×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Maroc-UE : Le Conseil d’association réactivé De notre correspondant permanent à Bruxelles, Aziz BEN MARZOUQ

    Par Aziz BEN MARZOUQ | Edition N°:5545 Le 28/06/2019 | Partager
    Les deux parties donnent une nouvelle impulsion à leurs relations stratégiques
    Vers un nouveau partenariat articulé autour de quatre espaces structurants
    Participation aux missions civiles ou militaires de maintien de la paix de l’UE

    Après une hibernation de quatre longues années (due aux dossiers de l’accord agricole et celui de la pêche introduits devant la Cour de justice de l’UE)(1), le Maroc et l’Union européenne ont renoué, ce jeudi 27 juin à Bruxelles, avec leur traditionnel Conseil d’association. Ce rendez-vous se tenait habituellement tous les ans. Et pour ces retrouvailles, les deux parties ont voulu frapper fort en adoptant une déclaration politique conjointe (c’est une première) à l’unanimité des 28 États membres de l’UE et par la partie marocaine conduite par Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères. Cette déclaration se donne pour ambition de donner «aux relations stratégiques et privilégiées Maroc/UE une nouvelle impulsion qui soit à la hauteur de leurs attentes mutuelles et des enjeux du monde contemporain» et qui en appelle à un véritable «partenariat euro-marocain de prospérité partagée». Ce partenariat s’efforcera par tous les moyens d’approfondir davantage les relations bilatérales, mais aussi de renforcer la coopération régionale et euro-africaine ainsi que de soutenir un multilatéralisme efficace. Concrètement, il s’agira de travailler sur quatre espaces structurants: convergence économique et cohésion sociale, connaissances partagées, concertation politique et coopération en matière de sécurité et convergence des valeurs. Concernant le volet économique, les deux partenaires comptent notamment relancer les négociations de l’Accord de libre-échange (ALECA) qui sont dans le coma depuis mars 2013. Ils se disent également prêts à développer une coopération étroite en matière de douane et de bonne gouvernance fiscale tout en veillant à une protection des données à caractère personnel ainsi qu’à une connectivité renforcée des infrastructures physiques et numériques. Les deux partenaires s’emploieront par ailleurs à favoriser une intégration économique progressive Maroc/UE ainsi qu’un « développement inclusif et équitable propre à réduire les disparités sociales et territoriales, y compris à travers les programmes de coopération inter-régionale Maroc/UE et le développement de l’économie sociale en particulier pour la jeunesse et les femmes ». Par ailleurs une priorité sera accordée à la participation du Maroc aux Agences et programmes de l’Union pour les années à venir.
    Le volet «convergence des valeurs» de la coopération «new look» Maroc/UE se donne pour objectif de renforcer un rapprochement autour de plusieurs principes directeurs du partenariat: démocratie, État de droit, justice, bonne gouvernance, droits de l’homme, transparence des institutions, liberté de réunion,  liberté d’expression, y compris la liberté de la presse, ainsi que la protection et l’échange de données à caractère personnel et le droit à la vie privée.
    Quant à l’espace «connaissances partagées», celui-ci mettra en valeur l’enseignement supérieur, la formation professionnelle, la recherche scientifique, l’innovation et les transferts technologiques, la mobilité des chercheurs et des étudiants. La coopération en cette matière s’efforcera de mobiliser tous les mécanismes disponibles et à venir (notamment les programmes Erasmus +, Prima (recherche et innovation en Méditerranée), Horizon 2020 (recherche et développement de l’UE pour 2014-2020), Horizon Europe (recherche scientifique de l’UE pour 2021-2027), etc.).
    La déclaration politique conjointe Maroc/UE adoptée ce 27 juin à Bruxelles devrait permettre de définir des axes stratégiques de la coopération Maroc/UE, qui sera déployée dès 2020. Ces axes devront être adaptés à la lumière des discussions prévues entre les deux partenaires. En fonction des avancées attendues, le Maroc et l’UE vont entreprendre une réflexion en commun sur la refonte de leur lien contractuel actuel. 

    Participation du Maroc aux missions de paix de l’Union

    En matière de coopération sécuritaire, les deux partenaires devraient renforcer leur dialogue stratégique pour s’attaquer aux défis communs (réseaux de criminalité organisée, terrorisme, radicalisation violente, retour des combattants étrangers, trafic de drogue et d’armes, formation des forces de sécurité, coopération judiciaire), le tout «dans le respect du droit international, y compris les droits de l’homme, et de l’État de droit». Les deux parties entendent également coopérer en matière de sécurité extérieure, notamment vis-à-vis du Sahel et de l’Afrique occidentale, y inclus la possibilité de participation du Maroc aux missions civiles ou militaires de maintien de la paix de l’Union européenne.

     

    __________________________

    (1) A la suite de l’arrêt du Tribunal de l’UE en décembre 2015 sur l’Accord agricole Maroc/UE, le Maroc a suspendu ses relations avec l’UE en février 2016, ce qui a provoqué le report de nombreuses réunions de niveau technique et un ralentissement des négociations sur l’Aleca et sur les questions migratoires.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc