×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Commerce Chine/USA Rendez-vous en septembre

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5568 Le 02/08/2019 | Partager
    Tenter de mettre fin à la guerre commerciale
    L’UE peaufine sa stratégie
    economie_mondiale_068.jpg

    Après leur entrevue de Shanghai, Chinois et Américains ont promis de se revoir en septembre prochain pour tenter de mettre fin à leur guerre commerciale. Washington et Pékin s’imposent des droits de douane punitifs sur plus de 360 milliards de dollars d’échanges annuels. Et les deux premières puissances économiques mondiales semblent encore loin de résoudre leurs différends commerciaux, qui pèsent sur les marchés mondiaux et les relations bilatérales.

    Dans cette guerre commerciale, c’est l’Europe qui est prise entre le marteau et l’enclume. Un an après les négociations commerciales entre l’UE et les Etats-Unis, la Commission européenne a présenté un rapport sur l’état d’avancement des travaux.

    Depuis juillet 2018, l’Union a considérablement augmenté, de plus de 367%, ses importations de gaz naturel liquéfié (GNL) en provenance des Etats-Unis. Jusqu’à présent, en 2019, un tiers du GNL exporté par ce pays l’a été dans l’UE. Les Etats-Unis sont le troisième fournisseur de ce gaz de l’UE, tandis que celle-ci y est devenue la première destination des exportations américaines.

    Les importations de graines de soja américaines dans l’UE se sont accrues de près de 100% entre juillet 2018 et juin 2019 par rapport aux douze mois précédents. Les Etats-Unis sont désormais le premier fournisseur européen de graines de soja. Et ils ont pu encore augmenter leur part de marché après la décision, prise le 29 janvier 2019 par la Commission européenne, d’autoriser l’utilisation de graines de soja américaines dans la production de biocarburants.

    A la suite du mandat donné par le Conseil le 15 avril 2019 pour l’ouverture de négociations avec les Etats-Unis en vue d’un accord horizontal sur l’évaluation de la conformité, trois séries de discussions ont déjà eu lieu sur la coopération en matière de réglementation.

    Un accord entre l’UE et les Etats-Unis permettrait aux exportateurs d’un large éventail de secteurs d’obtenir la certification de leurs produits dans leur propre pays (au lieu de devoir, par exemple, envoyer des échantillons dans le lieu de destination des exportations).

    Le Conseil a autorisé la Commission à engager des discussions avec les Etats-Unis sur l’élimination des droits de douane sur les produits industriels. S’il n’a pas encore été possible d’entamer des négociations dans ce domaine en raison de la divergence des objectifs des deux parties, l’UE reste prête à dialoguer avec les Etats-Unis selon les orientations convenues entre les deux présidents en juillet 2018.

    En ce qui concerne la coopération en matière de normalisation, l’UE a présenté ses idées à propos d’une coopération plus poussée dans certains secteurs stratégiques, en particulier ceux liés aux technologies émergentes, telles que l’impression 3D, la robotique et les véhicules connectés.

    Des progrès importants ont été réalisés dans les domaines des produits pharmaceutiques, des dispositifs médicaux et de la cybersécurité. En ce qui concerne les produits pharmaceutiques, l’UE et les Etats-Unis ont franchi une étape importante le 11 juillet 2019, date à laquelle toutes les autorités des Etats membres de l’UE ont été reconnues au titre de l’accord de reconnaissance mutuelle (ARM) relatif aux bonnes pratiques de fabrication des médicaments à usage humain. Cela a déjà permis de réduire les coûts pour les entreprises et de libérer des ressources administratives en évitant la duplication des inspections.

    L’UE et les Etats-Unis ont entrepris de déterminer et de corriger les distorsions causées par les pratiques commerciales déloyales qui entraînent des distorsions du marché. Avec le Japon, les deux partenaires ont présenté une proposition commune au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) afin de renforcer le respect des exigences de transparence de la part des pays membres. Le processus trilatéral (UE, Etats-Unis, Japon) devrait également déboucher sur des propositions de nouvelles règles régissant les subventions industrielles et les entreprises d’Etat.

    L’Union continue de plaider en faveur de la suppression des droits de douane américains sur l’acier et l’aluminium originaires de l’UE. Ce qui serait également bénéfique pour les Etats-Unis, puisque les producteurs américains pourraient acheter les produits en question à des prix moins élevés dans l’Union. Bruxelles pourrait alors également supprimer les droits de rééquilibrage institués sur les exportations américaines.

    F. Z. T.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc