×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossier Spécial

    Energie: Le Maroc sur la carte mondiale des EnR

    Par Nadia DREF | Edition N°:5565 Le 26/07/2019 | Partager
    En une décennie, la capacité installée dans le mix énergétique a atteint 34% n
    Solaire, éolien… 79 projets opérationnels ou engagés
    production_electrique_065.jpg

    2018 a été marqué par une augmentation de la production d’électricité au niveau national et d’une diminution des échanges d’électricité de 42,8%

    Solaire, éolien, électricité, gaz… En 20 ans, le paysage énergétique a radica­lement changé. L’implication effective du Roi a impulsé une nouvelle dynamique à un secteur marqué par l’accroissement soutenu de la demande et une forte dépendance éner­gétique de l’extérieur (92%).

    C’est un des secteurs prioritaires où le Souverain assure, personnellement, un suivi régulier du dé­ploiement effectif et opérationnel des éner­gies renouvelables. Il a souligné la nécessité d’adopter un programme intégré addition­nel visant à adosser à toutes les stations de dessalement d’eau programmées, des unités de production des EnR permettant de leur assurer une autonomie et des économies énergétiques. Il a également insisté sur l’exploration de nouvelles sources d’éner­gie telles que la transformation énergétique des déchets (biomasse) dans les grandes métropoles comme celle de Casablanca.

    Au cours des deux dernières décennies, de 1998 à 2018, la consommation de l’électri­cité augmentait en moyenne annuelle de 5,7%, en passant de 12.453 GWh à 37.446 GWh. La consommation d’électricité par habitant a été multipliée par 2,3 environ (453 kWh en 1998 à 1.063 en 2018), soit une croissance annuelle moyenne de 4,4%. Cette croissance de la demande est le reflet du dynamisme que connaît le pays tant au niveau économique que social ainsi que de la généralisation de l’accès aux infrastruc­tures de base dont l’électricité.

    ● Une stratégie intégrée
    La stratégie énergétique adoptée en 2009 a fixé pour objectif, la montée en puissance des EnR dans le mix énergétique (42% en 2020 et 52% en 2030), le renfor­cement de l’efficacité énergétique et l’inté­gration régionale. Cette nouvelle feuille de route est confortée par le lancement du plan solaire, par le Souverain, le 02 novembre 2009 à Ouarzazate et le programme inté­gré de l’énergie éolienne le 28 juin 2010 à Tanger. Le développement des programmes éolien, solaire et hydroélectrique, portera chacun sur une capacité installée de 2.000 MW à l’horizon 2020. «Ces objectifs seront dépassés. Le Maroc est bien engagé dans les énergies renouvelables grâce à l’exper­tise développée localement et au grand inté­rêt manifesté par les opérateurs nationaux et internationaux», souligne Aziz Rabbah, ministre de l’Energie. C’est un secteur qui a permis de diversifier les sources d’attractivi­té des IDE. Les réalisations sont là. La capa­cité installée s’élève à 34% à fin 2018 avec une puissance de 3.700 MW, dont 711 MW pour le solaire, 1. 220 MW pour l’éolien et 1.770 MW pour l’hydraulique. La contribu­tion du privé dans le cadre de la loi 13-09 re­présente près de 60% de la capacité actuelle de l’énergie éolienne. Le prix de revient du kWh produit à partir d’EnR devient de plus en plus compétitif par rapport aux sources conventionnelles. Par ailleurs, la marge de réserve s’élève à plus de 20%. Au total, 79 projets énergétiques sont opérationnels ou engagés au Maroc : 27 centrales solaires, 35 projets hydrauliques et 17 parcs éoliens en exploitation (incluant les projets ONEE).

    ● Plan solaire, le plus ambitieux de tous
    Après la mise en service de la centrale Noor Ouarzazate I de 160 MW en 2016, l’année 2018 a connu la mise en service des centrales solaires CSP Noor Ouarzazate II (210 MW) et Noor Ouarzazate III (150 MW), et des centrales solaires PV Noor Ouarzazate IV (70 MW), Noor Laâyoune (80 MW) et Noor Boujdour (20 MW). La construction du complexe solaire Noor Ouarzazate, le plus grand en son genre à l’échelle internationale, a nécessité une en­veloppe de plus de 24 milliards de DH pour la construction du complexe (hors infras­tructure). La plateforme R&D de 200 hec­tares a accueilli 15 projets en 2018, précise la direction de Masen.
    Le projet Noor Midelt I, attribué au consortium EDF Renouvelables, Masdar et Green of Africa, devrait permettre au Ma­roc de passer de la 3e à la 2e place du mar­ché CSP mondial. Cette centrale aura une puissance installée de 800 MW, presque l’équivalent de celle d’un réacteur nucléaire classique (1.000 MW). Elle devra alimen­ter 1,19 million d’habitants et produire un kwh à 0,68 DH. Pour la période 2019-2023, le plan d’équipement prévoit la réalisation d’une capacité additionnelle en solaire de 2.015 MW (120 Noor PV Tafilalt en 2019, 200 MW Noor PV Atlas en 2020, 200 MW à Koudia Baida en 2023, 300 MW à réaliser en 2023 dans le cadre de la loi 13-09).

    ● Projet intégré de l’énergie éolienne
    Le programme intégré de l’énergie éolienne comprend outre les parcs déjà réalisés, une capacité de 1.000 MW qui sera réalisée dans le cadre de partenariats public-privé. A fin 2018, la capacité totale installée a atteint 1.015 MW (soit 11,5% du total), dont 620 MW par le privé dans le cadre de la loi n°13-09 relative aux énergies renouvelables. Pour la période 2019-2023, une capacité additionnelle de 1.656 MW en éolien sera construite: 36 MW à Oualidia, 88 MW à Taza Phase I en 2020, 180 MW à Midelt en 2020, 300 MW à Boujdour en 2020, 120 MW de repowering CED, 200 MW à Jbel Lahdid en 2022, 100 MW à Tis­krad en 2022, 70 MW à Tanger en 2020, 62 MW à Taza Phase II en 2022, 200 MW à Koudia Baida en 2023, 300 MW à réaliser en 2023 dans le cadre de loi 13-09.

    ● Programme hydro-électrique
    Les usines hydrauliques existantes totalisent une puissance installée de 1.770 MW, y compris la STEP d’Afourer ayant une puissance de 464 MW (soit 21,5% de la puissance totale installée). L’objectif visé par le programme hydraulique consiste à atteindre 2.000 MW à l’horizon 2020 et ce, moyennant notamment la réalisation d’une 2e STEP (STEP Abdelmoumen) dans la ré­gion d’Agadir d’une puissance de 350 MW ainsi que la réalisation par le privé, dans le cadre de la Loi 13-09, des usines hydrau­liques au fil de l’eau d’une puissance totale de 254 MW.

    Nadia DREF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc