×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Cri de détresse des femmes battues

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5518 Le 17/05/2019 | Partager
    Le taux de prévalence de la violence dépasse 54% selon la 2e enquête nationale
    Les personnes âgées de 25 à 29 ans, les plus vulnérables
    Seules 6,6% des victimes ont porté plainte contre leur agresseur
    femmes-battues-manifestations-018.jpg

    Si plus de la moitié des Marocaines ont déjà été victimes de violence, près du tiers ont souffert de plusieurs formes de brutalité, selon les résultats de la 2e enquête nationale (Ph. L’Economiste)

    10 ans après la 1re enquête nationale sur la prévalence de la violence contre les femmes, la situation reste toujours aussi alarmante. C’est ce qui ressort des résultats de la 2e édition, présentée mardi dernier à Rabat. Le taux de prévalence de la violence au cours des 12 derniers mois est de 54,4%.

    Cette situation est plus accentuée en milieu urbain (55,8%) que dans les campagnes (51,6%). Certaines victimes souffrent d’une exposition à une multitude de formes de violence. C’est le cas du tiers des personnes couvertes par cette enquête. Pire, 3,2% des femmes âgées de 18 à 64 ans en ont subi toutes les formes.

    Selon les données de ce document, ce sont surtout les jeunes de 25 à 29 ans qui forment la catégorie la plus vulnérable. Les chiffres de cette enquête montrent l’ampleur des abus. 54,4% des fiancées et 52,5% des femmes mariées ont été victimes de violence au niveau national. Cette situation est plus présente dans les campagnes (19,6%) que dans les villes (16,9%). Les agressions dont elles sont victimes semblent durer même après le divorce. Le taux de prévalence est de 30,9% au niveau national.

    Les femmes rurales sont plus exposées aux comportements brutaux dans le milieu éducatif, avec 25%, que les étudiantes vivant dans les zones urbaines (21,6%). La situation est inversée lorsqu’on prend en considération les violences dans le milieu professionnel. Ce sont les citadines qui souffrent le plus de ces actes que celles vivant en milieu rural, avec respectivement 25,1% contre 20,5%. Lors de la période couverte par l’enquête, 12,4% des Marocaines, de 18 à 64 ans, ont déjà subi une violence dans les lieux publics.

    Les résultats de cette enquête montrent que la moitié des violences à l’égard des femmes ont un aspect psychologique. Les mêmes proportions sont constatées au niveau urbain et rural. La violence économique est également présente, selon les témoignages des victimes, avec 16,7%. Elle est plus accentuée en milieu urbain (18,1%) par rapport aux zones rurales (14%).

    Le taux de prévalence des violences physiques s’élève à 15,9%. Ce taux est plus élevé dans les villes. Idem pour les violences sexuelles. Si leur niveau est de 14,3% au niveau national, il s’agit d’un comportement qui caractérise essentiellement les villes (17,2%). Son taux de prévalence se limite à 8,7% dans les campagnes.

    L’un des apports de cette 2e enquête nationale est de mettre l’accent sur l’émergence de comportements violents par voie électronique. 13,4% des femmes ont déclaré en avoir souffert. Les jeunes filles sont les plus vulnérables. Le harcèlement est l’acte le plus pointé, avec 71,2%.

    Cette enquête a également mis à nu certains comportements qui favorisent la persistance de ce phénomène. Par exemple, les femmes violentées gardent en général le silence. La tragédie est enfouie dans leur mémoire, avec un impact direct sur les plans psychologique, physique et socioéconomique, peut-on lire dans ce document.

    Seules 28,2% des victimes se sont adressées à une personne ou à une institution, essentiellement dans les villes. Celles ayant porté plainte contre leur agresseur ne dépassent pas 6,6%. Cette prise de conscience est plus importante en milieu urbain, avec 7,7% contre seulement 4,2% dans le monde rural.

    Violence contre les femmes en chiffres

    • 54% est le taux de prévalence de la violence au niveau national lors des 12 derniers mois
    • 12,4% est le niveau de violence dans les lieux publics
    • 52,5% est le taux de violence dans le milieu conjugal
    • 49,1% est la part des violences psychologiques selon les témoignages des victimes
    • 15,9% est le niveau des violences physiques
    • 3,2% des femmes adultes ont subi toutes les formes de violence
    • 4,2% des femmes rurales violentées ont porté plainte contre leur agresseur

    M.A.M.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc