×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Classes préparatoires: La voie de l’élite

    Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5552 Le 09/07/2019 | Partager
    Sur près de 49.000 candidats, seuls 9% ont été appelés pour les inscriptions 2019/2020
    Les élèves du Lydex de l’OCP se distinguent
    Des bourses de mérite attribuées par le gouvernement et des organismes privés et étrangers
    etudes_sup_5552.jpg
    La voie royale n’est pas de tout repos. Pour être admis aux meilleures écoles d’ingénierie et de commerce, les efforts fournis par les élèves sont intensifs. Courtes nuits, spirale de stress, difficultés psychologiques, épuisement... certains arrivent même au burn-out (Ph. privée)

    Le graal pour un bachelier est d’accéder aux prestigieuses classes préparatoires. Un travail de longue haleine, car effectivement pour y être accepté, il faut justifier d’une moyenne élevée à l’examen du bac, du régional et de très bonnes moyennes en contrôle continu. 
    Des milliers de demandes pour intégrer les Centres publics de classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) sont enregistrés chaque année. Pour cette rentrée, ils ont été près de 49.000 à déposer leur demande, dont 59% de filles. Un chiffre en baisse de 17% par rapport à l’année précédente. Le 5 juillet dernier, seuls 4.472 candidats ont été appelés pour les inscriptions prévues du 9 au 18 juillet, soit un taux d’acceptation d’à peine 9%. Une liste d’attente sera publiée par la tutelle, d’ici la fin de la semaine. Il existe une trentaine d’établissements publics qui abritent les classes préparatoires et 37 écoles autorisées dans le secteur privé. La liste de ces établissements est disponible sur le site: www.cpge.ac.ma.  Les CPGE sont organisés en deux grands pôles, le premier scientifique et technologique et le second économique et commercial. Cinq filières sont disponibles: Maths & physique et sciences de l’ingénieur (MPSI), physique & chimie et sciences de l’ingénieur (PCSI), technologie et sciences industrielles (TSI), économie et commerce option technologie (ECT) et économie et commerce option scientifique. «La filière PC, plus précisément celle dispensée au lycée Ibn Timiya de Marrakech, est celle qui reçoit le plus de demandes d’accès», indique le ministère de tutelle. Les écoles les plus plébiscitées par les élèves sont le Lycée Moulay Youssef de Rabat, Lycée Moulay Idriss de Fès, Lycée Mohammed V de Casablanca et celui de Marrakech, le lycée Ibn Timiya. Elles abritent ce qu’on appelle «MP Etoile» (en maths/physique). Seuls les plus brillants y accèdent.  
    Le lycée d’excellence «Lydex» du groupe OCP à Benguérir a, pour sa part, décliné un modèle à fort succès. L’établissement à but non lucratif est le fruit d’un partenariat public-privé et est doté d’un statut particulier. La majorité des élèves sont issus de milieux défavorisés. Pour eux, la scolarité est entièrement gratuite. Les autres participent aux coûts, à partir de 10.000 DH par an (voir L’Economiste N° 5542 du  25 juin 2019). Selon les premiers résultats des concours écrits aux grandes écoles françaises, les élèves du Lydex ont réalisé un record d’admissions. 15 ont été acceptés à l’Ecole polytechnique et 12 dans les Ecoles normales supérieures (ENS). 
    «Les épreuves sont dures et même si les élèves sont excellents, le risque de passer par un burnout n’est jamais trop loin. A l’Estem, nous accordons une place importante au coaching et au mental de nos étudiants», explique Wafaa Bouab Bennani, PDG de l’école. «Nous les entraînons aux épreuves écrites et orales des grandes écoles françaises mais aussi à la persévérance, à développer une forte ambition et leur apprenons à être ultra-performants», assure-t-elle. Une méthode qui porte ses fruits puisque 4 de ses étudiants sont admissibles à HEC Paris, 3 à l’Essec, 6 à l’Edhec, 1 à Supelec  et bien d’autres ... Par ailleurs, l’Estem a été classé l’an dernier 2e mondiale pour la filière ECT pour l’intégration de ses élèves à HEC. «Ces résultats sont le fruit de longues années de travail acharné et d’efforts continus et énormes de la part de nos équipes pédagogique et administrative», souligne Wafaa Bouab Bennani.Après les deux années en CPGE, les élèves des filières scientifiques ou technologiques peuvent postuler au concours national commun (CNC) qui donne accès aux grandes écoles d’ingénieurs marocaines ou assimilés (Académie Internationale Mohammed VI de l’aviation civile, École royale de l’air, École supérieure de génie biomédical...). Ceux des classes prépas économiques et commerciales ont la possibilité de s’inscrire aux Concours national d’accès aux écoles de management (CNAEM) ou celui des grandes écoles françaises (ENS, Polytechnique (X), Centrale-Supélec ...). Les étudiants les plus méritants, lauréats des concours français, se voient octroyer des bourses par le gouvernement marocain (bourse de mérite). En effet, depuis l’année scolaire 2016/2017, une convention a été signée entre la Fondation OCP, le ministère de l’Éducation Nationale et l’Agence marocaine de coopération internationale. Elle permet à ces étudiants de poursuivre leur études dans les grandes écoles françaises. Une autre bourse de couverture sociale (BCS) attribuée dans le cadre du programme d’excellence franco-marocain de bourses a été mise en place depuis la rentrée 2018, suite à une convention de partenariat entre la tutelle et l’Ambassade de France au Maroc. Durant la même année quelque 559 bourses ont été distribuées par ces organismes. Le gouvernement français a lui aussi octroyé 300 bourses de couverture sociale aux meilleurs élèves marocains admis en 1re année dans une grande école française. Ce qui permet aux bénéficiaires d’être exonérés du paiement des droits de scolarité pour les établissements publics et des frais de couverture sociale. Ils sont aussi accompagnés dans la recherche d’un logement en résidence universitaire Crous. 
    Pour cette année scolaire (2019-2020), la Fondation Al Ghurair pour l’Education (AGFE), en partenariat avec l’Université Al Akhawayn à Ifrane, a mis en place la «Bourse d’excellence Al Ghurair» qui couvre la totalité des frais de scolarité de l’Université, les livres, l’hébergement, la restauration. Cette bourse est destinée aux élèves marocains et arabes ayant un excellent potentiel. Elle leur permet d’accéder au Bachelor of Science in Computer Science, Bachelor of Science in General Engineering et au Bachelor of Science in Engineering and Management Science.

    Concours écoles françaises: La RAM offre des billets 

    La Royal Air Maroc, elle aussi, participe à la réussite des élèves de la CPGE. Ainsi, chaque année et depuis 2012, elle offre aux candidats admis aux épreuves orales des concours d’accès aux grandes écoles françaises d’ingénieurs et de commerce des billets d’avion. Cette année, plus de 260 billets ont été offerts par la compagnie.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc