×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Assises de la fiscalité: Vers une révision du système?

    Par L'Economiste | Edition N°:5512 Le 09/05/2019 | Partager
    assises-de-la-fiscalite-012.jpg

    ■ Améliorons le pouvoir d’achat!
    En tant que salariés dans le privé, nous souhaitons que ces assises permettent d’atténuer la pression fiscale sur nos revenus modestes dans l’optique d’une éventuelle amélioration du pouvoir d’achat. Cela doit passer par la concrétisation d’une ancienne revendication portant sur la déduction des frais de scolarité sur l’IGR.
    Laroussi

    ■ Equitabilité
    C’est le moment adéquat pour rendre le système fiscal plus équitable. En effet, l’ancien ne fait pas la différence entre un fonctionnaire et une société.
    El Ouajrachi

    cari_cl_012.jpg

                                                                                         

    Occupation du domaine public: Enfin du concret!

    La campagne de libération du domaine public commence enfin à porter ses fruits. Plusieurs terrasses ont été démolies et des cafés fermés au cours des dernières semaines, ce qui a fait réagir bon nombre de nos lecteurs… (cf. notre édition du 29/04/2019) 

    ■ Quid des mécaniciens et des marchands de légumes?
    Pour le moment, cette opération à grande échelle ne cible que quelques cafés. Pourquoi ne parle-t-on pas des tôliers, des mécaniciens, des menuisiers et de bien d’autres artisans qui utilisent le domaine public comme atelier.Pourquoi n’évoque-t-on pas les propriétaires de magasins de fruits et légumes qui «agrandissent» leur espace de vente en utilisant ce même domaine. Même les vendeurs de voitures d’occasion sont dans le coup, occupant non seulement les places de parking, mais aussi les trottoirs. Sans oublier ces individus qui placent devant leur commerce des obstacles afin que les véhicules ne puissent pas stationner. Ces mêmes citoyens qui ont pourtant payé une vignette pour ça! A méditer car le domaine public appartient à tout un chacun…
    Khalid

    ■ Que justice soit faite!
    C’est une excellente initiative menée par les autorités locales. Si les Marocains aspirent vraiment au progrès politique, économique, social, administratif ou encore culturel, tous les membres de la société civile, administrative et militaire doivent appliquer la loi et la justice envers tous les citoyens et dans tous les domaines, sans fraude ni trahison!
    Joseph

    ■ Un retard sidérant
    On ne peut qu’applaudir la prise de ce genre de mesure à l’encontre de tous ceux qui enfreignent la loi et la réglementation. Stop à l’anarchie et commençons sérieusement à appliquer les textes de loi avec beaucoup de conscience, de patriotisme et de civisme. Il est grand temps d’agir ainsi, nous sommes très en retard!
    Benabddallah

                                                                                         

    Aéroport Mohammed V: ça va de mal en pis!

    aereport-mohammed-v-012.jpg

    ■ Un problème de ressources humaines avant tout
    Aujourd’hui, les patrons estiment qu’investir dans la création de nouveaux aéroports ou les agrandir résoudraient tous les problèmes de mécontentement des voyageurs. En réalité, si ce type d’investissement massif n’est pas suivi d’un plan solide en matière de ressources humaines, les services aéroportuaires iront de mal en pis! Il faut montrer du doigt les raisons du mécontentement des visiteurs, puis créer un comité afin que chaque partie prenante expose son mode de fonctionnement et propose de nouveaux schémas d’amélioration afin de fluidifier la circulation des passagers et les satisfaire autant que possible. Ce n’est qu’une fois toutes ces étapes validées que l’investissement matériel susceptible de répondre à ces besoins doit être réalisé… Aujourd’hui, le voyageur recherche un service de qualité au sein des aéroports marocains et non des structures gigantesques mais désorganisées au sein desquelles le matériel est trop souvent obsolète et le personnel dépassé.
    Taoufik

    ■ Des solutions concrètes
    Il existe à mon sens trois solutions concrètes et applicables aux maux de la gestion des services publics au Maroc : la privatisation, la digitalisation et une lutte efficace contre la corruption.
    KMM
     
    ■ De nombreux dysfonctionnements
    Rien que l’idée de passer par l’aéroport Mohammed V est un véritable cauchemar! De nombreux dysfonctionnements empêchent en effet la fluidité de circulation de ses visiteurs… Cela va de l’affichage souvent inexistant des tunnels de sortie des bagages aux indications de trop petite taille, en passant par le parking qui donne le tournis! Sans oublier l’accueil réservé à nos frères africains tard le soir au départ comme à l’arrivée. Un traitement indigne des valeurs de notre pays, qui met à plat l’image du Maroc auprès de cette communauté construite au prix d’efforts considérables. De tels comportements et dysfonctionnements constituent le meilleur moyen d’empêcher notre pays de devenir un hub international. Une aubaine aussi pour les compagnies aériennes concurrentes comme celles de Turquie, d’Algérie ou encore d’Ethiopie. Précisons enfin qu’un aéroport représente un tout. Sa gestion doit être coordonnée voire unifiée. A quoi bon «vendre» un voyage en dreamliner à des passagers qui sont confrontés à des files d’attente interminables ou qui ne parviennent pas à trouver un caddy fonctionnel! Une fois à l’extérieur, ils sont par ailleurs confrontés aux problèmes des taxis et du train. Mais là, c’est une autre histoire…
    Abdel

     

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc