×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Fusillades Texas/Ohio: Trump demande la peine de mort

    Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5570 Le 06/08/2019 | Partager
    Il appelle à l’exécution rapide des auteurs des fusillades
    A aucun moment, le très controversé président américain ne s'est remis en cause
    trump_070.jpg

    «Notre nation doit condamner d'une seule voix le racisme, le sectarisme et le suprémacisme blanc», souligne le président américain, Donald Trump  (Ph. AFP)

    «Les fusillades endeuillant l'Amérique sont une attaque envers la nation et  un crime contre l'humanité» a déploré, hier lundi, le président américain Donald Trump, depuis la Maison Blanche. Il a également dénoncé l'idéalisation de la violence et affirmé qu'internet a radicalisé des «esprits perturbés». «Aujourd’hui, il est trop facile pour les jeunes en difficulté de s'entourer d'une culture célébrant la violence à travers, notamment, des jeux vidéo atroces et sinistres», s’inquiète-t-il.

    Dans son discours, le président a réaffirmé son soutien à une application plus stricte de la peine de mort. Il a appelé à l’exécution rapide des auteurs de ces carnages. «J'ordonne également au ministère de la Justice de proposer une loi garantissant que ceux qui commettent des crimes motivés par la haine et des tueries de masse soient passibles de la peine de mort et que cette peine capitale soit appliquée rapidement, avec détermination et sans des années de délai inutile», a-t-il insisté.

    Trump a aussi, durant son allocution, incriminé la suprématie blanche. «Notre nation doit condamner d'une seule voix le racisme, le sectarisme et le suprémacisme blanc», a-t-il déclaré.

    Plus tôt dans la matinée, Trump avait accusé les médias de contribuer grandement en propageant des fake news. «Les médias ont une grande responsabilité quant aux vies et à la sécurité dans notre pays. La couverture des informations doit commencer à être équitable, nuancée et non partisane, sinon ces terribles problèmes ne feront que s'aggraver», avait-il tweeté. Le président américain a proposé d’encadrer davantage les ventes d'armes à feu aux Etats-Unis.

    «Nous ne pouvons pas laisser ceux qui sont morts à El Paso, au Texas, et à Dayton, dans l'Ohio, mourir en vain. Les républicains et les démocrates doivent se rassembler et obtenir des vérifications d'antécédents robustes, peut-être en couplant cette loi à une réforme migratoire désespérément nécessaire», a-t-il déclaré.

    Après ces tueries de masse, Donald Trump a été accusé par ses adversaires démocrates d'alimenter la montée de l'intolérance avec ses fréquentes déclarations au vitriol. «Arrêtez votre rhétorique raciste, haineuse et anti-immigrés. Votre langage crée un climat qui encourage les extrémistes violents», a tweeté Bernie Sanders, l'un des favoris de la primaire démocrate.

    Pour rappel, samedi dernier à El Paso (Texas), Patrick Crusius, âgé de 21 ans, a ouvert le feu avec un fusil d'assaut dans un centre commercial, tuant ainsi une vingtaine de personnes et blessant 26 autres avant de se rendre. La police se penche sur la piste du racisme.

    Treize heures plus tard, à Dayton, un homme de 24 ans a abattu neuf personnes et fait 27 blessés, dont sa propre sœur, avant d'être tué par des policiers moins d'une minute après avoir ouvert le feu. Depuis le début de l’année, les Etats-Unis recense 251 fusillades ayant fait chacune au moins quatre victimes, blessées ou tuées.

    T.E.G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc