×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un monde fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5554 Le 11/07/2019 | Partager

    Un voisin avoue avoir tué le chat de la Première ministre
    Rongé par les remords, un voisin de la Première ministre de Nouvelle-Zélande a révélé publiquement mercredi qu'il était responsable de la mort accidentelle de «Paddles», le «Premier chat» de cette nation du Pacifique-Sud, passé de vie à trépas sous les roues de sa voiture. Le félin est mort en novembre 2017, peu après l'arrivée au pouvoir de Mme Ardern, mais jusqu’ici, les circonstances précises de son décès n'avaient jamais été révélées. Paddles était un membre populaire de la maisonnée de la Première ministre. L'animal avait un compte Twitter à son nom, @FirstCatofNZ, suivi par plus de 11.000 abonnés. Le magazine américain Vanity Fair avait salué en Paddles un animal ayant «aidé Mme Ardern à devenir la leader cool et glamour que les Etats-Unis aimeraient avoir». Paddles, une femelle «polydactyle», c'est-à-dire munie de doigts supplémentaires semblables à des pouces, s'était également illustrée pour avoir interrompu une conversation téléphonique entre la cheffe du gouvernement et le président américain Donald Trump en sautant sur la table.

    insolites_5554.jpg
     

    Un oiseau maîtrise 14 pas de danse!
    Le célèbre cacatoès à huppe jaune Snowball, star de Youtube depuis une décennie pour s'être trémoussé sur les Backstreet Boys, a récidivé lundi dans un article scientifique qui décrit en détails pas moins de 14 de ses mouvements de danse. L'étude, publiée dans la revue scientifique américaine Current Biology, «montre pour la première fois qu'une autre espèce danse vraiment sur de la musique humaine, spontanément et sans entraînement, simplement sur la base de son propre développement et de ses interactions sociales avec les humains», dit à l'AFP un coauteur de l'étude, Aniruddh Patel, chercheur en psychologie aux universités Tufts et Harvard. C'est ce même chercheur qui avait publié une première étude sur Snowball, dans la même revue, mais à l'époque, les mouvements de l'oiseau se limitaient à des mouvements de tête et à un lever de patte, deux gestes généralement associés aux rituels de cour. Mais peu après, la propriétaire de Snowball, Irena Schulz, qui s'occupe de lui dans un sanctuaire pour oiseaux à Duncan, en Caroline du Sud, a remarqué que l'animal se montrait de plus en plus créatif. Pour étudier l'affaire de manière scientifique, Aniruddh Patel et ses collègues lui ont joué des tubes des années 1980 («Another One Bites the Dust» et «Girls Just Want to Have Fun») trois fois chacun, pendant 23 minutes... et filmé le résultat. Une observation plan par plan a permis de dénombrer 14 mouvements distincts, dont un impressionnant «headbanging» digne de concerts de métal, et deux mouvements combinés, comme une vidéo diffusée par les chercheurs le montre. «Il s'agit de mouvements complexes, dont la plupart ne font pas partie du comportement naturel des perroquets», dit Aniruddh Patel. «Je regrette de ne pas savoir danser comme Snowball».

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc