×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Franc succès pour le Ficam 2019

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5486 Le 02/04/2019 | Partager
    30.000 festivaliers se sont rendus à cette 18e édition
    Les films «jour extraordinaire» et «My little goat» primés
    ficam-2019.jpg

    Franc succès du FICAM 2019 qui s’est achevé jeudi dernier à Meknès. Ses prolongations se sont jouées, le week-end dernier en permettant à beaucoup de spectateurs de profiter de projections supplémentaires dans les instituts français (Ph. YSA)

    Le rideau est tombé, jeudi dernier, sur la 18e édition du Festival international de cinéma d’animation de Meknès (FICAM). L’événement qui a passionné le jeune public (de Meknès, Marrakech, Tétouan, et Casablanca) durant près d’une semaine a remporté tous les suffrages.

    «Nous noterons que plus de 6.000 spectateurs ont fait le déplacement pour assister aux nombreuses projections inédites, telle que «Funan», projetée en avant-première au Maroc», indique Mardochée Devico, président du FICAM.

    Et d’ajouter: «Ce sont aussi plus de 8.000 écoliers qui ont bénéficié des projections scolaires dont plus de 300 venant d’associations diverses». Au total, avec FICAM-Maroc qui s’achèvera le 2 avril, la fréquentation estimée de cet événement culturel, toutes manifestations confondues, totalisera près de 30.000 visiteurs.

    En attendant, après 6 jours de projections exclusives de films d’animation, de débats, d’ateliers de formation et de rencontres exceptionnelles que s’est achevée dans une ambiance joyeuse et conviviale, l’édition 2019. De l’avis des participants, celle-ci a connu un franc succès du début à la fin.

    Nous retiendrons de cette édition la présence charismatique du grand réalisateur Michel Ocelot, venu présenter son dernier film «Dilili à Paris», sacré meilleur film d’animation de l’année lors de la cérémonie des César 2019. L’hommage rendu à feu Isao Takahata, maître de l’animation japonaise et ami du festival de Meknès a également chargé cette édition d’une émotion intense.

    Enfin, l’hommage rendu à la carrière exceptionnelle du producteur Didier Brunneret «Les leçons de cinéma», présentées par les deux invités exceptionnels du festival: les réalisateurs Peter de Sève(USA) et Michael Dudock de Wit (Norvège) seront retenus comme des temps forts en échange et en partage.

    Côté palmarès, le jury du Courts-Compet’ a décerné le Grand Prix du Jury pour le meilleur court-métrage à Joanna Lurie,pour son court métrage « Le jour Extraordinaire». A rappeler que ce jury, était présidé par le réalisateur néerlandais Michael Dudock de Witet composé de Samia Akariou, comédienne et scénariste marocaine et Marc du Pontavice, Président de Xilam Animation.

    Quant au prix « Mention spéciale du jury», le prix revient au film «Je sors acheter des Cigarettes» d’Osman Cerfon. Le Prix du Public est décerné à «Roughhouse» de Jonathan Hodgson. Par ailleurs, le court métrage My Little Goat de Tomoki Misatoa a reçu le Meilleur film étudiant et les courts-métrages «Vermine» de Jérémie Becqueret «The Ostrich Politic» de Mohamad Houhouse se sont vu décerner le Prix Ex-aequo du Jury Junior.

    De son côté, le Jury Junior du Longs-Compet’ a décerné le prix du Meilleur long-métrage à «Tito et les oiseaux» de Gustavo Steinberg. Quant au prix du Public, il est revenu à Kitarô Kôsakapour son film «Okko et les fantômes». Enfin, le court-métrage d’animation Jeune public «Prix Jeunesse TV5 Monde» a été décerné par un jury composé d’élèves à Nolwenn Roberts pour son film «Le rêve de Sam».

    «Encore une fois, nous avons assisté à une édition exceptionnelle, marquée par la qualité incontestée de la programmation, des exclusivités et des avant-premières, par la présence de grands professionnels du cinéma d’animation de renommée mondiale et par l’affluence d’un public passionné tous âges confondus», conclut Mohamed Bayyoud, directeur artistique du FICAM.

                                                                                

    Une clôture originale

    ficam-086.jpg

    La programmation de la 6e journée a proposé un contenu original adapté au jeune public: un Ciné-Concert pour clôturer l’événement en apothéose. Pour le grand bonheur des spectateurs, quatre musiciens ont interprété en direct, texte et musique, dans un spectacle réunissant seize films-poèmes de la collection «En sortant de l’école»,courts-métrages réalisés par de jeunes réalisatrices. Ce ciné-concert a permis aux petits et grands de découvrir ou re-découvrir la poésie de Prévert, de Desnos ou d’Apollinaire. Pendant que les uns se régalaient de musique et de poésie, d’autres plongeaient dans un voyage en Afrique avec le réalisateur ivoirien Abel Kouamé autour du «Work in progress » de son film «Ekoua». Puis c’est au tour du très attendu réalisateur néerlandais Michael Dudock de Wit de faire son entrée du jour. Ensuite, Michael Dudock de Wit a partagé avec le public le travail sur la conception de l’histoire ainsi que la créativité et l’intuition dont il faut faire preuve pour développer un film d’animation. Enfin c’est sous un tonnerre d’applaudissements que le Ficam 2019 prend fin avec la projection en avant-première du film japonais «Penguin Highway».

    Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc