×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Financements verts: Les bailleurs de fonds se bousculent

    Par Nadia DREF | Edition N°:5551 Le 08/07/2019 | Partager
    La SFI accompagne les start-ups et porteurs de projets
    14% des financements de la Berd dédiés à l’énergie
    investissment_berd_maroc.jpg

    La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) intervient sur le marché depuis 2012 cumulant 1,8 milliard d’euros  d’investissements. Près de 14% des financements sont dédiés à l’énergie au Maroc

    Le soutien financier à l’économie verte s’amplifie. Une panoplie de mécanismes de soutien et d’offres de placements existe sur le marché permettant la réalisation des projets et l’amortissement des risques financiers. Les principaux bailleurs de fonds sont la Berd, l’AFD, la BEI, la KfW, Green Climate Fund et la SFI. Ils interviennent à travers des financements directs ou indirects pour des projets d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique.
    Reste que l’accès à ces sources de financement vert est toujours difficile surtout pour les porteurs de projets, les TPE et même les PME. «Le financement pour nous c’est la clé. Ceux qui ont les moyens de se doter d’outils d’efficacité énergétique réussissent ce pas tandis que d’autres  qui ne peuvent pas mobiliser un financement ont du mal à le faire», a souligné Said Mouline, directeur de l’AMEE(1). Actuellement, plus de 260 projets ont bénéficié de fonds internationaux dont la majorité sont dans le secteur industriel. Beaucoup d’opportunités restent à saisir. 

    Le Green Business Booster  de la SFI déployé

    Pour accompagner les entreprises dans leur politique d’efficacité énergétique, la Banque mondiale à travers la SFI a déployé le programme «Green Business Booster». Il s’agit d’un outil  spécialisé dans la levée des fonds qui cible les technologies «propres»  ayant un impact sur les émissions de CO2. Ce programme se déroule sur 9 mois (avril à décembre 2019). Le schéma consiste à accompagner deux promotions composées de 8 à 10 entreprises, à chaque étape, à travers 4 composantes: formation, diagnostic, mentoring  et networking. A fin juin, 9 startups ont été prises en charge: Farasha, Amaz, Caronae System, Cleanzy, Epicerie verte, Eko-Geste, Green Engineering Mission, Pickalty et PilliotY. Une deuxième partie du programme est annoncée pour la rentrée de septembre. Elle accompagnera 7 startups et porteurs de projets: Bio Drive, Eco-Dôme Maroc, Eco-oil, FellahPro, Granéco, Kaiotech et Prevdev). Justine White, Senior Private Sector Specialist Finance, Competitiveness & Innovation l’a confirmé. 

    Berd: De 2 à 200 millions d’euros  

    La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) intervient sur le marché depuis 2012 cumulant 1,8 milliard d’euros  d’investissements. Près de 14% des financements sont dédiés à l’énergie au Maroc. Ils ont permis des économies de 660.000 tonnes de CO2/an, assure Lotfi Lebbar, chargé de l’investissement à la Berd. 
    Les formules financement direct et indirect proposées varient de 2 à 200 millions d’euros couvrant plusieurs secteurs (industrie, agribusiness, services, immobilier & tourisme, télécoms & technologie). La Berd mobilise les fonds de donateurs pour des subventions green (efficacité énergétique, énergie renouvelable, utilisation rationnelle de l’eau, réduction des émissions de CO2, résilience aux impacts du changement climatique).  Elle s’appuie par ailleurs sur plusieurs programmes, (Fintecc, MorSEFF, Green Value Chain...).
    Le Centre de financement et de transfert des technologies climatiques (Fintecc) accorde des subventions ex-post et une assistance technique. Les subventions jusqu'à 25% du coût de la technologie ou l’équivalent de 400.000 euros. Ce programme est financé par le Fonds mondial de l’environnement (GEF), la Berd et l'UE. Il cible le secteur privé, en dehors des multinationales. Les  technologies éligibles sont les bâtiments à isolation thermique, les systèmes intégrés de récupération de chaleur, les technologies de captage du CO2, l’éclairage LED, les systèmes de gestion de l'énergie, les systèmes de chauffage à base d’énergies renouvelables (pompe à chaleur) ainsi que les dispositifs d’air conditionné énergétiquement efficient.
    Mise en place en 2015, la ligne de financement de l’énergie durable MorSEFF (Morocco Sustainable Energy Financing Facility) a mobilisé 110 millions d’euros au Maroc dans les projets d'énergies renouvelables d’une capacité de près de  25 MW. L’impact des projets financés des économies d'énergie finale de plus de 207.000 MWh/an et des réductions de plus de 103.000 tonnes de CO2/an. BMCE Bank of Africa (et Maghrebail) et BCP (et Maroc Leasing) participent à ce programme piloté par la Berd et alimenté par un groupement de 4 institutions financières internationales (AFD, BEI, KfW) et des dons de l’UE. MorSEFF propose une ligne  de crédit flexible (leasing ou prêt) et des financements pouvant aller jusqu’à 100% du montant de l’investissement. Les prêts peuvent atteindre jusqu'à 50 millions de DH. Une subvention comprise entre 10 et 15% du volume de financement est accordée au titre de la facilité d’investissement de l’UE dans le cadre de la politique de voisinage. S’y ajoute un conseil gratuit aux projets (analyse, mise en œuvre, évaluation, etc.) par des consultants spécialisés. 
    La Berd décline également une offre pour les PME. Baptisée «Green Value Chain», ce programme est destiné à soutenir des projets verts portés par des PME participant à certaines chaînes de valeur et/ou écosystèmes industriels. Les équipements durables intègrent des solutions: efficacité énergétique, énergies renouvelables, gestion durable de l’eau, gestion des déchets. Le programme bénéficie du soutien de l’UE et du Green Climate Fund.
    Autre nouveauté, la ligne Transport destinée au renouvellement ou à l’acquisition des véhicules classés selon les normes d’émission européennes. Sont concernés les nouveaux camions, les  autocars interurbains, bus scolaires, bus de transport urbain, grands et petits taxis, autocars. Ces véhicules doivent être, au minimum, conformes à la norme EURO 5 ou doté de moteurs hybrides ou électriques. Le package comprend également une garantie de première perte à la banque partenaire et une assistance technique gratuite. Le prêt peut atteindre jusqu'à 20 millions de DH. 
     


    La touche Maroc PME

    Maroc PME propose une offre dédiée au développement durable. Objectif: accompagner les entreprises pour améliorer leur efficacité énergétique et instaurer une gestion environnementale profitable. Plusieurs programmes ont été mis en place. En 2003, Maroc PME a développé avec la GTZ un outil baptisé GEP. A ce jour, 43 sociétés ont été accompagnées. 
    Le programme Optima, quant à lui, est développé avec l’ONEE pour faire bénéficier les entreprises d’audits énergétiques. La participation de l’Office s’élève à 30% du coût de l’expertise, celles de Maroc PME à 50% et de l’entreprise à 20%. Au total, 58 entreprises ont bénéficié de ce dispositif.
    Un autre programme pour l’efficacité énergétique soutient des entreprises dans leur démarche pour l’amélioration de leur compétitivité et l’optimisation de leurs coûts énergétiques. A fin juin, 100 opérateurs ont été accompagnés.

    -------------

    (1) Lors d’une rencontre organisée par l’AMEE à Casablanca, fin juin.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc