×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Usine PSA: Kénitra tient son moteur de développement

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5541 Le 24/06/2019 | Partager
    Capacité de démarrage: 100.000 voitures et autant de moteurs, elle sera doublée avant 2023
    Un investissement de 3 milliards de DH, 700 millions d'euros pour les pièces fabriquées au Maroc
    Création d’un centre de R&D avec 2.300 employés dont 85%
    unise_psa.jpg

    Le Souverain a officiellement inauguré l'usine PSA Maroc à Kénitra. Un méga-projet, qui avant même son lancement a déjà créé une dynamique d'investissements dans la région

    UN méga-projet dont la mise en service était très attendue au Maroc. Il s’agit de la nouvelle usine du groupe PSA que le Souverain a inauguré en grande pompe, jeudi dernier, dans la région de Kénitra. Le projet est  mitoyen à la plateforme Atlantic Free Zone située au niveau de la commune rurale Ameur Seflia, à Kénitra. Livré dans les délais, ce projet a également honoré ses engagements prévus dans le cadre de la convention stratégique signée avec la partie marocaine en juin 2015. «Il s’agit d’une usine de dernière génération, conçue pour produire aussi bien des véhicules thermiques que des véhicules électriques», rappelle Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie. 

    psa.jpg

    Le Souverain a officiellement inauguré l'usine PSA Maroc à Kénitra. Un méga-projet, qui avant même son lancement a déjà créé une dynamique d'investissements dans la région (Ph. MAP)

    L'activité vient de démarrer avec la production de la nouvelle Peugeot 208, premier bébé de l’usine de PSA de Kénitra. «Concernant le prix de vente, il faudra patienter jusqu'au lancement commercial de ce produit dans quelques semaines», indique Jean-Christophe Quemard, vice-président exécutif de PSA pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. 
    Pour les résultats enregistrés à ce jour par l'écosystème PSA, le ministre de l’Industrie affiche une grande satisfaction. La capacité de démarrage de la nouvelle usine de PSA est de 100.000 véhicules et autant de moteurs au lieu de 90.000 comme prévu auparavant. 

    psa2.jpg

    Grâce à un écosystème d'équipementiers déjà opérationnel, le groupe PSA a réussi l'exploit de fabriquer des véhicules avec un taux d’intégration dépassant les 60%, avec, à terme, l'objectif de le porter à 80%. PSA lance aussi un nouveau défi, celui de la fabrication des moteurs pour la première fois au Maroc

    Lors de l'inauguration, le Souverain a également procédé au lancement des travaux de construction de la deuxième phase du projet. «Ce qui va permettre de doubler la capacité de l’usine pour atteindre 200.000 véhicules et moteurs associés, et ce, bien avant l’objectif de 2023», précise le ministre de l’Industrie. «Idem en ce qui concerne les achats du groupe PSA de pièces fabriquées au Maroc dont le montant a atteint 700 millions d'euros pour l’année 2018, bien au-dessus des prévisions», ajoute-t-il. 

    psa3.jpg
     

    Grâce à un écosystème d'équipementiers déjà opérationnel et qui s'est développé autour de Renault, premier constructeur français à avoir investi au Maroc, le groupe PSA a réussi l'exploit de fabriquer des véhicules avec un taux d’intégration dépassant les 60%, avec, à terme, l'objectif de le porter à 80%.

    psa4.jpg

    L’ouverture de l’usine de PSA à Kénitra après celle de Renault à Tanger s’inscrit dans une stratégie visant à faire du Maroc un champion en Afrique de l'industrie automobile

    PSA lance aussi un nouveau défi, celui de la fabrication des moteurs pour la première fois au Maroc. Dans une logique de compétitivité, plusieurs sous-traitants de PSA et autres équipementiers ont choisi de s’installer à proximité de la nouvelle usine, ce qui a permis de constituer un nouvel écosystème comprenant des opérateurs de renommée mondiale. Cette dynamique va se traduire par un accroissement des investissements au niveau de la zone. A ce titre, le ministre de l’Industrie rappelle que 27 nouvelles usines de 10 nationalités différentes se sont installées à Kénitra, depuis la signature de la convention.

    psa5.jpg
     

    La réalisation de la première tranche de l’usine de PSA a nécessité la mobilisation d’un investissement de près de 3 milliards de DH, et autant sont prévus par le groupe français pour ses futurs projets. A cela s’ajoute un montant dépassant les 16 milliards DH investis par ses équipementiers. 
    Ce méga-projet est une véritable aubaine pour la région et l'ensemble même du secteur automobile. En effet, avant même le démarrage effectif de l'usine, l’écosystème PSA a créé à lui seul 19.000 emplois directs. La zone franche industrielle de Kénitra a, de même, été redynamisée grâce à PSA Maroc avec 18 milliards de DH d’investissement et la création de 25.300 emplois, dépassant les objectifs initiaux, conclut le ministre de l’Industrie.

    psa6.jpg

    L'activité démarre avec la nouvelle Peugeot 208, premier bébé de l’usine de PSA de Kénitra. La production attendue est de 100.000 véhicules et autant de moteurs

    «Toutefois, le maintien d'une telle dynamique, notamment en termes d’investissements, sera conditionné par l’importance du succès de la commercialisation de la voiture made in Kénitra dans les pays de la région», tient à préciser le responsable du groupe PSA. Pour renforcer davantage la compétitivité de la plateforme industrielle de Kénitra, il est impératif d’activer le projet du port de Kénitra-Atlantique dont le lancement des travaux accuse un net retard par rapport aux échéances avancées. En attendant, les voitures produites par l’usine de PSA seront acheminées vers le port Tanger-Med via le rail.

    psa7.jpg
     

    Rappelons que la majorité de la production de l’usine de Kénitra est destinée à l’export au Moyen-Orient et en Afrique avec une part pour l’Europe. 

    R&D

    EN plus du volet production, la convention signée entre l’Etat marocain et le groupe PSA porte également sur le développement de l’ingénierie dans le secteur de l’automobile avec la création d’un centre de R&D de 1.500 ingénieurs et techniciens supérieurs. Le centre est déjà opérationnel et compte aujourd’hui 2.300 employés, dont 85% sont des ingénieurs, se félicite le ministère de l’Industrie  

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc