×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès: La Fondation Ducci reprend ses activités

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5513 Le 10/05/2019 | Partager
    Elle compte sur l’appui des autorités pour promouvoir la culture
    Expositions, musique de chambre, et réflexions… au programme
    fes-la-fondation-ducci-013.jpg

     Depuis leur réouverture le 20 avril dernier, Kassr Annoujoum et la galerie Aquas enregistrent quotidiennement des centaines de visiteurs, qui viennent admirer les architectures réalisées à l’intérieur de la cour et dans les salons, ainsi que les objets qui y sont exposés (Ph. YSA)

    Deux  ans après avoir mis fin à toute activité à Fès, la Fondation Ducci annonce une nouvelle reprise. «Nous avons reçu une offre de soutien concret, cautionnée par le wali de la région, pour nos activités culturelles et d’animation», confie Paolo Ducci, le président de la Fondation.

    Sans plus attendre, l’ancien diplomate a rouvert sa maison culturelle italienne, sise au quartier Zerbtana en médina, ainsi que la galerie d’art Aquas. Celle-ci abrite désormais l’exposition «L’autre bleu», dédiée au Maroc, la mer, et les médinas de Fès et Safi. En tout, une trentaine de tableaux, signés par l’artiste peintre Hamid Baggar, qui «reflètent la passion pour le bleu sous toutes ses formes».

    A travers l’inauguration de cette exposition, nous actons la reprise des activités de la Fondation et le Centre international pour le dialogue interculturel (CIDI). Nous œuvrons pour la promotion du dialogue entre les cultures dans la Méditerranée», indique Ducci. L’ambition, selon lui, est de contribuer à l’animation de la ville de Fès, en organisant symposiums internationaux, concerts, spectacles de danse, expositions d’art …

    Pour rappel, la Fondation Ducci a misé 1,8 million d’euros (20 millions de DH) pour la réalisation d’une maison culturelle italienne à Fès. Dédié à la promotion de la culture et de la paix, l’espace culturel, opérationnel depuis 2010, initiait des activités à but non lucratif. Il avait un agenda chargé tenu grâce notamment à un apport de la mairie.

    Engagée dans la promotion du dialogue interculturel, la Fondation participe notamment à la promotion de la relation qui lie le monde arabo-méditerranéen à l’Europe, et en particulier le Maroc à l’Italie.

    Les deux pays entretiennent une relation qui remonte à plusieurs centaines d’années. Pour mener à bien son activité «ponctuelle», la Fondation recevait une subvention du Conseil communal. Celle-ci a été «bizarrement» supprimée depuis l’élection du nouveau bureau.

    «Cependant, le wali de la région a promis de renouer les liens entre la ville et la Fondation. Et c’est suite à cette promesse que nous reprenons du service, espérant créer une véritable synergie de dialogue», souligne Ducci.

    Ainsi, la Fondation qu’il dirige, conformément à ses finalités, entend initier des tables rondes, symposiums, think tanks, expositions, et concerts. «Nous devrons également accueillir des chercheurs provenant de divers pays européens afin de promouvoir les échanges d’opinions et d’idées entre eux et leurs homologues marocains», conclut Ducci.

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc