×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    «Malentendu» sur la déforestation...

    Par Faiçal FAQUIHI | Edition N°:5512 Le 09/05/2019 | Partager
    880 hectares touchés annuellement... vraiment?
    Comment l’Etat protège ses droits contre les spoliateurs
    Difficulté de régénération et désertification comme contraintes
    menaces_foret_012.jpg

    Le comité directeur de lutte contre les feux de forêts a dressé son bilan 2018: «Ce sont 880 ha de forêts défrichés annuellement». Ce chiffre interpelle. C’est l’équivalent des superficies ravagées par les feux durant la même année!

    Le Haut commissaire aux Eaux et forêts, Abdeladim Lhafi, parle d’un «malentendu» sur la définition des concepts. «Le déboisement visant à enlever la vocation forestière d’un terrain pour se l’approprier est impossible», assure-t-il. La présomption domaniale reposait historiquement sur le boisement. Or, ce territoire est désormais délimité et homologué: plus de 8 millions d’hectares (voir page précédente).

    «Cette opération a permis de supprimer le motif du forfait. Défrichée ou pas, la forêt reste une propriété étatique», insistent les Eaux et forêts. L’homologation vient en renfort au principe d’inaliénabilité de l’espace forestier: «Il ne peut être ni vendu, ni acheté», précise le Haut commissaire.

    Abdeladim Lhafi préfère parler de dédensification de la forêt: «Vous avez 10.000 ha avec un objectif de 1.000 arbres par hectare. Si le nombre d'arbres par hectare baisse, c’est une dédensification. Mais sans qu’il y ait perte de terrain pour le domaine forestier. La dédensification est grave quand elle est causée par des actes criminels tels que la coupe illicite du bois». Le Haut commissaire revient sur les changements climatiques qui impactent la forêt.

    Il cite l'expérience de la forêt de chêne-liège de la Maâmora orientale aux environs de Rabat-Kénitra. «Les Eaux et forêts procèdent à une transformation de peuplement en introduisant d’autres espèces comme le pignon de pin. Le terrain n’est pas perdu puisqu’il y a une reconfiguration végétale de l’espace», précise Abdeladim Lhafi. Cette réadaptation aux changements climatiques s’étale sur un cycle écologique long. Il faut par exemple 70 ans pour obtenir un thuya adulte, selon les Eaux et forêts.

    Notre écosystème continue toutefois de faire face à deux «contraintes écologiques majeures», selon le Centre national de gestion des risques climatiques forestiers. Primo, la difficulté de régénération des espaces dégradés. Secundo, 93% du territoire est sensible à la désertification.

                                                                      

    Des coopératives pour contrer les voleurs de bois

    Les associations pastorales et les coopératives forestières participent à mieux protéger et à surveiller la forêt. Depuis 2005, ce sont 161 coopératives forestières et 12 regroupements d’intérêt économique qui ont été créés. Le Haut commissariat aux Eaux et forêts est convaincu par leur rôle incontournable dans la prévention des risques (voir entretien page précédente). Au-delà de leurs activités économiques, ces regroupements professionnels forment une sorte de brigade contre les bandes criminelles organisées qui coupent le bois illicitement. Les gardes forestiers ont été victimes de 34 agressions en 2017 contre 60 en 2010. Les attaques se font à l’arme blanche et aux armes à feu, précisent les Eaux et Forêts. Le cèdre de l’Atlas est particulièrement prisé par les trafiquants. La superficie ciblée est d’environ 10 ha contre 26 ha en 2012. Le bois volé représente 5,3% du volume vendu annuellement. La coupe légale a généré 9.618 m3 en 2017. Son produit est vendu dans le cadre des ventes aux enchères organisées par l’administration forestière.

    F.F.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc