Les pharmaciens, quant à eux, livrent ces produits sans ordonnance, même si elle est obligatoire.
    Cela dit, si la demande de stimulants sexuels a carrément explosé, c’est aussi en raison de troubles physiques, tels que l’hypertension artérielle, le diabète ou encore l’obésité. Des maladies qui deviennent de plus en plus fréquents au Maroc et qui ont un effet direct sur l’érection et la performance sexuelle. Concernant les diabétiques, par exemple, 9 personnes sur 10 finissent par avoir des problèmes de libido au bout des dix premières années de leur maladie.
    Ahlam NAZIH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc