×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Younes El Baraka, de la compta à la toque de chef

    Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5510 Le 07/05/2019 | Partager
    Cordon Bleu Paris, les hôtels Fairmont au château Montebello et La Mamounia, un riche parcours
    Il souhaite faire de son restaurant «Safran» une adresse culinaire à Casablanca
    youness_el_baraka_010.jpg

    «Malheureusement, le métier de cuisinier, comme tout autre métier artisanal, est très peu respecté au Maroc. Mon souhait, aujourd’hui, est de revaloriser la cuisine marocaine et de faire de mon restaurant une adresse culinaire», souligne Younes El Baraka, propriétaire du restaurant Safran (Ph. F.Al Nasser)

    Fils d’industriel, Younes El Baraka a grandi à Khouribga. A son jeune âge, il n’a jamais pensé qu’un jour il deviendrait chef cuisinier. Pourtant, aujourd’hui, il est propriétaire et chef cuisinier du restaurant Safran, implanté dans les faubourgs de Racine, à Casablanca.

    «Quand j’étais adolescent, je n’étais jamais satisfait en cuisine et en même temps je n’étais pas un as non plus. Je m’amusais à rajouter les quelques aliments que je savais cuire au repas de mère, à savoir les pommes de terre et les œufs», s’amuse-t-il à raconter.

    Après avoir obtenu son bac, il s’envole vers Ottawa pour suivre des études en comptabilité. A côté, il se dégote un petit job dans le secteur d’agroalimentaire qui lui permet de rencontrer plusieurs restaurateurs de la ville. Il saisit alors sa chance, et demande à travailler en cuisine.

    «J’ai dû commencer en bas de l’échelle, à la planche durant trois semaines, puis en tant que commis de cuisine», raconte Younes. Après trois mois à travailler en cuisine, son chef lui conseilla d’aller suivre des cours. C’est ainsi que Younes intègre l’institut Le Cordon Bleu Paris à Ottawa, au Canada, où il a été encadré par des chefs de renommée mondiale. Il a également effectué des stages dans des établissements de renom tels que les hôtels Fairmont au château Montebello et La Mamounia.

    Il revient par la suite au Maroc et ouvre son propre restaurant «Safran». «Avec ce nom, nous mettons la barre haut car c’est une épice rare et unique. Dans les plats que je concocte, j’essaye de faire redécouvrir le safran à travers de nouveaux mets, desserts, jus et infusion», explique le chef cuistot.

    Raffiné, goûteux et affichant des prix abordables, le Safran propose une carte terre et mer qui satisfait tous les goûts. Dans une atmosphère feutrée, il propose une cuisine fine où les plats marocains sont revisités, pour un équilibre parfait entre tradition et modernité. Un show culinaire est également prévu pour les personnes commandant des desserts.

    «Je souhaite, à travers mon restaurant, créer une adresse culinaire et revaloriser la cuisine marocaine», confie le restaurateur. Le jeune chef est, par ailleurs, à l’écoute de sa clientèle. Il ne serait pas surprenant de le voir passer beaucoup de temps avec ses «invités», partageant sa passion pour la cuisine. 

    Tilila EL GHOUARI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc