×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Des pointures pour la remise des 1ers diplômes de l’UEMF

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5537 Le 18/06/2019 | Partager
    Josep Borrell, Cristina Narbona, Claudia Wiedey, Amzazi, Kabbaj, Azoulay...
    Une cinquantaine de lauréats hautement qualifiés déjà sur le marché
    Centre de conférences, piscine olympique… la 2e tranche lancée en septembre
    remises_diplomes_de_luemf_037.jpg

    Quelque 600 personnalités étaient présentes le 14 juin dernier à l’UEMF pour la cérémonie de remise de diplômes d’une cinquantaine de lauréats hautement qualifiés. Entre autres dans le parterre présent, on pouvait reconnaître André Azoulay, conseiller royal, Saaïd Amzazi, ministre de l’enseignement supérieur, Josep Borrell, ministre espagnol des affaires étrangères ou encore Mohamed Kabbaj, chancelier de l’UEMF, ainsi que d’autres hauts responsables marocains et étrangers (Ph. YSA)

    Un centre de conférences de 1.600 places, une piscine olympique, un terrain de foot aux normes FIFA, et un cinéma ouvert sur la ville. Voilà en gros les composantes de la 2e tranche de l’Université Euromed de Fès (UEMF) dont la construction sera lancée en septembre prochain. C’est ce qu’a annoncé Mostapha Bousmina, son président, vendredi dernier, à l’occasion de la cérémonie de graduation des trois premières promotions de l’université jouissant de la présidence d’honneur de SM le Roi. Décryptage.

    • Des profils hautement qualifiés
    Le 14 juin dernier, l’UEMF recevait quelque 600 personnalités nationales et euro-méditerranéennes pour une cérémonie grandiose. Cérémonie qui a célébré une cinquantaine de lauréats hautement qualifiés. Elle s’est déroulée en présence d’André Azoulay, conseiller royal, Saaïd Amzazi, ministre de l’enseignement supérieur, Josep Borrell, ministre espagnol des affaires étrangères, Mohamed Kabbaj, chancelier de l’UEMF, ainsi que d’autres hauts responsables marocains et étrangers. A l’honneur ce vendredi, les promotions de Master spécialisées en «énergies renouvelables et efficacité énergétique», «génie environnemental et gestion de l’eau» et «gestion et valorisation du patrimoine touristique euro-méditerranéen». Les lauréats des différentes filières ont ainsi reçu leurs sésames devant des invités de marque, à l’instar du ministre espagnol des affaires étrangères, les autorités de la région, ainsi que les élus et opérateurs économiques. En outre, les professeurs de l’université, promus de grade à grade, ont été également à l’honneur en même temps que l’ensemble du corps professoral de l’université «pour les efforts consentis 5 ans durant».

    • Echanges, dialogue interculturel et partenariats académiques…
    De l’avis du ministre de tutelle, la mise en place de l’UEMF, sur initiative de SM le Roi, incarne aujourd’hui «un puissant instrument de diplomatie européenne pour le Maroc». Créée en novembre 2012 et labellisée par l’Union pour la Méditerranée (UpM), cette prestigieuse université a su gagner la confiance de la Banque européenne d’investissement (BEI), de l’Union européenne et de la banque africaine de développement (BAD). «Elle est principalement une université de recherche dotée d’infrastructures à la pointe de ce qui existe actuellement dans le monde», indique Saaïd Amzazi qualifiant cette université de «l’un des fleurons de l’enseignement privé marocain». Notons que l’enseignement supérieur privé n’abrite que 5% des effectifs d’étudiants, au lieu des 20% recommandés par la charte nationale d’éducation et de formation. En attendant, le secteur privé est considéré comme «complément salutaire et continuité d’un enseignement supérieur public affecté par la massification des étudiants». Dans ce contexte, l’UEMF, riche de nombreux accords de partenariats avec de prestigieuses institutions, continuera son développement. «L’Université ouvrira dès la rentrée prochaine sa première école marocaine en intelligence artificielle et projette la création d’une structure dédiée aux biotechnologies dans les domaines biomédical et pharmaceutique qui sera la première du genre au Maroc», a annoncé Mostapha Bousmina, son président. Sous la forme d’une fondation d’utilité publique, cette université délivre des diplômes reconnus au Maroc et dans les 43 pays du pourtour de la Méditerranée.

    • Ce que pense le chef de la diplomatie espagnole de l’UEMF
    Invité de marque de cette cérémonie, Josep Borrell, ministre espagnol des affaires étrangères, s’est félicité que sa visite au Maroc, la 5e du genre dans le Royaume en tant que chef de diplomatie, soit centrée sur l’éducation et la culture, «deux piliers du partenariat stratégique et global qui unissent l’Espagne et le Maroc». Pour lui, «la décision pionnière de SM le Roi Mohammed VI, qui a envoyé en septembre 2008 une proposition pour la création de cette université est salutaire». Surtout qu’elle est «la meilleure façon d’assouvir le besoin de 800 millions d’habitants de la Méditerranée de favoriser l’intégration de notre région», renchérit l’hôte de marque, venu en compagnie de son épouse Cristina Narbona, 1re vice-présidente du Sénat espagnol. Même son de cloche auprès de Claudia Wiedey, l’ambassadrice chef de la délégation de l’UE au Maroc,  pour qui «l’UEMF est un trait d’union entre l’UE et la Méditerranée, mais aussi un pont vers l’Afrique», rappelant que l’UE s’est engagée depuis 2016 à soutenir cet établissement, initiative-phare de l’UpM. «Nous avons pris l’engagement d’appuyer cette université qui est aussi une contribution à l’intégration et à la stabilité régionale», conclut la diplomate.

    Tous bluffés par l’infrastructure

    Les invités de la cérémonie de graduation ont été bluffés par «l’infrastructure de rang mondial de l’UEMF tant au niveau de l’enseignement que celui de la recherche». Pour Bousmina, «cette plateforme à la fine pointe de la technologie est le fruit des efforts d’un ensemble de partenaires réunis autour de la volonté royale de créer à Fès une institution de rang mondial promouvant le dialogue interculturel et l’échange entre les deux rives de la Méditerranée est désormais une réalité et trouve la plénitude de son sens». «La construction et l’équipement en cours de l’éco-campus de l’université portent sur la création d’un grand centre de conférences de 1.600 places, une bibliothèque, un cinéma ouvert sur la ville et un complexe sportif aux normes FIFA», souligne le président de l’UEMF.

    Y.S.A

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc