×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Marrakech/Coopératives
    Le coup de pouce des eaux et forêts

    Par L'Economiste | Edition N°:3826 Le 13/07/2012 | Partager
    Un écomusée pour le parc national du Toubkal
    122 contrats programmes conclus depuis 2005
    Nouveaux partenariats pour l’approvisionnent et la commercialisation

    C’est à Tahanaout que le Haut commissariat des eaux et forêts a choisi de célébrer la journée internationale des coopératives. Une occasion pour présenter une plate forme de commercialisation mise en place à l’écomusée du Toubkal

    C’EST une des coopératives forestières les plus réussies. Agoundis (thym) a été créée en 2007, soutenue par le Haut Commissariat des Eaux et des Forêts et la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD) et des ONG internationales pour encourager les populations du Toubkal à gérer les plantes médicinales et aromatiques d’une manière plus durable. L’Inra a aussi donné un coup de main en formant les adhérents à de nouvelle méthode pour la gestion du sol. La coopérative regroupe aujourd’hui 70 membres. Elle a été présentée lors de la journée internationale des coopératives organisée récemment par le HCEFLCD à Tahanaout. Située à seulement 70 km de Marrakech, cette coopérative opère à proximité du parc du Toubkal, un des patrimoines naturels des plus attrayants. Elle commercialise ses produits (huiles essentielles) à l’écomusée du parc devenu aujourd’hui une plate forme de choix pour la promotion de l’économie sociale et solidaire. En effet, l’écomusée est conçu de façon à créer une exposition visuellement stimulante. Sur plusieurs km, un chemin environnemental éducatif a été construit donnant un passage botanique conçu pour présenter, les arbres les plus importants et les plantes du secteur et leurs propriétés médicinales.
    Pour les eaux et forêts, les coopératives sont une pièce maîtresse dans la valorisation des services éco-systémiques sans parler du rôle qu’elles jouent au niveau de l’intégration sociale. Rappelons que les 195 coopératives forestières en plus des 205 autres spécialisées dans la production de l’huile d’argan intègrent un effectif de 6400 adhérents. Depuis 2005, le HCEFLCD a conclu 122 contrats programmes avec 10 groupements d’intérêt économique avec 78 coopératives. «Les expériences de certaines d’entre elles ont été très réussies au niveau organisationnel. Aujourd’hui, il faut désormais passer à une nouvelle étape: soutenir ces coopératives sur le plan de la commercialisation», souligne Abdeladim El Hafi le haut commissaire des eaux et des forêts et la lutte contre la désertification.
    Le volet commercial et l’approvisionnement ont d’ailleurs été au cœur des conventions conclues par les eaux et les forêts avec de nouvelles coopératives. Ainsi sa Fondation des œuvres sociales a noué un partenariat avec cinq d’entre elles dont l’objectif est la conservation des ressources naturelles, le développement du tourisme durable, la valorisation de l’artisanat local et la contribution à la commercialisation des produits de terroir. Une autre convention a été conclue entre quatre coopératives d’artisans du bois de thuya et trois coopératives d’exploitants, visant à assurer l’approvisionnement en bois et en loupe de thuya, à renforcer la filière du bois de thuya en améliorant sa compétitivité afin de valoriser ce secteur artisanal, qui emploie plus de 7000 artisans. Le bois de thuya représente la matière première principale de la marqueterie (95% des bois utilisés).


    De notre correspondante Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc