×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Cyber-sécurité: Al Akhawayn initie à la cryptographie

    Par Karim Agoumi | Edition N°:5557 Le 16/07/2019 | Partager
    Une conférence organisée par l’école pour démocratiser cette discipline
    Une cinquantaine de spécialistes de la question activement présents
    Algorithmes à clé secrète, fonctions de hachage… Les nouveaux moyens de protéger ses messages
    cryptographie_5557.jpg
    L’Université Al Akhawayn a rassemblé près d’une cinquantaine de professeurs émérites pour initier le public à la cryptographie, discipline consistant à protéger des messages et à garantir leur confidentialité. Un moyen aussi de constituer une plateforme d’échange entre les experts invités sur un domaine dont le seul frein actuel de son développement au Maroc relève de la question financière (Ph. Cyber sécurité)

    Contribuer à développer la cyber-sécurité sous nos cieux en sensibilisant à l’un de ses outils phares - la cryptographie - qui consiste à protéger des messages et à garantir leur confidentialité. C’est dans cette optique que l’Université Al Akhawayn vient d’organiser à Rabat une ambitieuse conférence à ce sujet, la 11e édition de la prestigieuse conférence internationale Africacrypt. L’occasion de réunir les meilleurs spécialistes de la question pour faire le point sur les avancées actuelles dans ce domaine et les faire découvrir aux néophytes.
    La rencontre, initiée en partenariat avec l’Association internationale de la recherche en cryptologie (IACR) et placée sous le thème: «La théorie et la pratique de la cryptographie», a réuni un parterre de pas moins d’une cinquantaine d’experts sur le sujet dont plusieurs reconnus internationalement tels que Johannes Buchmann, professeur à l’université technique de Darmstadt en Allemagne, ou encore Martin Albrecht, professeur à l’université de London. Des participants aux fonctions et aux origines diversifiées représentant aussi bien le secteur académique que celui des banques et des assurances. Au total, pas moins de 25 nationalités y étaient représentées.
    Les professionnels invités ont pu dresser le bilan des avancées de la cryptographie, tout en mettant l’accent sur la cryptographie post-quantique. Parmi les sous-catégories les plus stratégiques du moment notamment, étaient présentés les «algorithmes à clé secrète», fondés sur une seule et même clé pour chiffrer et déchiffrer un message, ou encore les fonctions de hachage, lesquelles permettent de convertir un grand ensemble en un plus petit ensemble.
    Une conférence organisée pour démocratiser l’usage de cette discipline au Maroc ainsi qu’en Afrique, pas suffisamment connue et maîtrisée alors qu’elle constitue un outil de confiance numérique efficace. Un moyen également de contribuer à renforcer la sécurité des systèmes d’information du pays. «Il est impératif de rapprocher les communautés scientifiques et de les amener à faire le point en matière de cryptographie, avant la standardisation prévue pour 2022», précise Tajeddine Rachidi, enseignant chercheur à l’Université Al Akhawayn.
    Sous nos latitudes, ce domaine n’en est encore qu’à ses prémices étant donné son coût particulièrement conséquent. «Instaurer des systèmes cryptographiques post-quantum est parfaitement envisageable étant donné les forces intellectuelles de notre pays. Il faudra cependant déployer d’importants moyens financiers pour doter le Maroc d’un véritable savoir-faire en la matière», renchérit le spécialiste.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc