×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Cnops: 764 collectivités locales ne déclarent pas le personnel!

    Par L'Economiste | Edition N°:3818 Le 03/07/2012 | Partager
    7 autres et 30 établissements publics ne paient pas les cotisations
    Accouchement: Recours excessif aux césariennes

    La Caisse nationale des Organismes de prévoyance sociale (Cnops) vient de tenir son conseil d’administration. La 10e session du CA, tenue le 27 juin, a été consacrée à l’examen du rapport d’activité 2011 et des états de synthèse de l’AMO dans le secteur public. En termes de bilan, les prestations de la Cnops ont bénéficié à plus de 2,7 millions de personnes, dont 1,16 million d’abonnés (soit une augmentation de 2% par rapport à 2010). 
    Quant aux cotisations, elles ont atteint plus de 4 milliards, dont 69% de participation de l’Etat et de son personnel. Les paiements se sont établis à 3,4 milliards de DH, contre 3,3 milliards en 2010. Globalement, 1,7 milliard de DH des paiements se sont effectués en mode tiers payant et 1,6 milliard en soins ambulatoires.
    Bien évidemment, les médicaments arrivent en tête des postes de consommation avec 38% du budget, ce qui correspond à près de 1,3 milliard de DH. En revanche, comparé à celui de 2009, ce poste accuse un recul de 5 points. Ce qui est une conséquence de la décision de prendre en charge les médicaments coûteux et de rembourser les ambulatoires sur la base du prix du générique lorsqu’il existe.
    Sur les médicaments, le CA de la Cnops a relevé «la cherté des prix» qui fait perdre à la Caisse des organismes de prévoyance sociale entre 600.000 et 700.000 DH par jour. Le conseil d’administration a aussi décidé de créer une commission pour examiner la situation de quelque 7 collectivités locales et 30 établissements publics qui ne paient pas leurs cotisations à la Cnops. Plus encore, 764 collectivités locales et 67 établissements publics ne déclarent pas leur personnel à la Caisse! Ce qui a des incidences directes sur l’éligibilité de ce personnel aux prestations.
    Selon les résultats d’études exposées au conseil d’administration de la Cnops, les dépenses en médicaments d’un assuré sont en moyenne de 422 DH. Il en ressort aussi que 87% des médicaments prescrits par les médecins sont remboursables et que 71% des médicaments sont des princeps.  Les conclusions de trois études font état d’économies générées suite à la  décision d’adopter le générique. Ces économies sont de 35 millions de DH en soins ambulatoires et 123 millions de DH au niveau de la pharmacie de la Cnops.
    Quant aux accouchements, les études dénoncent «un recours dense aux cézariennes». Ce type d’accouchements représente 50% du total des interventions, contre les 25% recommandés par l’OMS, soit un surplus de consommation (pour la Cnops) de 186 millions de DH entre 2007 et 2011.
    Sur les dialyses, la Caisse enregistre l’arrivée de 518 nouveaux cas chaque année. Sachant que la moyenne des dépenses par dialysé s’élève à 124.000 DH, y compris les médicaments. Par ailleurs, les personnes porteuses d’affections de longue durée (diabète, hypertension, cancers…) sont de 91.625.

    Composition

    Le conseil d’administration de la Cnops est composé de 24 membres, 12 représentants l’Etat (Primature, ministères de l’Economie et des Finances, la Santé, l’Emploi et la Formation professionnelle, l’Intérieur ou encore la Modernisation de l’Administration et l’Anam). Le CA est aussi composé de 8 présidents de mutuelles composant la Cnops et 4 syndicats.

    A. R.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc