×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Dakhla: Les déchets en plastique envahissent le littoral

    Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:5569 Le 05/08/2019 | Partager
    Près de 14 tonnes de déchets plastiques ramassées en un jour à Lassarga!
    La décharge sauvage à proximité du site touristique plombe tous les efforts
    dakhla-dechets-en-plastique-069.jpg

    Près de 14 tonnes de déchets ont été ramassées en une seule journée. De quoi se poser plus d’une question sur l’avenir écologique et environnemental du littoral de Dakhla

    Bien que Dakhla soit encore une ville jeune à la densité démographique et au taux d’urbanisation encore faibles, elle croule sous les déchets en plastique, en particulier au niveau de son littoral. Près de 14 tonnes de déchets ont été ramassées en une seule journée sur le site de Lassarga situé à l’extrême pointe de la péninsule de Dakhla et à 45 km de la ville!

    Lors d’une opération de nettoyage qui s’est déroulée récemment au niveau de ce site, menée par l’opérateur touristique local Océan Vagabond Dakhla Lassarga, pas moins de 489 sacs de 25 à 35 kg ont été collectés. L’opération a mobilisé une trentaine de participants composée du personnel des deux unités touristiques Océan Vagabond Lassarga et Océan Vagabond Lagon de Dakhla, des volontaires locaux et quelques clients, ainsi que des personnes déployées par la commune de Dakhla.

    Le plastique, ce pollueur récalcitrant, est la principale matière identifiée dans les composantes des déchets ramassés: bouteilles et bouchons, bidons de carburant et de produits d’entretien, pailles et les incontournables sachets en plastique. Mais d’où proviennent autant de déchets alors que le site est éloigné de toute concentration d’habitations?

    «Ces déchets sont principalement ramenés par le vent en provenance d’une décharge sauvage qui se trouve dans les environs de notre site. Tant que la décharge sauvage persiste, nos efforts pour réduire les déchets et nettoyer le site sont peine perdue», note Stefan Slotala, directeur général de l’Ecolodge Océan Vagabond Dakhla Lassarga. C’est une équation délicate à résoudre car c’est grâce à son climat et ses vents réguliers presque toute l’année que Dakhla est considérée comme l’un des meilleurs spots au monde pour les sports de glisse.

    dakhla-dechets-en-plastique-2-069.jpg

    Une bénédiction qui vire rapidement au cauchemar pour le littoral puisque le vent ne souffle pas que sur les voiles des kite surfers, mais aussi sur les déchets en plastiques légers. Ces derniers finissent par être piégés dans la végétation rare qui pousse dans cette zone, ou pire, atterrissent dans l’océan pour être ramenés encore une fois vers le littoral.

    Rappelons que Dakhla dispose depuis 2015 d’une décharge inter-communale contrôlée, située dans la commune rurale El Argoub, à environ 43 km au nord de Dakhla. En somme, et malgré les efforts de nettoyage et de réduction des déchets non organiques engagés par l’opérateur touristique, les déchets en plastique continuent d’envahir le site de Lassarga.

    Ce qui pose la question: Quelle serait la meilleure solution à adopter pour réussir une gestion de déchets durable adaptée à la fois aux caractéristiques climatiques et écologiques de la région de Dakhla (vent et absence d’obstacles naturels) ainsi qu’au développement économique de la ville?

    De notre correspondante permanente, Sabrina Belhouari

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc