×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Oriental: La pluie met à nu la fragilité des infrastructures

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5589 Le 10/09/2019 | Partager
    Des quartiers inondés à Taourirt, Berkane, Ain Bani Mathar et El Arouit
    Pourtant les précipitations n’étaient pas diluviennes
    D’importants dégâts agricoles dans la province de Figuig
    oriental_agriculture_089.jpg

    Accompagnées de vents violents et de grêles, les précipitations ont provoqué d’importants dégâts agricoles dans les provinces de Figuig, Jerada et Taourirt. Des centaines d’arbres fruitiers et parcelles d’agriculture précoce ont été sérieusement endommagés par les rafales de grêles (Ph. A.K)

    Plusieurs villes de l’Oriental comme Taourirt, Berkane et Figuig ont connu de fortes précipitations samedi et dimanche. Des pluies subites qui ont dévoilé la fragilité et la vétusté des infrastructures d’évacuation et de canalisation des eaux pluviales.

    Il a suffi de 30 minutes pour que des quartiers soient submergés d’eau, avec de nombreuses maisons et boutiques endommagées. Les crues ont aussi rendu la circulation impossible dans plusieurs avenues et quartiers à Berkane, Taourirt, Driouch, Saïdia et El Aroui.

    Ces précipitations, accompagnées de vents violents et de grêles ont, en parallèle, provoqué d’importants dégâts au niveau agricole dans les provinces de Figuig, Jerada et Taourirt. Des centaines d’arbres fruitiers, dattiers et oliviers, ont perdu tous leurs fruits. Idem pour des parcelles d’agriculture précoce décimées par les rafales de grêles au niveau de l’oasis de Figuig.

    60 minutes de pluies ont suffi pour engendrer d’énormes dégâts aux petits agriculteurs de la province et semer la panique chez les habitants, sans toutefois causer de pertes humaines, précise des sources concordantes auprès des autorités locales. Pourtant, les précipitations n’ont pas été diluviennes.

    Elles n’ont pas dépassé 69 mm à Figuig, 32 mm Taourirt, 30 mm Ain Bani Mathar, 22 mm à Berkane, 19 mm à Jerada et El Aroui, 9 mm à Hassi Berkane et 5 mm à Bouarfa. «Pour remédier à ce type d’intempéries cycliques, il est impératif de renforcer les réseaux existants, remplacer les canaux défectueux, leur assurer la maintenance adéquate et les auditer aux moments opportuns», confie à L’Economiste Mohammed El Idrissi, acteur associatif.

    En amont, il est temps de parachever les barrages de rétention programmés par le Conseil régional de l’Oriental (CRO), et de réaliser d’autres barrages collinaires sur l’ensemble des cours d’eau et chenaux naturels, pour éviter les débordements des oueds.

    Pour rappel le CRO a programmé la réalisation de 100 barrages de rétention à des fins agricoles dans le cadre d’une convention cadre couvrant la période 2017-2020. Plusieurs projets sont prévus: alimentation en eau potable des communes rurales, développement des zones pastorales, création de points d’eau, assainissement liquide, protection de l’environnement en milieu rural, prévention des inondations, sauvegarde des nappes phréatiques... Un montant de 1,86 milliard de DH a été débloqué pour ces projets, toutefois les pluies occasionnelles continuent de faire des ravages.

    De son côté, le ministère de l’Education nationale a ordonné à tous ses responsables locaux de prendre les précautions nécessaires pour protéger les élèves et les établissements scolaires.

    De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc