×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Marrakech/Démolitions
    Retour au calme à Tassoultante

    Par L'Economiste | Edition N°:3818 Le 03/07/2012 | Partager
    La destruction de 50 habitats anarchiques a provoqué un soulèvement
    La commission chargée du dossier reprendra l’opération incessamment

    C’est en présence d’un important dispositif de sécurité que l’opération de démolition a démarré vendredi dernier. Objectif: détruire tout un ensemble de constructions anarchiques sises sur un terrain domanial

    Retour au calme dans le douar Harakat de la commune rurale Tassoultante, banlieue sud de Marrakech. La commission de démolition devrait bientôt  reprendre son travail. Objectif: détruire l’ensemble des baraques dressées sur un terrain des domaines qui ont poussé comme des champignons. L’opération qui s’insère dans le cadre d’un programme de la lutte contre l’habitat illégal et l’amélioration du paysage urbanistique a démarré vendredi et a failli tourner au carnage. D’après des sources proches du dossier, ledit terrain a été morcelé depuis quelques mois en plusieurs petits lots vendus par des spéculateurs de manière frauduleuse aux habitants des douars avoisinants. Des bicoques qui étaient parfois édifiées de nuit, mettant l’autorité locale devant le fait accompli. Aussi, la décision de les détruire a été prise. Appuyées par un arrêté du parquet, les autorités locales ont procédé aux premières opérations de destruction vendredi dernier. Et bien entendu, les propriétaires se sont opposés aux bulldozers. «On s’y attendait», indique ce responsable auprès de la wilaya. Et c’est pour cela que l’opération s’est déroulée sous la supervision du parquet et en présence d’un grand dispositif de sécurité (gendarmes et forces de l’ordre) «dans un objectif d’intimidation», précise-t-on auprès de la wilaya. Après la destruction d’une cinquantaine de bicoques, une bataille a opposé les forces de l’ordre aux habitants du douar, armés de pierre, et a duré plusieurs heures. Les manifestants se sont dirigés ensuite vers la route et ont bloqué la circulation vers la route l’Ourika, essayant d’arrêter les véhicules. Les esprits se sont calmés en fin d’après-midi, après l’arrestation de deux meneurs de ce soulèvement. La commission chargée de ce dossier devrait reprendre l’opération incessamment.  Ce n’est pas la première fois qu’une démolition de constructions illégales suscite des soulèvements dans cette commune qui bat les records d’habitats anarchiques, notamment  à Sidi Moussa ou encore à douar El hna. D’autres se sont  terminées dans des bains de sang.  Tassoultante est une commune rurale de 30.000 habitants qui a connu un développement immobilier important depuis l’arrivée de plusieurs investisseurs qui y ont construit des maisons d’hôtes et des complexes immobiliers.

     

    De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc