×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Musiques sacrées: Voilà pourquoi la 25e édition sera «exceptionnelle»

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5535 Le 14/06/2019 | Partager
    Des créations uniques pour célébrer l’âme du Maroc, Fès
    L’événement sera inauguré par SAR la princesse Lalla Hasna
    Sami Yousuf, Marcel Khalifa, Youssou Ndour… du 14 au 22 juin
    musiques_sacrees_035.jpg

    De la Cordoue judéo-arabe à l’Afrique Subsaharienne, Fès, bien avant nos grandes métropoles, avait déjà cette capacité d’intégrer des phénomènes migratoires, et une abondante littérature circulait bien avant l’avènement d’Internet et du streaming. L’histoire de la ville sera contée lors du spectacle création, le 14 juin, par des artistes venant de plusieurs pays… Un mapping exceptionnel est au menu de cette 25e édition (Ph YSA)

    Le coup d’envoi de la saison culturelle estivale sera donné ce vendredi à Fès. Ainsi, la capitale spirituelle accueille, ce 14 juin 2019, la 25e édition du festival des musiques sacrées du monde. En même temps, la petite bourgade, Sefrou, célèbrera la 99e fête des cerises.

    Marrakech, pour sa part, renouera avec le public du festival du rire. Rabat, elle aussi, se mettra à la musique, à partir du 21 juin, grâce à son 18e Mawazine, rythmes du monde. Mais de tous ces évènements, le festival de Fès des musiques sacrées du monde revêt «une aura exceptionnelle». D’abord, parce qu’il a une grande particularité: C’est le seul festival qui est organisé aux portes du Palais Royal, à Bab El Makina, et qui jouit d’une inauguration princière.

    Ainsi, c’est SAR la princesse Lalla Hasna qui honorera de sa présence l’ouverture de ce mélisme 2019. Pour rappel, l’hôte de marque de la soirée inaugurale avait illuminé de sa présence le festival de 2018 et la Fondation Mohammed VI pour l’environnement, qu’elle préside, avait redonné vie au jardin mythique de Jnane Sbill, grâce à une cure de jouvence réussie.

    «Cette édition mettra en avant la refondation et le renouveau d’une ville ancestrale qui renaît grâce à l’initiative royale… A rappeler que notre festival coïncide avec le 20e anniversaire de l’intronisation de SM le Roi qui accorde un intérêt particulier à la restauration de la médina de Fès», indique Abderrafih Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès, initiatrice du festival des musiques sacrées.

    Organisé du 14 au 22 juin, le festival de Fès est un événement ancré «qui a apporté sa contribution au fil des temps au dialogue des cultures et des religions, à mieux faire connaître les valeurs de notre pays marqué par l’ouverture sur l’autre, l’esprit de tolérance et d’accueil, la richesse de son patrimoine matériel et immatériel», souligne Zouitene.

    Et d’ajouter: «la nouvelle édition qui se tient sous le thème «Fès à la confluence des cultures» veut promouvoir ce patrimoine revalorisé à l’initiative de Sa Majesté le Roi». Car, la médina de Fès connaît aujourd’hui une renaissance exceptionnelle lui donnant une nouvelle vie. Différents monuments emblématiques Foundouks, Médersas, Kissarias…ont été́ restaurés avec une approche unique pour leur donner une animation telle qu’elle prévalait originellement. «C’est ce renouveau et cette histoire que le Festival et son Forum ont souhaité faire rayonner à l’international afin d’imprimer la marque Fès».

    Grâce à une nouvelle orientation de la stratégie de partenariats et de communication tournée vers le digital, les retombées médiatiques ont renforcé l’attractivité touristique de la ville de Fès et l’activité touristique a connu une hausse sans précédent. En ce sens, l’édition 2019 entend célébrer cet événement et cette histoire, grâce à une programmation musicale rassemblant plus de trente pays et plusieurs moments forts marqueront cette édition.

    Y participent le World Youth Orchestra symbole de paix et de dialogue avec l’ensemble andalou de Fès, Sami Yousuf, José Merce, Tomatito, Marcel Khalifa, Marouane Hajji, Youssou Ndour, Carlos Nunez, et bien d’autres… Pour donner le ton, les organisateurs ont préparé une création unique intitulée «Fès, Mémoire du Futur». Celle-ci raconte l’histoire de Fès qui a fasciné Moulay Idriss, le fondateur de la ville (il y a 12 siècles), Fatéma El Fihriya, qui y a construit la Qarawiyyine, Sidi Ahmed Tijani, cheikh de la tariqa Tijania (350 millions de disciples dans le monde) le Pape Sylvestre II, Averroès, Taher Benjelloun…

    A travers des tableaux dessinant cette histoire glorieuse, le spectacle création, baptisé «Fès, mémoire du futur» invite au voyage dans le temps grâce à des artistes venant des quatre coins du monde. «Certains nous font une exception, car ils ne voyagent jamais, comme c’est le cas des Maâdinnines d’Al Qods ou encore les femmes Mouridates venus du Sénégal», confie Zouitene.

    Outre les spectacles de Bab El Makina, le Forum, moment fort d’échanges et d’interrogations dans un monde en pleine mutation, traitera de la thématique « Fès, à la Confluence des Cultures » et verra la présence de plusieurs écrivains, chercheurs, philosophes, penseurs… «Le Festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde est à l’image de sa médina, franchir ses portes est une manière de s’imprégner de traditions millénaires, de valeurs de tolérance et de spiritualité», conclut le président de l’Esprit de Fès.

    Bab Boujloud rempile

    Le festival Bab Boujloud réunira cette année de célèbres artistes marocains autour de prestations musicales dans la célèbre place éponyme. Il se déroulera du 15 au 22 juin et aura l’honneur d’accueillir quelques-uns des plus grands chanteurs de la scène marocaine notamment Saida Charaf, Hatim Idar, Abdou El Ouazzani et Chama Zaz, Zakaria Ghafouli, Mohamed Jbara, Nasr Megri, H-Kayn, Hada Ouaki, Nouamane Belaiachi, Rabeh Mariwari, Said Senhaji, Orchestre Asri, Nass El Ghiwane, Sami Ray, Said Mosker… Les musiciens assureront une variété de concerts gratuits au public de la ville de Fès allant du « Chaâbi » au « chababi » moderne en passant par la chanson traditionnelle marocaine.

    Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc