×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Amazon dans le collimateur de Bruxelles

    Par Amin RBOUB | Edition N°:5561 Le 22/07/2019 | Partager
    Une enquête approfondie pour «non-respect des règles de concurrence»
    L’amende peut représenter jusqu’à 10% du chiffre d’affaires de la firme
    amazon-061.jpg

    Le milliardaire américain Jef Bezos s’expose à de lourdes amendes. Bruxelles l’accuse de ne pas respecter les règles de concurrence de l’UE. Une enquête approfondie est en cours  (Ph. GL)

    Bruxelles resserre l’étau sur Amazon. La Commission européenne soupçonne le géant américain du e-commerce de collecter et d’exploiter à son avantage les données générées par les vendeurs tiers sur sa plateforme. Une «enquête approfondie» est lancée pour vérifier si l’entreprise respecte les règles de concurrence telles que fixées par l’UE. L’enquête pourrait se traduire par une lourde amende à l’encontre de la plateforme.

    «J’ai décidé d’examiner très attentivement les pratiques commerciales d’Amazon et son double rôle en tant que place de marché et détaillant, afin de vérifier si l’entreprise respecte les règles de concurrence de l’UE», explique la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager. Bruxelles soupçonne Amazon d’exploiter à son avantage les données générées par les vendeurs tiers qui utilisent sa plateforme, où ils représentent près de 60% du volume des ventes.

    «En fournissant une place de marché aux vendeurs indépendants, Amazon collecte en permanence des informations sur les activités exercées sur sa plateforme», explique la Commission. En fait, à travers la compilation  de données et informations sur les produits, les préférences des consommateurs, les vendeurs tiers ou encore la nature des transactions... le géant américain disposerait «d’avantages concurrentiels...» qui analysent pourquoi et comment les clients achètent tel ou tel autre produit. Il s’agit là d’un cas d’école, qui ne se limitera pas à Amazon. 

    «C’est la vraie première affaire avec un géant de la tech où l’enjeu central réside dans la collecte et l’exploitation des données des partenaires commerciaux», explique Nicolas Petit, professeur de droit à l’Université de Liège. «Est-ce une ressource stratégique mobilisable pour ensuite évincer les marchands concurrents de ses propres produits? Cela peut permettre d’y voir plus clair sur ce qu’une plateforme peut faire ou pas des données de ses partenaires commerciaux», poursuit-il.

    Si les accusations sont fondées, l’entreprise de Jeff Bezos s’exposerait à une lourde amende. En tout cas, l’expérience a démontré qu’une enquête approfondie de Bruxelles débouche systématiquement sur une amende collossale.

    Pour ce type d’infraction, l’amende peut monter jusqu’à... 10% du chiffre d’affaires du géant américain. Ce qui servira à l’avenir de jurisprudence à l’encontre de l’ensemble des plateformes électroniques opérant sur le sol européen, voire ailleurs dans le monde. Le contexte actuel ne favorise pas Amazon. La firme fait depuis plusieurs mois l’objet de contestations sociales assez musclées. Plusieurs dizaines de grèves perturbent l’activité des entrepôts européens.

    A.R.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc