×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Technologies numériques: Les fonds arrivent

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5501 Le 23/04/2019 | Partager
    Un investissement de l’ordre de 9,2 milliards d’euros
    C’est dans le programme «Europe numérique»
    Objectif: booster l’emploi et l’économie

    Intelligence artificielle (IA), cybersécurité, compétences numériques… L’Union européenne prévoit d’investir 9,2 milliards d’euros dans le programme «Europe numérique» qui s’assurera que tous les citoyens européens aient les compétences et les infrastructures nécessaires pour répondre aux défis numériques auxquels ils sont confrontés.

    A travers ce programme, le Parlement européen souhaite développer davantage le potentiel technologique du marché unique numérique. Cela pourrait créer chaque année 4 millions d'emplois et générer 415 milliards d'euros pour l'économie européenne, tout en renforçant la compétitivité internationale de l’UE.

    «Pendant trop d'années, le secteur européen de la technologie a été à la traîne par rapport à des pays tiers tels que les Etats-Unis et la Chine. Nous avons besoin d'une approche cohérente à l'échelle de l'Union et d'un investissement ambitieux pour trouver une solution au déséquilibre chronique entre la demande croissante de technologies de pointe et l'offre disponible en Europe», indique Angelika Mlinar, députée démocrate libérale autrichienne et rapporteure du projet.

    Une partie du budget permettra aux PME et aux administrations publiques d’utiliser les nouvelles technologies de façon plus régulière et plus efficace. Des ressources seront également débloquées dans des domaines stratégiques tels que les superordinateurs (ou supercalculateurs), l'intelligence artificielle et la cybersécurité.

    «Nous pouvons compter sur l'excellence européenne en matière de recherche et d'innovation, mais nos entreprises, en particulier les PME, ont encore du mal à accéder aux nouvelles solutions et à en tirer parti. Ce programme a été conçu pour s'attaquer au faible taux d'utilisation des technologies existantes. Nous investissons dans un des secteurs les plus prometteurs et les plus importants pour l'avenir de l'Europe», ajoute Mlinar.

    En matière d’intelligence artificielle, les initiatives européennes se précisent. En s'appuyant sur les travaux d'experts indépendants désignés en juin 2018, la Commission européenne a lancé, le 8 avril 2019, une phase pilote afin de faire en sorte que les lignes directrices en matière éthique puissent être mises en œuvre dans la pratique.

    L'industrie, les instituts de recherche et les autorités publiques sont invités à tester la liste d'évaluation détaillée élaborée par le groupe d'experts de haut niveau, qui complète les lignes directrices. L’IA peut s'avérer bénéfique dans un large éventail de secteurs, comme les soins de santé, la consommation énergétique, la sécurité des véhicules, l'agriculture, le changement climatique et la gestion des risques financiers.

    Elle peut également contribuer à la détection des fraudes et des menaces pesant sur la cybersécurité et permet aux autorités répressives de lutter plus efficacement contre la criminalité. Toutefois, cette technologie émergente fait naître de nouveaux enjeux pour l'avenir du travail et soulève des questions d'ordre juridique et éthique.

    Pour cela, la Commission a choisi d'adopter une approche en trois étapes: définir les exigences clés pour une IA digne de confiance, lancer une phase pilote à grande échelle pour recueillir les réactions et retours d'informations des parties prenantes et élaborer un consensus international centré sur l'humain.

    Et chez nous

    Les prochaines années promettent des bouleversements inédits, auxquels il faudra se préparer, y compris au Maroc. Les universités commencent à peine à se positionner sur des recherches en intelligence artificielle, et à développer des formations spécialisées, très rares. L’Enseignement supérieur a lancé en mars dernier un appel à projets R&D en IA et big data, avec un financement de 50 millions de DH (voir aussi «Intelligence artificielle: Les universités commencent à se positionner», dans notre édition N° 5486 le 02/04/2019).

    Priorités

    Cinq domaines sont prioritaires dans le cadre du programme Europe numérique (voir détail http://www.europarl.europa.eu):

    technologies_numeriques_001.jpg
    •  2,7 milliards d'euros pour les superordinateurs
    •  2,5 milliards d'euros pour l'intelligence artificielle
    •  2 milliards d'euros pour la cybersécurité
    •  700 millions d'euros pour les compétences numériques
    •  1,3 milliard d'euros pour assurer une large utilisation des technologies numériques

    F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc