×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Chine/USA: La baisse du yuan ouvre un nouveau front

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5571 Le 07/08/2019 | Partager
    La devise chinoise a franchi le seuil des 7 yuans pour un dollar
    Les menaces de Donald Trump, les bourses secouées
    places_boursieres_071.jpg

    Dans la foulée de la débâcle à Wall Street la veille, les Bourses asiatiques ont encore souffert mardi 6 août des vives tensions commerciales entre Washington et Pékin. Elles sont doublées désormais de passes d'armes sur la monnaie chinoise

    Les tensions entre les Etats-Unis et la Chine sont encore montées d'un cran. En laissant filer sa monnaie, Pékin a ouvert un nouveau front dans la guerre commerciale. La devise chinoise a franchi, lundi 5 août, le seuil symbolique des 7 yuans pour un dollar, son niveau le plus bas depuis 11 ans. Cette chute a secoué les marchés financiers.

    Les Etats-Unis ont riposté en accusant officiellement Pékin de manipuler sa monnaie. Accusation dont s'est défendue la Banque centrale chinoise, qui fixe chaque jour le taux pivot du yuan face au dollar. Pékin s'oppose à ces accusations. «La partie américaine n'a pas tenu compte des faits et a qualifié de manière déraisonnable la Chine de manipulateur de monnaie», a réagi l'institution dans un communiqué.

    La veille, le patron de la Banque centrale chinoise Yi Gang, a assuré que la Chine «ne s'engagera(it) pas dans une dévaluation compétitive et n'utilisera(it) pas le taux de change (...) pour faire face aux problèmes extérieurs comme les différends commerciaux». La Banque centrale chinoise «s'est engagée à maintenir un taux de change du yuan à un niveau raisonnable et stable», a-t-il dit.

    Contrôlant étroitement le cours de sa monnaie, Pékin fixe chaque jour un taux pivot de part et d'autre duquel il autorise une fluctuation de plus ou moins 2%. Mardi 6 août, ce taux a été fixé à 6,9683 pour un dollar, en repli de 0,66% par rapport à la veille. Il s'agit de son niveau le plus bas depuis mai 2008. Peu avant dans la matinée, un dollar s'échangeait contre 7,0681 yuans sur le marché offshore.

    Stratégie de  dévaluation

    Cette baisse serait due à une intervention active de la banque centrale pour favoriser les exportations chinoises et atténuer l'impact de la hausse des droits de douane américains sur les produits chinois, est-il expliqué.

    En annonçant son intention d'étendre des droits de douane supplémentaires à la quasi-totalité des importations en provenance de Chine à compter du 1er septembre, Donald Trump a relancé la guerre commerciale contre Pékin. Et cette dernière réplique.

    Mais cette stratégie de dévaluation pourrait s'avérer contre-productive pour Pékin qui cherche, au contraire, depuis 2015 à stabiliser sa monnaie pour éviter les fuites de capitaux. Une baisse du taux de change entraîne un renchérissement des importations, ce qui obligera notamment Pékin à payer plus cher son pétrole importé.

    La croissance chinoise s'est essoufflée au deuxième trimestre (+6,2%), signant sa plus faible performance depuis au moins 27 ans. Dans ce contexte, la stabilité est la priorité des autorités chinoises à l'approche d'une date hautement symbolique le 1er octobre prochain: le 70e anniversaire de la fondation de la Chine communiste.

    La Chine pourrait en revanche augmenter la pression sur les Etats-Unis en réduisant sa montagne de bons du Trésor américain (estimée à plus de 1.000 milliards de dollars).

                                                                         

    Que révèle la dépréciation du RMB chinois?

    yuan_dollar_071.jpg

    Le RMB chinois (Yuan ou renminbi chinois) s’est déprécié de 9% depuis avril 2018. Que peut révéler cette dépréciation? Selon une note économique de Natixis, cela peut être expliqué par trois facteurs. Premièrement, un attrait accru des investisseurs domestiques chinois pour les actifs en devises. Les flux de capitaux sortants restent assez élevés, surtout en ce qui concerne les capitaux financiers.

    Deuxièmement, par une dégradation du commerce extérieur de la Chine, avec un recul de l’épargne par rapport à l’investissement. Cette dégradation est lente grâce à l’affaiblissement de l’investissement. Et troisièmement, par une volonté des autorités chinoises de laisser se déprécier le RMB sans intervenir par les réserves de change.

    L’observation de ces derniers montre que, puisqu’il y a baisse des réserves, le gouvernement intervient pour freiner la dépréciation de cette monnaie. Enregistré depuis avril 2018, celle-ci semble surtout due aux sorties de capitaux, avec la hausse des taux d’intérêt sur le dollar par rapport à ceux sur le RMB.

    F. Z. T.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc