×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    40 conteneurs/an de plastique dans le littoral du Nord!

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5587 Le 06/09/2019 | Partager
    Lafarge et GIZ s’associent pour sauver les côtes de la région
    Tanger-Tétouan-Al Hoceïma choisie pour la phase pilote
    dechets-plastique-087.jpg

    2 kilogrammes de déchets plastiques par an et par habitant se retrouvent en mer dans la région Nord (Ph. Adam)

    8.000 tonnes de déchets plastiques, l’équivalent de 40 conteneurs, se retrouvent chaque année en mer au niveau des côtes de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, soit un peu plus de 2 kilos par habitant. Au niveau national, ce sont quelque 100.000 tonnes de déchets plastiques qui sont déversées dans les eaux maritimes du pays.

    C’est dans ce contexte qu’est née l’initiative «Marine Littering», une alliance stratégique à l’échelle mondiale entre le groupe LafargeHolcim, sa filiale Geocycle et la coopération allemande GIZ. Son but est d’œuvrer à la réduction du flux de déchets plastiques qui se retrouvent dans les océans dans plusieurs pays, dont le Maroc. Tanger-Tétouan-Al Hoceïma fait figure de région pilote pour le projet.

    Une étude en cause pour
    évaluer l'impact du plastique dans la région

    L’initiative a été baptisée Ecocéan au Maroc. Elle a pour ambition de répondre à cette problématique, en améliorant les solutions de la gestion sur terre de ces déchets au niveau de la région du Nord. Ecocéan se déroulera en plusieurs phases sur une période de 3 ans (2018-2020). Elle impliquera différentes parties publiques, privées, ainsi que la société civile œuvrant dans le domaine de l’environnement et des déchets marins.

    Le projet s’est fixé 4 objectifs, à savoir l’établissement d’un système de collecte et de récupération des déchets plastiques, la sensibilisation et la formation, l’établissement de dialogues de concertation avec les parties prenantes, et enfin la mise en place d’un système de monitoring et d’évaluation de l’impact du projet, selon Lafarge.

    Une étude a été entamée à cet effet pour analyser la situation des déchets plastiques dans la région, les flux drainés vers les océans, ainsi que leur impact social, environnemental et économique. Une intégration du secteur informel dans la filière de gestion des déchets plastiques est également prévue.

    Un travail de sensibilisation et de formation sera par ailleurs mené autour de l’importance du tri, du recyclage et de la valorisation énergétique des plastiques non recyclables en fours de cimenteries. L’étude a déjà permis d’identifier les principaux points noirs au niveau des 32 communes côtières, favorisant la fuite de déchets plastiques terrestres vers l’océan. La majorité des déchets marins identifiés sont d’origine continentale, et proviennent plus précisément de la consommation alimentaire de la population.

    De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc