×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    L’Boulevard 2019: Un esprit bohème, hors norme et inclusif

    Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5590 Le 11/09/2019 | Partager
    Un tremplin pour les jeunes artistes
    Des concerts, des performances, des rencontres… et un souk
    lboulevard-090.jpg

    Véritable agora culturelle, pensé  d’abord comme un espace d’expression et de vie consacré au travail associatif et militant, Le Souk rassemble tous les ans une vingtaine de collectifs, de créateurs et d’artistes urbains (Ph. Chadi Ilias/L’Boulevard)

    Concerts live, compétition Tremplin, cirque, danse, ateliers, formation, souk associatif, urbain et musical, livestream, cosplay, expo photo, webradio… Comme à son habitude, le festival des arts urbains L’Boulevard, nous offre une explosion créative dans l’esprit joyeux et bon enfant qui l’a toujours caractérisé.

    Une 19e édition, qui se déroule en deux temps: du 13 au 22 septembre 2019 au stade du RUC à Casablanca. Avec une première partie, du 13 au 15, dédiée à l’incontournable Tremplin des jeunes musiciens, avec pour objectif : faire éclore des talents, et leur mettre le pied à l’étrier. 19 groupes, sur un total de 217 dossiers dans les catégories rap/hip hop, rock/metal, et fusion, ont été sélectionnés pour la compétition.

    Deroua, Kalâat M’gouna, Sidi Ifni, Fès, Berrechid, Azemmour, Safi, Oujda, Tanger, Agadir, El Jadida, Rabat, Salé, Casablanca... Ils viennent de toutes les régions et devront jouer leurs compositions originales, parfois pour la première fois, et devront convaincre un  jury composé de professionnels. Les gagnants seront également programmés, en première partie des têtes d’affiche, lors du deuxième temps de L’Boulevard du 20 au 22 septembre.

    Pour les grandes scènes, une programmation éclectique au programme. Avec le dub rock balkanique de «Dubioza Kolektiv»  de Bosnie-Herzégovine,  les chants sérères et gnawa d’«Ubuntu Roads» (collectif du Sénégal, Mauritanie et Mali). 

    Les Franco-libanais «Love & Revenge»,  qui mêlent art visuel et platine, revisitant les classiques de la musique et du cinéma arabes des années 1940 à 1990 feront écho à leurs concitoyennes  death metalleuses,  à de l’électro américano-indonésien venu d’Espagne, du metal ethnique expérimental algérien, de la world music égyptienne, du punk rap mandolin franco-grec…

    Une sélection qui propose, comme à l’accoutumée, des artistes qui explorent le monde à travers leurs musiques. Une tribu sonore qui se retrouve et échange avec le public depuis maintenant 19 éditions. L’âge de la maturité, pour un collectif qui refuse de grandir, qui garde un esprit bohème et bon enfant, hors norme et inclusif en même temps. 

    lboulvard_090.jpg

     

    L’Boulevard, affectueusement surnommé L’Moussem par ses fidèles de la première heure, c’est également plusieurs activités en dehors des grandes scènes. La plus importante serait Le Souk. Véritable agora culturelle, pensé  d’abord comme un espace d’expression et de vie consacré au travail associatif et militant, l’espace rassemble tous les ans une vingtaine de collectifs, de créateurs et d’artistes urbains: des bédéistes y croisent des artisans et designers, des audiophiles et des chineurs y découvrent des trésors vintage, des geeks et des otakus s’y donnent rendez-vous, des cosplayers y incarnent des créatures fantastiques grâce aux costumes et armures qu’ils prennent soigneusement le temps de créer pour l’occasion.

    Lieu haut en couleurs, Le Souk s’est, au fil des années, transformé en petite cour des miracles: baladins, jongleurs, comédiens ou conteurs s’y côtoient et s’y amusent, pour la plus grande joie du public, surtout des enfants et des familles. 

    Enfin, en véritable évènement dans l’évènement, Le Souk abrite sa propre scène, permettant aux jeunes talents de s’exprimer, et au public de découvrir de près les groupes et musiciens émergents. Dédiée aux jam sessions, cette plateforme  a également permis à de jeunes musiciens de dévoiler leurs talents et par là même, d’insuffler du sang neuf à la scène locale.

    La médiation n’est pas en reste dans ce kaléidoscope d’activités, à travers L’Pitch. Il s’agit d’un espace dédié aux actrices et acteurs socio-culturels, qui aspirent à créer des rencontres et des terrains de réflexion et de collaborations autour des professionnels du champ culturel casablancais. Pour cette 19e édition de L’Boulevard, L’Pitch fait justement la part belle au jeune public en choisissant pour thème: «Comment faire médiation auprès du jeune public?».

    Conçu cette année comme un véritable jeu de parcours centré sur la question «peut-on penser le festival par le prisme du jeu?», L’Pitch, aidé par une dizaine d’acteurs et actrices culturelles, accompagnera des groupes d’enfants dans l’objectif de présenter de manière ludique le montage de projets festivaliers à Casablanca, et ainsi faire le pont entre l’animation et la médiation culturelle, entre ce qui «est» événement et ce qui «fait» événement.

    Amine BOUSHABA

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc