×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    SIAM: Tour d’horizon dans les différents pôles

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5500 Le 22/04/2019 | Partager
    Plus d’un million de visiteurs en six jours
    Emplois, digitalisation, partenariats… au menu
    Expériences, affaires, conseils... aussi

    Le rideau est tombé dimanche sur la 14e édition du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM). Tenue du 16 au 21 avril, la vitrine agricole continentale était l’occasion de mettre en avant les avancées du Royaume. Partager le savoir-faire et les bonnes pratiques, réfléchir sur l’avenir des cultures agricoles, et primer les meilleurs producteurs… étaient également au menu. L’Economiste vous invite à un petit tour d’horizon dans les quatre coins du Salon. Lequel a reçu 1.500 exposants de 62 pays, et plus d’un million de visiteurs. Décryptage.

    ■ Le pari du digital au pavillon suisse

    ronan_de_herce_00.jpg

    La Suisse était le pays à l’honneur au SIAM 2019. Dotée d’un pavillon de 450 m2, faisant office d’accueil au pôle international, la Confédération helvétique était représentée par 13 sociétés. Parmi celles-ci figure Syngenta, le spécialiste des produits phytosanitaires et des semences.
    Installée à Rabat, son antenne marocaine est leader sur le marché des semences et protections des plantes. Elle détient 20% de part de marché, réalisant ainsi un chiffre d’affaires d’environ 500 millions de DH. Au SIAM, ses dirigeants ont promu l’importance de l’intégration de la transformation digitale dans le secteur agricole en tant que levier de productivité pour l’agriculture et afin de garantir l’employabilité et aussi rajeunir la population active dans le secteur agricole. «Nous allons accélérer le rythme de nos innovations pour répondre aux enjeux croissants auxquels sont confrontés les exploitants agricoles à l’échelle mondiale et nous adapter à l’évolution des points de vue sociétaux sur ces sujets», explique d’emblée Ronan De Herce, directeur général de Syngenta Maroc.

    ■ Le GCAM sur tous les fronts

    gcam_00.jpg

    Conférences, conseils, partenariats… Tarik Sijilmassi était sur tous les fronts durant ce 14e SIAM. Le patron du Groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM) s’est mobilisé, en personne, en faveur de quelque 800 jeunes porteurs de projets agricoles. Il leur a dédié un espace de conseil, encadrement et financement. Avec l’Agence MCA (Millenium Challenge Account Morocco), ce dernier s’est engagé pour l’accompagnement financier des investissements de valorisation agricole de 66.000 ha de terres collectives. Ciblant les bénéficiaires du projet de Melkisation, cet accord est axé principalement sur la promotion de l’investissement agricole grâce au financement du GCAM via le projet «Productivité du foncier» en milieu rural. GCAM a également signé un partenariat avec la société Nestlé Maroc afin de promouvoir l’éducation financière des agriculteurs dans le secteur laitier. Objectif, former 12.000 éleveurs-producteurs de lait et les responsables de 123 coopératives affiliées à Nestlé Maroc aux outils de gestion. D’une durée de 3 ans, cette formation leur permettra d’améliorer leur rendement et leur productivité.

    ■ Akhannouch accompagne les hôtes du Salon

    siam_akhannouch_00.jpg

    Aziz Akhannouch a tenu à booster la coopération du Maroc avec les 62 pays hôtes du SIAM. De la Suisse, en passant par la Hollande, l’Allemagne, la France et les pays africains, le ministre de l’Agriculture a esquissé les différentes possibilités de partenariat. Il s’est entretenu avec 22 délégations officielles, chapeautées par des ministres et hauts responsables. Au menu des discussions, le renforcement de la coopération bilatérale, l’échange d’expérience, l’assistance technique, les systèmes d’information, la valorisation et les chaînes de valeur. «L’agriculture est un grand réservoir d’emploi pour l’avenir. On travaille aujourd’hui pour rapprocher davantage les jeunes aux agriculteurs afin qu’ils comprennent les enjeux du secteur», a expliqué le ministre notant par ailleurs «qu’aujourd’hui, la technologie offre une large gamme d’outils performants, tout au long de la chaîne de valeur agricole et agroalimentaire, pour améliorer la productivité et la qualité, outre la gestion efficace des intrants et des ressources».

    ■ Conseil agricole, une mission assignée à l’ONCA

    Mettre le conseil agricole au cœur du SIAM. Tel est l’objectif de l’Office national du conseil agricole (ONCA) qui s’engage en faveur de l’emploi et l’avenir du monde rural. Ainsi, en tant qu’accompagnateur du PMV, l’ONCA s’est inscrit pleinement dans la politique de promotion d’emploi pour les jeunes ruraux et du renouveau agricole et rural. L’Office s’engage à offrir un accompagnement pointu à l’émergence d’une classe moyenne de coopératives agricoles entrepreneuriales et de sociétés de prestation de service, est-il indiqué. A titre indicatif, environ 15,3 millions de jours de travail par an peuvent être créés autour de certaines filières agricoles phares, soit environ 61.000 emplois directs par an. De ce fait, l’ONCA met en œuvre des techniques de pointe et des méthodes actualisées à travers des actions de formation, d’accompagnement et d’appui à ces coopératives. Ceci afin de leur assurer une certaine autonomie et donc au final migrer vers une approche «coopérative entrepreneuriale». Celle-ci joue un rôle crucial particulièrement dans la dynamisation de l’emploi des jeunes dans le milieu rural. Par ailleurs, l’instauration du statut du conseil agricole privé (loi n°62.12) présente une opportunité majeure permettant de créer des occasions d’auto-emploi pour les ingénieurs, les techniciens et les apprentis agricoles, étant donné que l’Etat à lui seul ne peut absorber la totalité des lauréats des écoles de formation agricole.

    ■ 300 coopératives
    Le SIAM a constitué un débouché pour commercialiser les produits de quelque 300 coopératives et associations. Huiles essentielles, miel, cosmétiques, eaux florales… s’arrachent comme des petits pains. «Nous participons tous les ans. Le SIAM est l’occasion pour nous de booster notre chiffre d’affaires, nous faire connaître et remplir notre carnet de commandes», indique Mouhcine, à la tête d’une coopérative de produits cosmétiques de la région d’Agadir. Même son de cloche auprès de Mohamed Bayoud, président de la coopérative agricole «Ikhlas» d’apiculture (province de Youssoufia). «Grâce à l’INDH, il a créé sa propre unité de production du miel, augmenté sa productivité et sa rentabilité, et adapté sa production avec les normes nationales et mondiales de la qualité».

    ■ Le pôle élevage remporte tous les suffrages
    Le pôle élevage a encore une fois remporté tous les suffrages. En effet, l’élevage ovin et bovin au Maroc est une filière du secteur agricole qui ne cesse de se développer et de gagner en qualité grâce notamment à l’engagement des éleveurs pour améliorer la production nationale. Le pôle élevage est sans doute l’une des grandes attractions du SIAM que ce soit pour les professionnels ou pour le grand public. La vedette de ce pôle est un taureau de 5 ans. De race blonde d’aquitaine, il dépasse aujourd’hui 1.750 kg. «Cette bête géante peut inséminer jusqu’à 1,5 millions de vaches…», se vante son éleveur.

    Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc