×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Marquage fiscal: La guerre non conventionnelle a eu lieu

    Par Abashi SHAMAMBA | Edition N°:5577 Le 23/08/2019 | Partager
    Mal en point sur son offre financière, Sicpa pilonne son concurrent
    De La Rue choisit de se concentrer sur ses solutions technologiques
    La publication du résultat de l’appel d’offres est imminente
    nabyl_lakhdar_077.jpg

    Nabyl Lakhdar, directeur général de l’Administration des douanes et des impôts indirects. Les industriels concernés par le marquage fiscal ont salué la transparence qui a caractérisé le processus d’appel d’offres (Ph L’Economiste)

    L’appel d’offres pour le choix du prestataire chargé du marquage fiscal des produits soumis à la TIC devait connaître son épilogue jeudi 22 août, selon le chronogramme initial du processus. Mais au moment où nous mettions sous presse, le nom de l’adjudicataire n’était pas encore publié. Des rumeurs circulaient à Casablanca sur le nom du gagnant. Ce qui est certain, c’est que tout le process est finalisé. Il ne reste que la signature du ministre des Finances pour «officialiser» le verdict de l’appel d’offres.

    Lundi 19 août, l’ouverture des plis financiers avait donné un net avantage à l’offre de De La Rue qui était la moins disante. Cela ne voulait pas dire pour autant que le match était perdu car Sicpa et Madras pouvaient encore espérer l’emporter. Mais il n’en fallait pas plus pour qu’un vent de panique gagne le camp de Sicpa. C’est alors que ses influenceurs locaux se lancent dans de graves accusations de dumping contre De La Rue, le tout assorti d’une pile d’archives d’articles de la presse britannique sur la situation financière de cette société et de son PDG distillées dans certaines rédactions. Cette accusation de dumping n’était étayée par aucune preuve.

    Alors que l’on était (théoriquement) à 24 heures de la publication du résultat de l’appel d’offres, tous les moyens étaient bons, y compris le recours aux «armes non conventionnelles». Plutôt que de vendre les atouts de leur champion, les influenceurs de Sicpa ont opté pour une stratégie de démolition de De La Rue. Ceci aurait été de bonne guerre si ce n’était que cette approche est à la limite de la loyauté.

    A Casablanca, des industriels critiquent cette «arrogance» et «cette manière de vouloir influencer la décision de la Douane». De mémoire de marchés publics, c’est la première fois que l’on assiste à une telle offensive d’un soumissionnaire alors que le donneur d’ordre est sur le point d’annoncer le nom de l’entreprise qui l’a emporté. Le contrat en cours du groupe suisse Sicpa arrive à échéance à la fin de cette année.

    Cette attitude pourrait par ailleurs donner du grain à moudre à tous ceux qui soupçonnent la filiale Sicpa de collusions avec de puissantes protections. Et surtout de conforter certaines fake-news sur ses prétendus liens avec des paradis fiscaux en Amérique centrale.

    Au contraire du marché attribué à Sicpa en 2010 à la suite d’une consultation de gré à gré qui avait suscité beaucoup de critiques pour la première fois, le choix du prestataire du marquage fiscal sera effectué à l’issue d’un appel à concurrence. Pour ce, il se dit que la Douane a su tenir face à  d’«amicales pressions venues de partout». Cette mise en compétition a été saluée par les industriels et opérateurs concernés qui se disent tous adhérer au mécanisme de traçabilité qui constitue une arme de lutte contre les produits contrefaits et de contrebande. La décrue spectaculaire des cigarettes de contrebande serait en partie due à la traçabilité du marquage fiscal.

    Pendant que son concurrent le pilonnait, De La Rue a choisi de mettre en avant les atouts de ses solutions technologiques, ses références (Bank Al-Maghrib) et sa compétitivité tarifaire (voir L’Economiste du 6 août 2019).

    Si l’appel d’offres a attiré beaucoup de compétiteurs, c’est bien parce que l’obligation de marquage peut être demain extensible à plusieurs autres produits. Et cela, tous les QG des prestataires mondiaux spécialisés l’ont intégré. Mais pour des impératifs de traçabilité et de lutte contre l’évasion fiscale, les médicaments et les produits cosmétiques, de fabrication locale ou importés, pourraient rentrer dans le périmètre.

    Chronogramme de l’appel d’offres

    • 1er août: Remise des offres en réponse à l’appel à concurrence de l’Administration des douanes et des impôts indirects par les quatre concurrents en lice: Madras, De La Rue, Inexto, Sicpa. Des réserves sont émises sur les offres des trois compétiteurs, sauf Sicpa.
    • 8 août: Les trois soumissionnaires répondent aux réserves de la Douane. Tous les dossiers sont admis à concourir.
    • 19 août: Ouverture des plis financiers. L’offre de De La Rue est la moins disante. Inexto est éliminé.
    • 22 août: Sélection définitive de l’adjudicataire. La publication interviendra après validation par le ministre des Finances.

    A.S.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc