×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Rabat/Tourisme: Derrière l’offensive digitale, des manquements élémentaires

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5571 Le 07/08/2019 | Partager
    WebTV, capsules vidéo, réseaux sociaux… le CRT sort l’artillerie lourde
    Rendre attractif oui, mais il faut d’abord s’attaquer aux problèmes de base
    Médinas sales, taxis arnaqueurs, absence de toilettes publiques, de signalétique… il y a urgence
    rabat_tourisme_071.jpg

    Les médinas ainsi que la Kasbah des Oudayas sont des passages obligés dans les circuits de promenade prévus pour et par la majorité des touristes. Pour valoriser ce magnifique patrimoine, des efforts sont à déployer notamment sur le plan de la propreté et la sécurité ainsi que sur le volet de la signalétique (Source: CRT Rabat)    

    Renforcer la capacité hôtelière est nécessaire mais cela reste insuffisant pour développer une destination touristique de marque. Parallèlement, il faut mener des actions dans d’autres volets à commencer par la mise en place d’une stratégie promotionnelle mobilisant l’ensemble des acteurs.

    Une opération qui s’avère indispensable pour la capitale du royaume selon le diagnostic réalisé par le Conseil régional du tourisme (CRT) Rabat-Salé-Kénitra. L’étude fait état d’un manque de visibilité de la destination auprès des Tours opérateurs (TO) internationaux. «Pour y remédier, une stratégie digitale a été mise en place et déclinée en plan d’action pour la promotion de la région», indique Hassan Bargach, président du CRT.

    Les outils ont été présentés, dernièrement, aux responsables de la région concernés ainsi qu’un certain nombre d’opérateurs privés. Tout d’abord, un film promotionnel de 11 minutes sous forme de carnet de voyage couvrant tout le territoire et mettant en valeur les potentialités naturelles et culturelles de la région. Au menu également, six capsules vidéo sur des thématiques permettant de valoriser les spécificités de la région.

    A cela s’ajoute une application mobile géolocalisée (visitrabat) proposant une panoplie de rubriques et fonctionnalités: services, agenda, restaurants, circuits, infos pratiques… La stratégie a également prévu de renforcer sa présence sur les réseaux sociaux, notamment Facebook et Instagram. «L’objectif est d’atteindre 1 million de followers qualifiés sur Facebook contre près de 133.000 abonnés actuellement», signale Bargach.

    Le CRT envisage de lancer une webtv qui va permettre d’assurer la diffusion de l’ensemble des activités culturelles et sportives programmées au niveau de la région et également des capsules tv et photos mettant en valeur le patrimoine historique et culturel de Rabat et son arrière-pays. Ce même travail sera mené auprès de plus de 300 TO internationaux dont leur programmation figure la destination Maroc, est-il indiqué.

    Des efforts qui peuvent être anéantis à tout moment, si les autorités ne mettent pas fin à un certain nombre de problèmes qui ternissent l’image de la capitale. «Le premier est celui des déchets dont souffrent particulièrement les médinas de Salé et de Rabat», constatent des professionnels de l’hôtellerie.

    rabat_poubelle_proprete_071.jpg

    Voilà ce qui risque de saper tous les efforts de promotion touristique...

    «Ces problèmes, s’ils persistent, ne permettront pas de vendre la destination comme il se doit et continueront à ternir le beau patrimoine dont disposent ces deux sites», soulignent les opérateurs. Concernant ces points noirs, le délégué régional du tourisme rappelle que pour chaque médina, un programme de réhabilitation a été lancé pour un coût global d’environ 1,5 milliard de DH.

    «Celui de la médina de Rabat est bien avancé avec un taux de réalisation d’environ 80%», selon une source de la société Rabat aménagement qui supervise ces chantiers. Pour la médina de Salé, les premières opérations qui portent sur la restauration des murailles et l’aménagement de quelques ruelles viennent, quant à elles, d’être lancées.

    Sur la liste des griefs, figure en tête, l’absence de toilettes publiques modernes aussi bien à Rabat qu’à Salé. «Des résolutions ont été prises par l’ancien conseil de la ville et l’actuel pour régler ce problème mais sans encore aboutir à un résultat concret», regrette un élu de Rabat. Une grande partie des touristes soulèvent aussi l’absence d’une signalétique claire, ce qui rend difficile la visite de certains sites emblématiques.

    «Une partie de mes clients rencontrent des difficultés pour revenir la nuit tard de Rabat à la médina de Salé où ils sont hébergés», signale la gérante d’un Riad à Salé. Certains chauffeurs profitent de ces situations pour imposer des tarifs exorbitants. Des actes qui finiront par ternir l’image de la destination surtout s’ils sont partagés sur les réseaux sociaux.

    «Le développement de la destination Maroc nécessite l’implication de l’ensemble des acteurs y compris les citoyens, afin d’offrir un séjour de qualité aux touristes tout au long de leur séjour», affirme un directeur d’un grand hôtel de la capitale.

    Celui-ci se rappelle avec amertume d’une situation embarrassante qu’il a vécue récemment à l’aéroport de Casablanca lors de son retour de l’étranger. «Les passagers de mon vol, dont de nombreux touristes, ont été obligés d’attendre plus d’une heure pour récupérer leurs bagages, c’est presque le même temps passé lors de notre voyage», s’indigne-t-il.

    Objectif: un million de nuitées en 2021

    «Grâce à cette nouvelle stratégie, notre objectif est d’atteindre un million de nuitées en 2021», espère le président du CRT de la région R.S.K. Un objectif réalisable eu égard aux résultats obtenus ces dernières années. Ainsi, Rabat a enregistré une augmentation de 7% en termes d’arrivées en 2018 par rapport à 2017, soit 232.564 en 2018 contre 217.463 en 2017. Même tendance pour la région qui a affiché une augmentation significative de 7% au niveau des nuitées réalisées dans les établissements d’hébergement touristique classés avec 776.844 nuitées en 2018.

    Noureddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc