×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Restauration collective
    Newrest relève ses ambitions au Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:3826 Le 13/07/2012 | Partager
    Le groupe lorgne la ligne de TGV Rabat-Tanger
    Depuis 2006, son chiffre d’affaires a presque doublé

    Newrest sert quelque 60.000 repas par jour au Maroc, dont le coût unitaire varie entre 20 et 50 DH. Dès la prochaine rentrée, les universités de Tétouan et d’Agadir compteront parmi ses clients

    Newrest fête cette année ses 25 ans, l’occasion pour le groupe de dresser son bilan à l’international, mais aussi au Maroc où il est implanté depuis 2006, date à laquelle il s’est offert 100% d’Eurest Maroc. Le groupe, fondé par Olivier Sadran, présent dans 45 pays et employant quelque 17.500 personnes, réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires à l’international de près de 600 millions d’euros, grâce notamment à l’inflight et à la prestation de services aux compagnies pétrolières et minières (restauration, logistique, facility management, etc.). Un montant auquel s’ajoute un chiffre d’affaires de près de 1 milliard d’euros, découlant de ses participations minoritaires.
    Au Maroc, la success story continue. En près de six ans d’existence, Newrest a pratiquement doublé son chiffre d’affaires, le portant de 250 millions à 480 millions de DH. Spécialisé dans la restauration collective comptant environ une trentaine de concurrents, sa part de marché est passée à 75%. Au Maroc, tout roule pour l’opérateur qui s’attaque à plusieurs marchés: écoles, offices, banques, assureurs... Dernièrement, il a investi le marché des universités, notamment celle de Settat ou encore l’Université Internationale de Rabat. Les universités de Tétouan et d’Agadir seront desservies dès la prochaine rentrée. Newrest s’est même essayé à la restauration dans la prison de Kénitra. Une expérience qui a duré 3 mois, et à laquelle l’administration pénitentiaire a décidé de mettre fin le temps d’étudier la possibilité d’une externalisation. «Le Maroc est le marché le plus mature dans le Maghreb.

    Newrest Maroc en chiffres

    • 2.800 employés, dont 60% de femmes
    • Un chiffre d’affaires prévisionnel dépassant les 500 millions de DH en 2012, soit près de +6%.
    • 75% de part de marché de la restauration collective
    • 60.000 repas livrés par jour
    • Un coût moyen par repas de 20 DH
    • 280 millions de DH d’achats d’intrants par an
    • 250 clients
    • 200 fournisseurs

    C’est celui qui accorde le plus d’importance à cette notion d’accompagnement et de services offerts aux salariés», relève Olivier Sardan, PDG de Newrest. Le groupe compte un portefeuille d’environ 250 clients, dont l’OCP, la RAM, la Banque Populaire, BMCI, Bank Al Maghrib, l’EHTP, l’Iscae… Il traite également avec près de 200 fournisseurs, dont une trentaine lui assurent 80% des approvisionnements (Koutoubia, King Generation, Patiss Maroc, etc.). Ses mots d’ordre: qualité et traçabilité. «Nous sommes les seuls sur le marché à disposer d’une direction qualité et médecine du travail, dirigée par un professeur conseil en nutrition», se targue Bruno Hériché, directeur général. «Nous procédons à des audits hygiène et qualité réguliers. Nous faisons également appel à des laboratoires indépendants pour des analyses bactériologiques mensuelles sur l’ensemble de nos sites», poursuit le management.
    Cependant, les ambitions du groupe au Maroc sont bien plus grandes. Cette année, par exemple, Newrest est en course pour décrocher près de 49% de part de la filiale de la RAM, Atlas Catering (voir interview ci-contre). Le spécialiste du catering compte aussi se porter candidat pour desservir la future ligne de TGV Rabat-Tanger.     
    Pour 2012, le groupe prévoit un chiffre d’affaires en croissance de 6 à 8%, dépassant les 500 millions de DH. En 2011, la hausse était de l’ordre de 6%. «Au Maroc, nous n’avons pas senti de crise au niveau de la croissance. Nous avons toutefois ressenti un resserrement de la trésorerie, à cause du changement de gouvernement qui a retardé plusieurs marchés publics», précise Sadran. «Le souci majeur de l’enseigne au Maroc reste le recouvrement», tient-il à préciser. C’est la bête noire de la plupart des sociétés, en attendant que la loi de 2011 fixant les délais de paiement à 60 jours donne ses fruits! Mais si les affaires marchent plutôt bien au Maroc, il n’en est pas autant dans tous les pays. A cause de la crise en Europe, Newrest a essuyé une baisse de son chiffre d’affaires de 20% en Grèce et de 15% en Espagne.

    Saudi Airlines Catering: Une référence en béton

    Newrest fait de l’acquisition des 49% de la filiale de la RAM, Atlas Catering, son premier objectif pour 2012-2013. Pour le moment, les négociations se poursuivent, et le groupe fait valoir tous ses atouts, dont son expérience avec Saudi Airlines Catering (SAC). En 2007, Newrest a remporté, avec un consortium koweitien, un appel d’offres portant sur 49% de SAC. Depuis, le chiffre d’affaires du saoudien a grimpé de 75%, et son résultat net de 225%. Le 9 juillet dernier, SAC s’est introduite sur la Bourse de Riyad en cédant 30% de son capital (dont 4% pour Newrest), avec une sursouscription d’environ 6 fois. 

    Ahlam NAZIH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc