×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Statut de l’étudiant entrepreneur: Un premier bilan

    Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5563 Le 24/07/2019 | Partager
    400 étudiants retenus entre Casablanca et Rabat
    Une évaluation des acquis des compétences prévue pour la 2e promotion
    statut-de-letudiant-entrepreneur-063.jpg

    Lors de son lancement, le programme Saleem a été doté d’un budget de 750.000 euros, cofinancé par le programme Erasmus+ de l’Union européenne. Des bailleurs de fonds prennent également part  au projet (Ph. Saleem)

    Sur les 600 candidats qui ont déposé leur dossier pour accéder au statut national étudiants-entrepreneurs (SNEE), près de 400 ont été retenus, dont la moitié à Casablanca et autant à Rabat. Dans la métropole, 58 projets ont été créés, dont 20 projets à titre individuel.

    Plus des 2/3 des bénéficiaires sont des femmes et la majorité des étudiants en dernière année licence ou en master. «Pour cette première promotion, nous avons accompagné les porteurs de projets dans la structuration de leur idée, le développement personnel, le positionnement du projet, la mise en relation avec des experts», souligne Anass Kettani, directeur du pôle Saleem (Structuration et accompagnement de l’entrepreneuriat étudiant au Maghreb) Casablanca. «Nous souhaitons les mettre en contact avec des investisseurs en septembre prochain», indique-t-il.

    Une première expertise a été effectuée et a donné suite à des recommandations. Parmi elles, l’instauration d’une évaluation des acquis de compétences à partir de la deuxième promotion, avec la possibilité de certifier les compétences des porteurs de projets.

    Le dispositif du statut national de l’étudiant entrepreneur se déploiera prochainement dans plusieurs autres universités. Celles de Beni Mellal, Errachidia et Tétouan ont déjà démarré les procédures. 

    Pour rappel, c’est en février dernier que la phase pilote du statut national étudiant entrepreneur a été lancée, initié dans le cadre du programme euromaghrébin Saleem. Trois établissements y ont pris part. Il s’agit de l’Université Hassan II de Casablanca, l’Université Mohammed V de Rabat et HEM Business school.

    Le programme a été mis en place par un consortium de 14 partenaires (universités, écoles, associations…) de 5 pays (Maroc, Tunisie, France, Belgique, Roumanie). Il est coordonné par l’Agence universitaire de la francophonie (AUF).

    Le pôle Saleem s’est fixé comme objectif de concevoir un accompagnement adapté au profil des étudiants et leur environnement, de mobiliser et nourrir un réseau d’experts et de partenaires engagés, d’innover en adaptant les méthodologies, outils et services aux bénéficiaires et de développer la posture, le savoir-être et les soft skills des étudiants entrepreneurs.

    T.E.G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc