×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Lutte contre la précarité: Peu d’impact sur la femme et les jeunes

    Par L'Economiste | Edition N°:3826 Le 13/07/2012 | Partager
    Les conclusions du 2e rapport de l’ONDH
    Les programmes Mokawalati et Taehil ont totalement échoué
    387.000 élèves quittent le système scolaire avant terme

    En 2009, l’électrification de la campagne a concerné 96,6% des zones et l’eau potable 89%. Mais 45,6% des ménages ruraux ne sont pas raccordés au réseau de l’eau et 12,5% ne dispose pas de moyens pour accéder à l’électricité

    Nul doute, que des avancées notables ont été réalisées en matière d’inclusion des couches  défavorisées mais beaucoup de chemin reste à faire. Le constat est dressé par le deuxième rapport de l’Observatoire National du Développement Humain (ONDH). Les progrès relevés trouvent leur origine dans le maintien des équilibres fondamentaux et la réalisation d’une  croissance soutenue sur la période 2004-2009. Mais depuis, la situation a beaucoup changé. Et la croissance  peine à atteindre le niveau requis pour la création de l’emploi. Néanmoins, la livraison de l’Observatoire  n’est pas dénuée d’intérêt. Elle concerne l’un des «nœuds du futur» pointés par le rapport du Cinquantenaire.     
    L’Observatoire focalise son analyse sur trois catégories de population touchées par l’exclusion : la femme, la jeunesse et le monde rural. Il se propose d’évaluer l’impact des principales mesures et réformes engagées sur cette population.
    La première décennie des années 2000 a été marquée par des réformes structurelles et le lancement de grands chantiers d’infrastructures dans un contexte de mondialisation et d’ouverture de l’économie nationale. «Ces initiatives commencent à produire leurs effets sur le plan social», constate l’Observatoire. Au cours de la période 2004-2009, le taux de chômage a baissé de 1,7%, l’analphabétisme a reculé de 3,5 points et la scolarisation s’est accrue  de 5% points. Des améliorations ont été également enregistrées en ce qui concerne la pauvreté et l’accès aux services sociaux.  Le taux global de la pauvreté est passé de 15,3 à 8,8% entre 2001 et 2008 bien qu’à un rythme moins accéléré en milieu rural (35%) qu’en milieu urbain où il a été divisé par deux. «Toutefois, cette baisse n’a pas permis de créer un nombre d’emplois suffisant pour absorber la demande croissante de travail ni de réduire les inégalités sociales», révèle le rapport. La part des 20% de la population aisée dans la dépense totale n’a pratiquement pas changé entre 2001 et 2007 : 48% contre 6,5% pour le cinquième de la population la plus pauvre.
    Or, qu’en est-il des catégories ciblées par l’Observatoire ? A commencer par la femme. Celle-ci a eu droit à un nouveau statut depuis 2004 (la Moudouana) lui permettant en principe d’agir sur les facteurs décisifs de l’exclusion. En particulier, la scolarisation des jeunes filles et les droits économiques des veuves et femmes divorcées. Mais le Code de la famille se heurte toujours à des résistances. Le mariage des mineures persiste surtout dans le milieu rural. Et la prévalence de la violence touche 62,8% de femmes, urbaines pour la majorité. Le taux de l’analphabétisme parmi le sexe faible est aussi plus élevé par rapport à la junte masculine. En milieu rural, il est de l’ordre de 71% pour les femmes contre 42,3% pour les hommes. La situation n’est pas non plus moins préoccupante en milieu urbain : le pourcentage de femmes analphabètes est de 38,4% contre 18,6% pour les hommes. En ce qui concerne l’accès aux activités économiques, le rôle demeure marginal. En 2009, le taux de femmes actives était de 25% contre 75% pour les hommes. «De même la représentation des femmes dans les instances législatives, exécutives ou judiciaires reste limitée et en tout cas inférieure au tiers ciblé par les objectifs du Millénaire», dénonce l’ONDH. Même si, le statut de la femme et les conditions de son travail ont été nettement améliorés, il n’est pas certain que leur application soit effective ou que cela suffise pour changer les mentalités. Selon l’Enquête Planétaire de la Fondation pour l’Innovation, 50% des jeunes sont réticents à l’égalité des sexes et ne considèrent pas qu’il s’agisse,  d’un critère essentiel pour définir leur société idéale. Mais cette jeunesse n’est pas non plus mieux lotie. En particulier, celle âgée de 15-24 ans. Parmi cette catégorie, le taux de chômage a augmenté de 2 points entre 2004 et 2009 et reste plus préoccupant en milieu urbain où il s’est établi à 31,8%. Il touche aussi beaucoup plus les diplômés que les sans diplômes. «Les programmes «Moukawalati» et «Taehil» destinés à faciliter la transition des jeunes diplômés vers l’emploi se sont soldés par un échec cuisant». Le premier a enregistré la création de 3.000 entreprises en 2009 soit 10% de l’objectif de 2008. Alors que le second, portant sur l’amélioration de l’employabilité de 100.000 chercheurs d’emploi n’a profité qu’à14.000 personnes.
    Mais le problème est promis à l’aggravation avec l’abandon scolaire qui reste le talon d’Achille du système de l’Education nationale. Il affecte en effet, 70% des effectifs nouvellement scolarisés en première année du primaire: 387.000 élèves. «Si, cette proportion se maintient sur les cinq années à venir, ce sont 2 millions de jeunes entre 12 et 20 ans qui auront quitté l’école prématurément et dont la majorité sera demandeur d’emploi sans aucune qualification», prévient l’Observatoire. D’où la nécessité d’appliquer la loi fondamentale sur l’obligation de la scolarisation et de la réglementation sur le travail domestique pour infléchir cette tendance. Certes l’Etat a initié un système de formation par apprentissage depuis 2002. Mais le résultat à fin 2009 demeure très faible : 97.000 ayant bénéficié pour un effectif qui frôle les 400.000. Quant à l’inclusion du monde rural, elle se pose en termes d’accès généralisé aux infrastructures et aux services publics. Les retards accumulés, il y a deux ou trois décennies, ont été rattrapés. En 2009, les taux d’accès à l’eau potable et à l’électricité ont atteint respectivement 89 et 96,5%. Ces performances devraient en principe permettre aux populations rurales de participer aux activités éducatives et économiques. Mais des carences et inégalités subsistent dans les campagnes. L’électrification peine à gagner tous les foyers des zones desservies, car une part non négligeable (12,5%) des ruraux n’ont pas les moyens de se raccorder au réseau. Il en est de même pour l’eau potable dont 45,6% des ménages ruraux ne sont pas encore branchés.

    A.G

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc