×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Hôtellerie
    Un nouveau fleuron du luxe à Marrakech

    Par L'Economiste | Edition N°:3818 Le 03/07/2012 | Partager
    Soft opening pour le Selman signé par Jacques Garcia,
    Chenot pour le diététique et un haras pour le plaisir des yeux
    4 employés par chambre, alors que les standards ne dépassent pas 2,5

    La touche du grand designer décorateur Jacques Garcia est bien reconnaissable. Dans les chambres, il y a des télés  miroirs, dans la salle de bain, des piscines privatives… Il faut compter 19.000 DH pour y passer la nuit

    Apporter une plus grande valeur ajoutée tout en se positionnant sur le luxe. C’est l’objectif que se sont fixés les promoteurs de l’hôtel Selman qui opère en soft opening depuis mai dernier en attendant une véritable ouverture en septembre prochain. L’établissement de luxe qui se trouve sur la route de Tahanaout et s’étend sur 6 hectares a associé l’art marocain à la passion de ses propriétaires: les chevaux. L’expérience du Selman est loin, très loin des standards internationaux. L’idée étant surtout de créer, non pas un hôtel de plus, mais un domaine et des lieux de vie, de générer une véritable expérience dans un cadre unique qui semble exister depuis toujours. «Elle fera  vivre à nos hôtes de purs moments de grâce pour une expérience unique de séjour à l’écart du temps», confirme Abdessalam Bennani  Smirès, promoteur du projet. Dans ce palais hors du temps revit l’art de l’hospitalité marrakchie renforcée par la présence des pur-sang arabes qui feront l’âme de Selman. La plupart des 56 chambres de ce bijou de l’hôtellerie haut de gamme ont une vue sur le haras. L’ensemble de paddocks constitue en outre un immense spring garden dans lequel seront organisés des événements autour du cheval arabe: Garden parties ou présentations de marques…Les commerciaux de l’hôtel comptent bien miser sur cet atout.
    Trente chambres de luxe, 2 suites et 5 ryads avec jardin et piscine privatifs composent l’ensemble. Ces derniers peuvent convenir à des clients du Moyen Orient qui souhaitent de grands espace privés pour leur famille. Et pour compléter le tableau, la famille Bennani Smirès n’a pas lésiné sur les moyens pour s’entourer des plus belles signatures: c’est en effet, Jacques Garcia, qui a été derrière aussi bien la conception des premiers croquis pour l’architecture que la décoration. Garcia a opté pour une ambiance arabo-mauresque dans des tons pétillants de vert et de mauve qui contrastent avec la grandiose austérité de l’architecture. L’autre signature dont s’est doté le palace, l’espace de vitalité Chenot.  Et ce sont les enfants de Henri Chenot, créateur de laboratoire de phytocosmétique qui ont tenu à présenter le concept qui pourra se faire désormais à Marrakech, après l’Italie et New York. Le spa de l’établissement offrira des cures et soins exclusifs tout comme le concept de la cuisine Biolight ou encore des séances de médecine esthétique grâce à des appareils de dernière génération, inédits au Maroc. Coté RH, nerf de la guerre, la nouvelle unité emploie 200 personnes. Soit un ratio de 4 personnes par chambre avec des services 24H/24, (majordome dans les ryads, service transfert en limousine…). En revanche, rien ne filtre sur le montant de l’investissement de cette nouvelle collection à Marrakech. La famille préfère rester discrète sur ce sujet.


    Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc