×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Réfugiés au Maroc: Les angles d’attaque d’une aide d’urgence

    Par Joséphine ADAM | Edition N°:5538 Le 19/06/2019 | Partager
    Microprojets, assistance légale, santé, éducation…
    Le HCR Maroc multiplie les programmes d’aide aux réfugiés
    Cameroun, Syrie, Guinée, les 3 principaux pays de départ
    refugies_maroc_038.jpg

    Une très forte majorité des réfugiés suivis par le HCR sont entrés au Maroc illégalement, principalement par la ville d’Oujda. Les plus nombreux à avoir emprunté cette voie viennent du Cameroun, de la Syrie et de Guinée

    L’intégration économique des réfugiés à travers leur insertion sur le marché de l’emploi et dans les systèmes productifs est un facteur déterminant dans leur intégration globale dans la société d’accueil. Dans le contexte urbain, le défi est de leur permettre de subvenir à leurs besoins de base. Différents programmes sont mis en place par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) au Maroc et ses partenaires.

    ■ 658 microprojets créés
    S’agissant des bénéficiaires du programme socioéconomique, quelque 658 microprojets ont été créés depuis 2007. En 2018, 38 nouveaux microprojets ont vu le jour au profit de 57 réfugiés dont 5 femmes, et 2 coopératives ont été ouvertes au profit de 16 personnes. La subvention par projet s’élevant à 1.500 euros pour l’acquisition d’outils de production. Individuels ou en association, ils sont principalement déployés dans les régions de Rabat, Tanger et de l’Oriental, et ont très majoritairement concerné les réfugiés syriens et yéménites. Les secteurs d’activités sont variés entre le commerce, la fabrication de prothèses dentaires, la fabrication et la vente de vêtements, la restauration syrienne, la conception et la réalisation de jardins, les soins esthétiques à domicile, le forage de puits, la gestion d’installations informatiques et la boulangerie.

    ■ Accès aux soins médicaux
    Dans le cadre de la Stratégie nationale d’immigration et d’asile (SNIA), initiée par le Maroc en 2013, les réfugiés au Maroc ont accès gratuitement aux consultations médicales générales dans les centres de santé de proximité, les dispensaires publics. Quelque 3.454 personnes ont été prises en charge par le programme médical, entre avril et septembre 2018.

    ■ Interventions monétaires pour les plus vulnérables
    Les interventions monétaires permettent de réduire les comportements à risque comme la prostitution ou le travail des enfants. Elles permettent également d’atteindre les réfugiés là où ils se trouvent, même dans les zones les plus reculées. Enfin, elles contribuent à une injection monétaire dans les économies locales, ce qui a un impact positif sur les communautés hôtes. Une assistance est ouverte à tous les parents d’enfants en âge d’aller à l’école et à tous les étudiants. Une assistance financière est aussi réservée aux parents seuls, souvent des femmes, avec enfants à charge, aux familles avec enfants handicapés, aux malades chroniques et aux victimes de violence. C’est-à-dire aux réfugiés avec des besoins spécifiques limitant l’accès à l’emploi.

    ■ Assistance légale
    Entre janvier et septembre 2018, le HCR Maroc a assisté une centaine de réfugiés dont 29% étaient mineurs. Il s’agit d’assistance pour l’obtention de documents civils ou administratifs, d’un accompagnement juridique pour des agressions physiques et sexuelles (29% des personnes assistées), ou encore de représentation légale pour des affaires pénales. Les réfugiés d’origine subsaharienne représentent la première population concernée par les demandes d’assistance pour dépôt de plainte.
    n Education
    Une circulaire ministérielle de 2012 prévoit l’accès ouvert et gratuit des enfants et des étudiants universitaires syriens dans les établissements publics marocains. Là encore, différents programmes sont mis en œuvre avec différents partenaires comme la Fondation Orient-Occident (FOO) qui soutient la scolarisation des enfants réfugiés au Maroc. Des allocations sont versées aux parents moyennant la présentation des attestations de scolarité.

    J.A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc