×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Marrakech/environnement: De nouveaux projets pour renforcer la protection

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5539 Le 20/06/2019 | Partager
    Station de surveillance de la qualité de l’air, tri sélectif, les projets
    Ils sont dédiés à la mise en valeur de l’ancienne médina

    De nouveaux chantiers à Marrakech pour la protection de l’environnement. Le Secrétariat d’Etat chargé du développement durable (SEDD) s’est engagé à mettre en place trois projets, et ce dans le cadre du programme de mise en valeur de l’ancienne médina de Marrakech.

    Il s’agit en premier lieu du renforcement du réseau de surveillance de la qualité de l’air à travers l’acquisition, l’installation et la mise en service de 4 stations de surveillance de la qualité de l’air au niveau de l’ancienne médina de Marrakech. Le projet nécessite une enveloppe budgétaire de 6 millions de DH.

    L’appel d’offres sera incessamment lancé par la conseil régional de la surveillance de la qualité de l’air sous la présidence de la wilaya. L’autre chantier, toujours dans la médina, est le lancement d’un projet pilote de tri des déchets ménagers à la source au niveau du quartier Kasbah de la commune Mechouar dans l’ancienne médina.

    L’étude technique vient d’être lancée et permettra à travers un benchmark de choisir le meilleur concept à retenir. Pour ce projet, l’on a opté pour une démarche participative qui intégrera les délégataires de la gestion des ordures, la commune et les représentants de la société civile et les associations de quartiers. L’étude devra ressortir les équipements à fournir. Dans l’attente, le SEDD dédie à ce projet une enveloppe de 2 millions de DH.

    Enfin, le 3e chantier est la sensibilisation et l’éducation à l’environnement et l’équipement des clubs de l’environnement au niveau des établissements scolaires et des maisons de jeunes pour un budget de 2 millions de DH.

    Afin de mettre en œuvre ce projet, plusieurs équipements ont été distribués à 22 clubs de l’environnement créés par des établissements scolaires (collège, lycée et primaire), à deux maisons de jeunes ainsi qu’à un établissement social. Il est d’ailleurs programmé d’organiser aussi des sessions de formation au profit d’éco-animateurs.

    Il faut dire que Marrakech a été toujours marketée comme une des villes modèles où la protection de l’environnement est une des priorités et qu’elle reste la ville où l’on mène le plus d’expériences pilotes avant de les généraliser à d’autres villes.

    C’est le cas ainsi de la STEP (station de traitement et de réutilisation des eaux usées), les bus électriques ou encore la décharge de Mnabha, construite sur 10.629 m2 et inaugurée en février dernier. Elle a été financée par le Secrétariat d’Etat en charge du développement durable à hauteur de 130 millions de DH ainsi que la commune de Marrakech avec une enveloppe budgétaire de 70 millions de DH. Objectif: encourager la valorisation et le tri des déchets ménagers avant leur enfouissement.

    38% des déchets de décharge revalorisés

    Dès le départ, le projet de la décharge de Mnabha a été conçu avec un centre de valorisation de déchets qui permet de redonner une seconde vie aux déchets collectés dans la ville de Marrakech et treize communes avoisinantes. Soit le traitement des déchets produits par plus d’un million d’habitants. Les déchets acheminés sont triés et débarrassés des produits encombrants manuellement, et dirigés dans des bennes pour un traitement mécanique. Tout ce processus permet la valorisation de 38% des déchets reçus à la décharge. Soit près de 280.000 tonnes de déchets par an. Le reste est enfoui dans le site. La capacité de traitement du centre de tri passera à plus de 561.000 tonnes par an à l’horizon 2029 pour une valorisation de 55% des déchets.

    De notre correspondante permanente, Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc