×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Textile-habillement: Maroc Modis, filiale de Triumph, se lance dans la R&D

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5561 Le 22/07/2019 | Partager
    Un centre équipé de la technologie allemande dédié aux produits de la lingerie
    Solutions techniques, innovation, formation… au programme
    Près de 3.000 ouvriers pour 700 millions de DH de CA à l’unité de Fès
    maroc_modis_061.jpg

    Les invités de la cérémonie d’inauguration du centre de recherche et développement produits de Maroc Modis ont été bluffés par l’appareil productif, de contrôle de qualité de l’usine de Fès. Celle-ci existe depuis 1989 et met son savoir-faire et sa technicité au service de marques vendues dans le monde entier, telles que Triumph, Sibra ou Hom (Ph YSA)

    Maroc Modis (MM) veut monter en gamme. La filiale marocaine du groupe suisse Triumph vient d’inaugurer son nouveau centre de recherche et développement «produits». Equipé de la technologie allemande, ce département a été lancé, mercredi dernier, en présence notamment de Selden Swain, DG des centres de production de la marque suisse «Triumph», Driss El Azami El Idrissi, maire de Fès, Mohamed Lahlou, président du directoire de l’ESITH, ainsi que d’autres responsables du ministère de l’Industrie et du CRI de Fès-Meknès. L’Economiste revient sur les principaux points soulevés lors de cette cérémonie.

    ■ Mettre la technologie au service de l’industrie
    Pour Mohamed Lahlou, président du directoire de l’ESITH, Maroc Modis est l’une des premières entreprises de textile de Fès qui a introduit les nouvelles technologies dans son système de production. «Nous avons misé sur le transfert du savoir-faire du product développement». «Il s’agit d’un transfert d’un savoir-faire intellectuel qui nécessite une véritable connaissance et des technologies renouvelées», souligne DG de MM. «Grâce aux cadres (ingénieurs et masters) de notre unité, l’exécution du projet qui a démarré il y a à peine six mois, a abouti à des résultats éloquents». En fait, le processus d’exécution du plan R&D est atteint à hauteur de 99%. «Ceci alors que d’autres unités relevant de pays asiatiques n’ont toujours pas atteint ce niveau de performance. Pourtant, elles ont démarré l’aventure il y a plus de 3 ans de cela». C’est Selden Swain, DG des 4 centres de production de Triumph qui l’atteste. Sur les 8.000 ouvriers qu’il gère, Swain affirme que l’appareil productif au Maroc est rodé. En témoigne, le dernier trophée de la production remporté par MM à Los Angeles (USA). Outre la réduction de ses coûts de production de 33%, l’unité de Fès a amélioré sa productivité pour atteindre 90% (au lieu de 71%). Il en est de même pour la qualité (99%) des produits qui frôle le zéro défaut et le zéro retour, ainsi que le respect des délais de livraison.

    ■ Trouver des solutions techniques et innover… en priorité
    Pour le management de MM, tous les facteurs de production ont été développés de manière significative en vue d’augmenter la durée de vie de l’entreprise. Toutefois, cette pérennité ne peut être assurée que grâce à des ressources humaines qualifiées et formées aux dernières innovations d’un secteur en constante évolution. «Le lancement d'un département R&D produits peut paraître normal, comme une évolution naturelle d’une entreprise qui ne faisait que de la production, mais pour le personnel, il s’agit d’un événement et un tournant dans l’histoire de l’entreprise et un point de départ pour une meilleure maîtrise de son avenir», indique Abdelhamid Aharmi, chef du service recherche et développement à MM. Aujourd'hui les RH sont dotées d'une plus grande autonomie, montrant des capacités à  innover et trouver des solutions techniques aux problèmes de design et de production, grâce  à la délocalisation du service R&D de l’Allemagne au Maroc. Un atout qui permettra d’élargir le cercle du contrôle de l’entreprise et étendre son cercle d’influence et développer de nouveaux produits.
     
    ■ 700 millions de DH de CA à l’export
    Logée au quartier industriel de Sidi Brahim II à Fès, MM est spécialisée dans l’exportation de lingerie féminine, de sous-vêtements masculins et de maillots de bain. Créée en 1989, cette unité de textile est l’une des plus importantes de la ville de Fès, et fait partie des 4 plus gros centres de production du groupe suisse. «Nous avons démarré dans des locaux modestes et exigus avec un investissement initial de 12,7 millions de DH et un effectif de 6 personnes», rappelle Nawfal Kettani, directeur général de MM. Aujourd’hui, l’usine s’étend sur 14.000 m2 et emploie près de 3.000 personnes (dont 270 dans son unité de Sefrou, opérationnelle depuis 2018). D’un capital de 110,5 millions de DH, MM réalise un chiffre d’affaires de 700 millions de DH. «Ceci grâce à une main d’œuvre de qualité et un personnel hautement qualifié», note Kettani.
     
    ■ Azami bluffé par l’activité de l’entreprise
    Lors de la visite, Driss El Azami El Idrissi, maire de Fès, a été bluffé par l’activité de l’entreprise. Le maire de Fès a pu découvrir des locaux propres et aérés (climatisation intégrale), ainsi qu’une solide plateforme de production particulièrement vigilante sur l’élément qualité. L’unité est dotée d’un laboratoire de contrôle des tissus, qui examine le poids au mètre carré, les nuances des couleurs, même du blanc, l’élasticité, le métrage... Une «visiteuse» (machine) de tissus contrôle l'aspect des étoffes, détectant les éventuels trous, taches, défauts de maille...). Surpris par les capacités du textile-habillement, le maire de Fès incite «le ministère de l’Industrie à accélérer la mise en œuvre du projet du Cotef pour propulser la création de nouvelles unités et pérenniser le secteur à Fès». «Ne vous inquiétez pas, notre ministère accorde un immense intérêt à ce dossier qui sera finalisé dans les prochains mois», rassure le représentant du ministère de l’Industrie.

    Carte de visite

    Créée en 1889, le groupe Triumph compte 42.000 collaborateurs à travers le monde (28 pays). Sa filiale de Fès est opérationnelle depuis 30 ans et emploie 2.850 ouvriers. «Notre plan de développement ambitionne d’atteindre 6.000 salariés à Fès et Sefrou», souligne Kettani. Une convention de partenariat à ce propos est en cours de finalisation entre l’entreprise et les ministères de l’Industrie et des Finances. L’accord consiste à accompagner MM, au niveau financier et en matière de formation du personnel. L'objectif étant d'en faire une locomotive dans le cadre des écosystèmes du secteur du textile. Signalons enfin que Maroc Modis met son savoir-faire au service de marques vendues dans le monde entier, telles que Triumph, Sloggi, Sibra ou Hom, des produits made in Morocco, vendus dans toute l'Europe.

    Y.S.A

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc