×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    L’ONCF plus agressif sur le fret

    Par L'Economiste | Edition N°:3818 Le 03/07/2012 | Partager
    10 mois avant l’entrée en service du pipeline OCP
    Un chiffre d’affaires de 3,6 milliards de DH en 2011
    L’Office renforce son parc pour l’été

    Aujourd’hui, l’essentiel de l’activité fret de l’ONCF se fait avec l’OCP. Avant la mise en marche du pipeline pour le transport des phosphates en avril 2013, la compagnie ferroviaire devra trouver d’autres clients

    Dans près de 10 mois, l’ONCF devra compter sans la manne du phosphate! Avec 34 millions de passagers en une année, l’Office national des chemins de Fer (ONCF) semble conquérir le voyageur lambda. C’est une autre paire de manches lorsqu’il s’agit d’entreprises et de marchandises. L’année dernière, les trains de l’Office ont transporté 37 millions de tonnes de marchandises avec une légère hausse de 2% par rapport à 2010. Le chiffre d’affaires du trafic marchandises de 2011 s’est apprécié, en atteignant 12%.  Cette performance est essentiellement tirée par l’activité phosphate. Ainsi, des records ont été enregistrés sur l’axe Khouribga-Jorf Lasfar avec 11,7 millions de tonnes et sur l’axe Safi avec 9,7 millions de tonnes, soit des hausses respectives de 17 et 4% par rapport à l’année 2010. Des volumes que l’Office devra bientôt oublier. Pour rappel, l’OCP a lancé un vaste chantier de construction d’un pipeline (235 km). Ce moyen de transport reviendra dix fois moins cher comparé à la voie ferrée. La construction du pipeline a été attribuée au turc Tekfen pour un montant de 3,6 milliards de DH. Le projet devrait être livré en avril 2013. Dans ce contexte, l’ONCF multiplie les initiatives pour attirer de plus en plus d’entreprises. L’activité marchandises hors phosphates a progressé de 10,5%. L’Office parie sur l’accroissement soutenu du trafic ferroviaire dans l’activité des nouveaux ports de Nador et TangerMed. Le plus gros de l’activité devra venir de l’évolution des activités logistiques du terminal à conteneurs multimodal Mita à Casablanca (voir L’Economiste du 26 avril dernier).  Par secteur d’activité, l’Office fonde beaucoup d’espoir sur le plan logistique céréales. Ce plan a boosté la part de marché du transport ferroviaire dans le traitement des céréales au port de Casablanca. Elle est passée  de 11,8% en 2010 à 13,2% en 2011.
    Pour attirer cette clientèle entreprise, l’ONCF a lancé un important chantier d’investissement (contrat-programme 2010-2015).  Ainsi, sur un parc total de 6.408 wagons en exploitation, 1.961 wagons ont été révisés, soit dans le cadre de la maintenance courante ou dans le cadre des projets de réhabilitation. L’enjeu est d’augmenter la capacité. Cela représente 31% du parc total. Sur l’axe Casablanca-Rabat, 40 km des voies ont été complètement renouvelées, 35 km sont en cours. Le renouvellement de la caténaire a été enclenché sur la ligne reliant Settat à Marrakech. Il s’agit de 20 km qui ne permettaient pas une vitesse supérieure à 115 km/h. La caténaire a été modernisée pour atteindre une vitesse maximale de 160 km/h. Les études pour le renouvellement de 160 km entre Casablanca et Rabat et le reste de la caténaire rigide entre Settat et Marrakech sont achevées et les appels d’offres de la fourniture du matériel et les travaux sont déjà lancés. L’Office a également lancé les travaux pour la réhabilitation des 14 rames automotrices assurant les liaisons au départ de Casablanca vers l’aéroport Mohammed V, El Jadida et Settat.
    Au-delà de la vitesse, la sécurité cause de lourds problèmes à l’Office. Les accidents et les suicides se multiplient  en particulier dans les passages à niveau.  A fin 2011, seulement  43 passages à niveau ont été supprimés sur 118 planifiés. Au total, 44%  des voie ont été clôturées dont 14 km en 2011. Cette année, l’ONCF prévoit la mise en exploitation de la gare Casa Port et l’extension des gares de Salé-Ville et Mohammedia. Les gares de Fès, Nador, Nador sud, Selouane et Beni Ansar seront mises en gestion déléguée.
    Pour faire face à la hausse de la demande en été, l’ONCF  ajoute 13 trains supplémentaires permettant le renforcement de l’offre.

    TGV: 86% d’expropriation

    Rien ne semble arrêter le train en marche. Le chantier du TGV avance à vitesse grand V. Malgré l’opposition de ses détracteurs, le projet a connu d’importants progrès. L’étude d’avant-projet détaillée a été finalisée. L’Office a pu  préparer 4 lots aux travaux de génie civil (terrassement général et viaducs). Il a procédé au lancement des appels d’offres des équipements ferroviaires (conception/réalisation voie caténaire base travaux, signalisation/ télécoms et poste de commandement à distance, centrale sous-stations…). Dans ce lot, deux marchés de fourniture de ballast LGV ont été adjugés. Pour ce qui est du foncier, cette année, l’indemnisation effective des dégâts de surface a été entamée.  Par type de procédure, l’expropriation est arrivée à un niveau de 86%, l’incorporation à 64% et la constatation et état des lieux à 74%. Cette même année, l’ONCF compte finaliser les travaux préparatoires et démarrer les prestations relatives aux marchés des équipements ferroviaires et d’approvisionnement.

    IL. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc