×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Al Akhawayn fête 500 nouveaux lauréats

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5542 Le 25/06/2019 | Partager
    Expérience internationale, actions civiques, accréditations… les atouts
    Saaïd Amzazi guest star de la cérémonie de graduation de la 22e promotion DEJA 22 promotion
    jouahri_akhawayn_tt.jpg
    Parrain de la 22e promotion d’Al Akhawayn, Saaïd Amzazi a vivement défendu son projet de loi-cadre devant les 500 nouveaux lauréats de l’université d’Ifrane. Le ministre de l’Enseignement supérieur a reçu un trophée en guise de reconnaissance des mains de Abdellatif Jouahri, chancelier de l’université (Ph. YSA)

    DEJA 22 promotions et plus de 5.000 lauréats sur le marché de l’emploi! L’habituelle cérémonie de graduation des lauréats de l’Université Al Akhawayn d’Ifrane (AUI) s’est tenue, le 15 juin dernier. L’événement, parrainé cette année par Saaïd Amzazi, ministre de l’Enseignement supérieur, était l’occasion pour Abdellatif Jouahri, chancelier de l’université, pour dévoiler les nouvelles orientations de la prestigieuse université. D’emblée, Jouahri a félicité les nouveaux lauréats pour leur engagement et les parents pour leurs efforts. Le chancelier a rappelé par la même occasion que «l’AUI a décroché son accréditation NEASC (New England Association of Schools and Colleges), en 2017, une première en Afrique, et continuera à respecter les normes de cette accréditation renouvelable tous les 5 ans. Ainsi, Al Akhawayn est appelée à évoluer en fonction des mutations internationales et des innovations des programmes de recherche scientifique que connaissent les universités internationales. «Ce changement est plus que jamais nécessaire eu égard aux changements globaux imposés par les transformations technologiques et numériques et leurs impacts sur les divers aspects de la vie universitaire et scientifique pour accompagner les aspirations des nouvelles générations», renchérit le président du conseil d’administration de l’université annonçant la mise en place d’un plan quinquennal à l’horizon 2025 axé sur la définition de nouvelles orientations. 
    De son côté, Saaïd Amzazi a tenu à féliciter le modèle anglo-saxon adopté par l’Université d’Ifrane et sa genèse, avant de défendre son projet de réforme en cours d’exécution. Pour le responsable gouvernemental, «les étudiants sont appelés à apprendre la méthodologie d’enseignement, du fait que leurs connaissances seront rapidement dépassées dans un monde professionnel qui évolue si promptement de manière que nous ne savons pas ce que seront les emplois dans 20 ans». En d’autres termes, la capacité d’acquérir de nouvelles connaissances est devenue plus précieuse que la connaissance elle-même. Car, in fine, la formation pour le futur monde du travail en tant que l’une des nouvelles tâches des universités constitue un effort novateur. Il déterminera directement les opportunités d’intégration professionnelle des diplômés. «L’université ne vise pas seulement à former des spécialistes, mais également à transmettre à ses pionniers une formation humaine axée sur des compétences multiples et qui permet à chacun de prendre conscience de la complexité du monde qui l’entoure», argue le ministre. A ce titre, le pôle universitaire de Fès-Meknès (AUI, UEMF, USMBAF, UMIM) doit travailler en synergie. Le but étant d’orienter rapidement les recherches universitaires vers la création de richesses. «Et ce, à travers les startups modernes et le transfert de technologie en tirant profit des grands projets planifiés au niveau de la région Fès-Meknès», conclut Amzazi.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc