×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Mawazine: Une programmation plurielle et un parterre de stars- Reportage photos, Abdelmajid BZIOUAT

    Par L'Economiste | Edition N°:5541 Le 24/06/2019 | Partager

    Encore une fois cette année, Mawazine-Rythmes du monde s’empare de la capitale du Royaume et offre aux festivaliers une programmation des plus éclectiques sur 9 scènes réparties dans différents quartiers de la ville. Au fil de ses 18 ans d’existence, l’évènement est devenu l’une des plus grandes manifestations musicales du monde avec une fréquentation dépassant les 2,5 millions de spectateurs.

    mawazine_carole.jpg

    Sur la scène Nahda, la diva libanaise Carole Samaha a réuni un public venu nombreux pour écouter les plus beaux titres de la chanteuse, repris en chœur par une audience sous le charme. En première partie, la performance du Marocain Mohamed Réda, qui a partagé l’affiche de la scène orientale, a également tenu ses promesses

    mawazine_2019.jpg

    Démarrage en grande pompe pour la 18eédition du festival Mawazine. En ouverture ce vendredi 21 juin sur les différentes scènes de la capitale. A l’OLM Souissi, c’est la nouvelle coqueluche Espagnole Rosalía qui a ouvert le bal. La jeune fille de 25 ans, qui cumule déjà 5 nominations aux Grammy Latinos, a fait son show en première partie alliant chorégraphie et sonorités aux racines flamenco, avant de céder la place à un autre phénomène, le Colombien J. Balvin

    mawazine_2019_2.jpg

    Pour l’ouverture, le Théâtre national Mohammed V affichait complet pour l’institution la plus emblématique espagnole le Ballet Flamenco de Andalucía. Une performance magistrale de «cantejondo» ou «chant profond» dans une mise en scène chorégraphique et rythmique des plus impressionnantes

    mawazine_2019_3.jpg

    Consacrée aux musiques du monde, la scène du Chellah propose un véritable voyage musical qui a débuté samedi 22 juin par l’Inde. C’est Kawa Generations qui a ouvert le bal.Symbole de la musique classique hindoustani, cette formation unique en son genre, composé de membres des Khan, une famille de grands musiciens venue du Rajasthan, le berceau des gitans du monde entier, s’attelle à exporter les répertoires traditionnel, folklorique et classique indiens dans le monde entier

    mawazin_2019_olmsoussi.jpg

    Un public essentiellement jeune se pressait autour de la scène OLM Souissi. Il faut dire que la programmation de cette édition donne la part belle aux musiques électroniques, RnB et rap

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc