×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Les élèves d’Al Jabr prêtent leur voix à des enfants dyslexiques

    Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5502 Le 24/04/2019 | Partager
    62 textes du manuel de français de 6e année du primaire lus et enregistrés
    Des binômes formés pour un parrainage
    al_jabr_5502.jpg
    Durant la journée d’enregistrement des textes, différentes activités ont été organisées (concours de chant, jeu d’échecs…). Les élèves ont également eu droit à une séance de sensibilisation aux troubles de l’apprentissage, assurée par une orthopédagogue (Ph.  AMTDA)

    Leur vie scolaire est dure. Avec leur trouble de la lecture, les enfants dyslexiques vivent un véritable calvaire. Peu d’écoles les acceptent et leur offrent un accompagnement adapté. Ceux issus de milieux démunis, et dont les parents sont analphabètes ou faiblement instruits, sont doublement pénalisés. Scolarisés dans des écoles publiques qui les ignorent, ils subissent rejet sur rejet, et décrochent petit à petit.
    31 élèves de l’école Al Jabr à Casablanca (établissement homologué par l’Agence de l’enseignement français à l’étranger), inscrits en 4e, 3e et seconde, se sont mobilisés pour ces enfants dyslexiques. Ils ont décidé de parrainer 31 écoliers de 6e année du primaire, relevant d’établissements publics à Casablanca, et pris en charge par l’Association marocaine des troubles et difficultés d’apprentissage (AMTDA). Objectif: les aider à surmonter leur handicap et à apprendre la lecture.  
    L’initiative, baptisée «prête moi ta voix pour que je puisse progresser», a été imaginée par une jeune élève d’Al Jabr, Sirine Bensator, dans le cadre d’un projet du conseil de la vie collégienne. La cause lui tient à cœur, ses deux frères étant eux aussi dyslexiques. L’idée est d’enregistrer les textes du manuel de français de 6e année du primaire avec la voix des élèves d’Al Jabr. Les enfants dyslexiques pourront ensuite les réécouter pour s’entrainer à la lecture. «Nous avons déjà essayé la synthèse vocale, mais cela n’a pas donné de grands résultats. Les enfants ont du mal à comprendre les textes lus par des logiciels, en raison des mauvaises intonations», précise Zhour Le Qouider, présidente de l’AMTDA.  Les élèves d’Al Jabr et leurs camarades des écoles publiques, dont une dizaine ont été récupérés par l’AMTDA après un abandon scolaire, se sont récemment réunis pour former des binômes. Une deuxième rencontre a été organisée pour l’enregistrement. Au total, 62 textes ont été enregistrés. Chaque élève d’Al Jabr en a lu deux. «Ces enregistrements viendront enrichir notre future bibliothèque sonore. Aujourd’hui, nous cherchons des volontaires pour nous lire des textes en arabe», confie la présidente de l’association.
    Le projet a été présenté lors de la Semaine de l’école inclusive, qui s’est tenue du 8 au 13 avril à Rabat. Un évènement organisé par l’association Français du Monde ADFE, en partenariat avec l’association des parents d’élèves CAPE Maroc, avec le soutien du pôle Enseignement du service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France à Rabat.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc