×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Poisson: Hausse de la production… sans impact sur les prix

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5549 Le 04/07/2019 | Partager
    La reprise des captures se consolide après deux années de repli
    Le bilan dressé lors du dernier conseil de l’ONP
    peche_poisson_5549.jpg
    Le poisson pélagique prédomine à hauteur de 85% sur les 4 premiers mois. Ce segment a également enregistré la plus forte progression: 19,2%

    La pêche renoue avec la bonne marée. La légère reprise constatée fin 2018 s’est consolidée sur les quatre premiers mois de l’année en cours. Selon les données de l’Office national de pêche (ONP), les débarquements de la pêche côtière et artisanale se sont appréciés, en volume, de 15,2%. Cette croissance résulte de la majorité des segments. En particulier, les captures du poisson pélagique qui ont cru de 13%, celles des céphalopodes de 28,2% et des poissons blancs de 4,5%.   
    A la même période, la valeur marchande des débarquements a augmenté de 13,7%. Sauf que l’ONP ne renseigne pas sur le volume des prises et encore moins sur la valeur marchande. A noter que l’embellie est intervenue à la veille du mois de ramadan qui enregistre une forte demande accompagnée d’un renchérissement des prix.  Depuis, point d’accalmie. Merlan, sole, dorade et autre poisson noble, restent inabordables même pour la classe moyenne.
    Pour l’année 2018, les débarquements ont enregistré une légère progression, en valeur, de 1% par rapport à 2017. Au total, les produits de la pêche côtière et artisanale commercialisés en première vente ont atteint un volume de 1,3 million de tonnes, pour une valeur de 7,35 milliards de DH. Le bilan vient d’être dressé par le dernier conseil d’administration de l’ONP.
    La réunion a également permis de passer en revue, le programme de développement du réseau de commercialisation des produits de la mer en première et 2e vente. Le secteur se distingue en effet par la pléthore d’intervenants. Ce qui explique le renchérissement des prix constaté sur les dernières années. A tel point que le prix de la sardine dépasse parfois celui du poulet de chair.
    Dans ce cadre, il a été procédé à l’achèvement de la construction des superstructures du nouveau port de pêche de Tanger pour un investissement de 248 millions de DH. Elles sont notamment constituées de 2 halles au poisson, l’une dédiée à la pêche côtière, l’autre à la pêche artisanale et de divers locaux et équipements destinés aux professionnels. 
    Par ailleurs, les travaux de construction des superstructures du nouveau port de pêche de Casablanca seront achevés fin 2019.
    De même, le réseau des marchés de gros au poisson ciblant l’organisation de la 2e vente a été renforcé par l’achèvement des plateformes d’Inezgane, de Tétouan et de Tanger.
    L’ONP a également poursuivi son programme de renforcement de la chaîne de froid. Ainsi, il a été procédé à la construction de 9 fabriques de glace dont 5 ont déjà été achevées. 
    Pour ce qui est du programme Ibhar, lancé en 2008 par le département de la Pêche, le nombre de dossiers traités à fin 2018 s’élève à 1.183 pour un montant débloqué de 170 millions de DH.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc